dimanche 20 août 2017

Nous contacter


Les archives

Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

 

Des « Verts et des Bruns »...

Et du « refroidissement du lit conjugal! Victoire des « Ecolo »? A ce cri, notre ami Rodolphe Clauteaux laisse libre cours à sa fougue toujours talentueuse! Et de rappeler les « racines » des amoureux de la nature inviolée: « reglementiert... Heil! ». Sans en omettre la vision mortifère...
Notre bonne vieille Terre serait-elle condamnée par la surpopulation? Foutaise! Nous entrons dans l'ère du « Crash démographique »...

Portemont, le 20 avril 2010

L’hiver démographique

Les Ecolo ont “gagné”, paraît-il, les élections européennes. Ils auraient également gagné, paraît-il, les élections régionales. Bien.
Il est certain que l’avenir de la planète, c’est-à-dire, finalement, celui de chacun de nous, est le seul sujet politique vraiment sérieux, puisqu’il est à la racine de tous les autres. Cela dit, derrière les bannières des “Verts”, il y a beaucoup de choses. Il y a, en particulier, des choses brunes. N’oublions pas que le romantisme allemand, et son amour de la nature “inviolée”, et son “respect de la vie” animale, ont fait que les premières vraies lois écologiques ont été voté en Allemagne, en novembre 1933, juillet 1934 et juin 1935… « Verboten » la tôle ondulée sur les toits des campagnes allemande, « respekt » pour les animaux des fermes, abattage des bêtes de boucherie « reglementiert… Heil ! »
Ce qui n’empêchât pas les fils de fer barbelés des « kamps » et l’abattage de masse au « Zyclon B. »

Parmi le brun contemporain, on a plusieurs tendances anglo-saxonnes ou germaniques, qui voudraient par exemple que la population mondiale soit réduite. 500 millions d’individus max. Et pour parvenir à ce résultat, on va du contraceptif dans l’eau du robinet aux avortements forcés, toutes les méthodes sont proposées.

Mais évidemment, pour parvenir à tout cela et bien d’autres choses, un gouvernement mondial est une obligation !…
D’autres encore, plus sympathiques, prônent un respect total envers “toutes vies”. Avec le corollaire obligatoire qu’un arbre ou une vache doivent posséder un statut social légal.

Les pierres, seules, échappent donc à une future carte d’identité parce qu’elles « ne sont pas capables de souffrir ». Bon argument.

Et puis il y a ceux qui accusent le judaïsme en général, le christianisme et le catholicisme en particulier… d’avoir hissé l’homme au “sommet de la création” et de l’avoir ainsi encouragé à tuer et à manger tout ce qui l’entoure… Que ceux-là relisent « vraiment » la Bible. La première partie, comme chacun sait la Genèse, comporte en fait une sorte de “sous-texte”, dont la trace apparaît aux savants exégètes qui se penchent sur sa rédaction, et il s’agit d’un “sous-texte” végétarien !…
Le « Tu ne tueras pas », des Dix Commandements, concerne en fait tout le monde, d’abord le voisin de palier bien sûr, mais également les brebis des champs et les bambis des forêts…
Quant au « Tu mangeras l'herbe des champs » (Gn.3,18), il est sans équivoque.
Accuser le christianisme d’avoir encouragé l’homme à détruire son “royaume”, est absurde. Cela dit, que l’homme ne soit pas un “bon roi”, on le sait tous.

A propos des “écolos radicaux”, ou “fondamentalistes”, voire des “écolos talibans”, notons que John Holdren, le « tsar scientifique » de la Maison Blanche, nommé perso par Obama récemment, a écrit en 1971, avec Paul Ehrlich, un livre au titre innocent… « Population, Resources, Environment, » mais dont les « conseils » donnés à titre gratuit font frémir.

C’est en particulier ce « conseiller » qui propose la pilule en eau de robinet déjà citée et que les « women could be forced to abort their pregnancies, whether they wanted to or not » et que les « femmes pourraient être forcées d’avorter, qu’elles le veuillent ou non » !
Nous pensons qu’il a dû virer sa cuti en vieillissant, mais sait-on jamais ?
Cela dit, la surpopulation… un danger ?

Quand on considère l’état démographique de l’Europe, des Etats-Unis, du Canada ou de la Russie, ça fait rigoler, jaune. L’ONU précisait, en 2000, il y a dix ans, que rien que l’Europe, aujourd’hui des « 27 », aurait besoin de 13 millions d’immigrés annuels pour que survivent ses régimes de retraite et son équilibre budgétaire.

Avec Sarkozy et Besson, on sera loin du compte.
En fait, « LA » menace, qui pèse sur le monde, ce n’est pas le Réchauffement Planétaire, ce n’est pas les bébés africains, c’est tout au contraire un refroidissement du lit conjugal.
Car le jour peu lointain où la démographie mondiale cessera de grimper, sera aussi le premier jour de l’apocalypse. Car cet “arrêt”, sera suivi d’une plongée, selon l’adage qu’« en démographie, les vides ne se remplacent pas », une plongée brusque qui sera incontrôlable.
Sait-on qu’en Iran, aujourd’hui, l’Iran des ayatollahs, la fécondité est plus faible qu’aux Etats-Unis (1,87 contre 2,1 enfants par femme), sait-on qu’au Maghreb, elle tend vers 2 enfants par femme, moins qu’en France ?!
Que feront l’Europe, l’Amérique, la Chine, lorsqu’il y aura chaque année moins d’acheteurs pour leurs voitures, leurs ordinateurs, leurs téléphones portables ?
Le Crash démographique est infiniment plus inquiétant que la surpopulation.
Et puis… si nous devenions végétariens, 60% de la pollution de la planète serait supprimée, et ces « Eternels Treblinka » que sont les abattoirs ne seraient plus que des cauchemars, et surtout, 50% des terres cultivables seraient immédiatement disponibles pour nourrir des bébés qui risquent bien de n’être plus jamais là.
Cela donc dit… et en attendant… tout écolo qui n’est pas végétarien est un hypocrite !

Rodolphe Clauteaux

Et pour apporter de l'eau au « moulin » de notre ami Rodolphe, lire:

Population mondiale : attention danger !
 (Printemps 2004)

La Russie qui " se dépeuple massivement ", comme le Japon … l'Allemagne qui craint de devenir " Une planète de vieux " … l'Italie qui se demande ce qu'elle sera quand elle n'aura plus que 40 millions d'habitants … On pourrait multiplier les exemples, qui prouvent que nous ne sommes plus au temps de l'explosion démographique telle que la décrivaient et que la craignaient les experts et les responsables politiques il n'y a pas si longtemps ; en 1955, par exemple, Sir John Huxley, expert réputé, déclarait : " La multiplication des petits hommes fait penser à un cancer ; tous les pays développés sont en pleine explosion. Si personne ne prend les choses en main, l'humanité sera engloutie ".

Aujourd'hui, chacun sait que la population mondiale ne sera jamais de 15, 20 ou 25 milliards d'habitants, chiffres qui étaient généralement cités par de nombreux démographes et par René Dumont par exemple ; les perspectives les plus souvent avancées, notamment par la division " population " des Nations Unies, sont aujourd'hui d'un peu moins de 9 milliards d'habitants en 2050, ce chiffre représentant sans doute un plafond de la population mondiale ; logiquement, la population mondiale devrait ensuite baisser ; jusqu'où ? Cela dépend évidemment de l'évolution du taux de fécondité des femmes …
Car tel est bien le déterminant essentiel de l'évolution de la population mondiale : si cette dernière baisse, c'est parce que le taux de fécondité des femmes baisse partout ; pour que la population se stabilise dans le monde, il faut que chaque femme en âge de procréer ait en moyenne au moins 2,1 enfants, soit environ un garçon et une fille ; or, dans les pays développés, il y a longtemps que ce taux est inférieur à 2,1, sauf en Irlande et aux Etats Unis ; en France par exemple, malgré une amélioration récente, ce taux n'est toujours que de 1,9 et il est encore beaucoup plus bas notamment au Japon, dans les pays de l'Est européen et dans les pays méditerranéens ; quant aux pays en voie de développement, ils suivent le même chemin : leur taux de fécondité des femmes a baissé de moitié au cours des 50 dernières années, pour se situer aujourd'hui autour de 3,5 contre plus de 7 en 1950 ; rien n'empêche d'imaginer qu'il baissera encore de moitié au cours des 50 prochaines années : pourquoi l'évolution de ces pays, à mesure qu'ils se développeront, serait-elle différente de celle des pays développés ? On constate en tout cas que, dès que les filles vont à l'école, le taux de fécondité baisse, quel que soit le pays !
Les chiffres suivants confirment cette tendance :
- La population mondiale a évolué de la façon suivante depuis 1980 :
· 1980 : 4450,7 millions
· 1985 : 4854,6 //
· 1990 : 5283,8 //
· 1995 : 5690,9 //
· 2000 : 6057,0 //
- L'augmentation en pourcentage de 5 en 5 ans est la suivante :
· 1985 / 1980 : + 9,07%
· 1990 / 1985 : + 8,84%
· 1995 / 1990 : + 7,70%
· 2000 / 1995 : + 6,43%

0n le voit : le taux d'augmentation de la population mondiale ne cesse de diminuer ; le problème, c'est que, si cette évolution se confirme, la population mondiale plafonnera un jour, sans doute vers 2050, puis commencera à diminuer ; des mathématiciens ont même calculé que, dans ces conditions, il n'y aura plus personne dans les pays développés en 2280 et plus personne sur la terre en 2450 … Nous n'en sommes pas là, mais on peut quand même s'interroger sur les raisons de cette évolution.
Trois raisons principales peuvent être avancées :
· D'une part, des campagnes très efficaces ont été menées, notamment dans les pays en développement, pour limiter le nombre des naissances ; la Chine et son enfant unique fournissent l'exemple le plus extrême, mais de nombreuses conférences internationales ont fait comprendre aux pays en développement qu'ils n'arriveraient jamais à se développer suffisamment pour nourrir et élever convenablement des familles de 7 ou 8 enfants, ce qui était la moyenne dans la plupart des pays en développement il y a un demi-siècle.

D'autre part, la culture de la famille restreinte (la culture DINKS comme disent les Américains : "Double Income, No KidS " - " Deux revenus, pas plus d'un enfant ") est tellement présente dans tous les médias et dans toutes les mentalités qu'on peut difficilement pronostiquer un renversement de la tendance … Il suffit de se promener dans les villes les plus surpeuplées et les plus pauvres du monde pour constater que les antennes de télévision et les paraboles sont omniprésentes au dessus des bidonvilles et des favellas les plus misérables ; or, les programmes de ces télévisions, c'est le moins que l'on puisse dire, ne militent pas en faveur des familles nombreuses !
· Enfin, aucun pays n'a jamais réussi à faire augmenter durablement le taux de fécondité des femmes au delà de 2,1 en partant d'un taux inférieur ; les Suédois ont essayé, avec le sérieux qu'on leur connaît et sans lésiner sur les moyens ; leur taux de fécondité des femmes a augmenté … mais cela n'a duré que 5 ans !
Ne nous faisons donc pas d'illusions : la diminution du taux de fécondité des femmes, y compris et surtout désormais dans les pays en développement, est une donnée durable qui n'a, dans l'état actuel des choses, aucune raison de s'inverser ; or, ce sont ces pays qui fournissent, à l'heure actuelle, l'essentiel de l'augmentation de la population mondiale, augmentation qui ne peut donc que se tarir progressivement.
Ce qui est sûr en tout cas, c'est que, dès à présent, certains pays voient leur population diminuer d'une année sur l'autre ; c'est le cas de la Russie et de la plupart des pays de l'ex URSS et de l'Europe de l'Est ; les pays méditerranéens suivront le même chemin dans les 20 ans qui viennent, de même que le Japon et l'Allemagne ; certains pays s'en préoccupent, comme l'Espagne qui se demande comment faire remonter son taux de fécondité des femmes, mais, dans l'ensemble, le problème démographique n'est posé que par rapport aux retraites et aux dépenses de santé liées au vieillissement de la population ; pourtant, certains experts comme Michel Godet n'hésitent pas à élargir le problème pour faire un lien entre la croissance économique et la démographie : quelles seront les conséquences d'un vieillissement généralisé de la population sur la croissance économique à long terme ? Il est significatif de constater que ce type de question n'intéresse pas grand monde, ni dans les médias, ni dans les milieux politiques : lorsque la canicule a frappé la France au cours de l'été dernier, la première préoccupation des verts, par exemple, a été de protester contre le réchauffement de l'eau des rivières, suite aux rejets d'eau plus chaude par les centrales nucléaires ! Plus généralement, la survie des ours, des loups, des baleines et des espèces végétales menacées intéresse visiblement plus de monde que la survie de l'humanité : bizarre … et inquiétant ?

http://webcache.googleusercontent.com

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.