jeudi 22 juin 2017

Nous contacter


Les archives

Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

 

Tête du bon roi Henri IV ou têtes maoris : un impossible tête à tête…

Jean-Pierre Babelon, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, se désole : «sa tête est dans la nature». Depuis 1947, « nous n’avons plus de nouvelles »… Un comble,  raillerons certains, pour un si populaire descendant de Capet… La tête de « Nouste Henric » est toujours introuvable ! Mais la recherche-t-on vraiment ? Les fins limiers de la république n’ont-ils pas épuisé tout leur zèle lors de la  recherche des voleurs d’un certain scooter estampillé « Sarkozy » ? De l’insoutenable et méprisable politique « culturelle » de la France qui bafoue ses propres lois… Par Karim Ouchikh du Cercle Hernani…

Portemont, le 10 juin 2010

La mémoire malmenée de la France

La République est une fille trop souvent ingrate qui n'a que faire du respect de l'Histoire de France.

Cette infortune, aussi funeste que notoire, nul ne la méconnaît.

Une énigme historique rapportée par le Figaro du 7 juin 2010, en guise de rappel, nous en conforte symboliquement la conviction, une fois de plus.

Le Figaro

http://www.lefigaro.fr/culture/2010/06/07/03004-20100607ARTFIG00447-henri-iv-a-perdu-la-tete.php

***

La tête du bon Roi Henri IV, assassiné voici quatre cents ans, demeure introuvable !

Outrageusement arrachée du cadavre du malheureux souverain, lors des misérables profanations révolutionnaires d’octobre 1793, cette tête passa ignoblement de mains en mains, durant le si convulsif XIXème siècle.

Après bien des péripéties, bassement mercantiles, celle-ci fut à deux doigts d’être acquise en 1947 par le Musée du Louvre.

Depuis, nous en aurions perdu la trace.

Définitivement ?

Mais où sont donc passés les limiers de la République ?

***

Véritable parabole de l’esprit du temps, cette triste anecdote illustre au fond l’un des traits troublants qui marquent tant nos sociétés occidentales contemporaines.

En s’évertuant inlassablement à refouler les ressorts de leurs mémoires, nos civilisations ne se condamnent-elles pas, en vérité,  à une amnésie suicidaire ?

En France plus qu’ailleurs….
 
Si promptes à s’émouvoir, hors de nos frontières, pour des causes parfois discutables, nos oligarchies politico-médiatiques affichent de longue date un insondable mépris pour les préoccupations  hexagonales des Français.

Le sort  des seize têtes maories momifiées, réclamées par la Nouvelle-Zélande, n’a-t-il pas de la sorte excessivement accaparé l’attention de pouvoirs publics dont la vigilance est durablement refusée, dans le même temps, à la protection des précieuses reliques de nos Rois ?

Par l’effet d'une loi dommageable, votée en sous-main en mai 2010 par des parlementaires manifestement indifférents à l’intégrité du patrimoine de la France, le gouvernement français s'apprête ainsi, pour des motifs sans doute estimables, à dépouiller honteusement nos musées de ces vestiges ethnographiques, au mépris pourtant de leur caractère inaliénable.

Le Parlement français a autorisé la restitution à la Nouvelle-Zélande d'une quinzaine de têtes maories conservées dans des musées hexagonaux. Une décision saluée par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.
« On ne construit pas une culture sur le trafic. On construit une culture sur le respect et sur l'échange » Frédéric Mitterrand.

http://www.france24.com/fr/20100504-nouvelle-zelande-tetes-guerriers-maoris-momifiees-exposees-france-vont-etre-rendues

A l’heure où la nécropole royale de Saint Denis, cruellement privée des deniers publics, se meure inexorablement de la désaffection que lui porte ostensiblement un Ministère de la Culture davantage soucieux de restaurer à grands frais les colonnes de Buren ou d’investir massivement dans ‘‘les arts de la rue’’, une irrépressible indignation nous envahit.

Les “colonnes”? Achat un peu plus d’un million d’euros il y a 23 ans. “Restauration en nos temps difficiles? 5, 3 millions d’euros pris aux deniers de l’Etat et 500 000 euros de mécénat...

Ce sentiment persistant d’infamie que nous inspire une politique culturelle bavarde qui tourne à ce point le dos à la préservation du patrimoine historique authentique de notre pays, les Français l’éprouvent pareillement en leurs fors intérieurs.

En dépit de ces inqualifiables égarements, gardons malgré tout confiance !

La révolte intense qui gronde aujourd’hui silencieusement, dans les esprits autant que dans les cœurs, ne tardera pas à se traduire partout en actes car, devant tant de coupable désinvolture, nos compatriotes ne sauraient plus longtemps souffrir des incessantes meurtrissures aussi ouvertement portées à la dignité de la France.

Karim Ouchikh, le 8 juin 2010

Au Sénat:
Séance du 29 juin 2009 (compte rendu intégral des débats)
De beaux rappels…

L’article 16-1-1 du code civil, introduit en décembre 2008 et dont les dispositions sont d’ordre public, qui dispose :
« Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort.
« Les restes des personnes décédées […] doivent être traités avec respect, dignité et décence ».
Pour fonder sa décision, la cour rappelle, que la protection due aux corps humains vivants et aux dépouilles mortelles, prévue par le législateur, a « un caractère inviolable et digne d’un respect absolu, conformément à un principe fondamental de toute société humaine. »

Que des bonnes raisons pour soutenir le Cercle Hernani et la pétition :

Merci ! Merci ! Merci !

Le 27 mai 2010

Comment vous remercier ? Vous avez été nombreux à réagir sans délai et à signer la pétition « Sauvons la nécropole des Rois de France ! ». Nous savons que vous ne manquerez pas de la faire connaître… Il ne s’agit pas d’une banale ou insignifiante affaire de vieilles pierres ou d’un élan passéiste. Il s’agit de bien plus…

Lire la suite...

« SAUVONS LA NECROPOLE DES ROIS DE FRANCE »

SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE...

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.