lundi 01 mai 2017

Nous contacter


Les archives

Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

 

Pour une identité de « combat »...

Résistance... reconquête! Sus à tous les ennemis de notre langue! Les plus acharnés ne sont pas sur des fronts lointains. Aux marches du royaume; trônant à Bruxelles, et avant tout chez nous...  Notre langue est notre première patrie! Quand Dominique Daguet brandit l'étendard de la résistance et prend le chemin de la Reconquête...

Notre langue est notre berceau!

Et si nous fourbissions nos armes? Dominique Daguet ne manque pas d'imagination.

Accepterons-nous la servitude?

Portemont, le 21 décembre 2009

Notre identité est dès maintenant
une identité de combat !

Étant donné la tournure que prennent les événements sur le front de la langue française – un lâcher tout, une prière cul en l’air devant le Grand Totem de Washington, un baisser-culotte devant les coffres de Wall-Street –, nous n’avons plus à prendre de gants pour exprimer, non pas notre lassitude, réelle cependant, mais notre dégoût de ces « snobinarderies » de faux déficients mentaux, de ces hypocrisies à peine déguisées, de ces mensonges qui font prononcer des proclamations exaltées mais suivies presque aussitôt de décisions parfaitement contradictoires, promesses jamais tenues qui ont pourtant fait chaque fois, comme pour mieux nous endormir, la « une » de nos gras médias et le fonds de commerce, non de la langue de bois – on ne doit pas insulter les arbres – mais de la langue de bouse.

Nous voulons ici réitérer notre amour de cette langue notre première patrie, réaffirmer notre détermination à ne plus tolérer l’abaissement de la France à travers la multitude d’atteintes à sa langue qui ne lui promettent qu’un lent effacement. De même, nous n’acceptons plus la subordination de nos universités comme de nos supposées Grandes Écoles (1) à l’empire anglo-saxon. Nous n’acceptons plus la soumission linguistique de la France aux institutions de l’empire de l’Ouest par le biais de celles de l’Europe : l’apathie de nos élus devant les innombrables offenses faites à la France par les irresponsables de Bruxelles est elle aussi de l’ordre de l’intolérable, quand il ne s’agit pas d’une pure et simple trahison.

Nous n’acceptons plus, tout à fait simplement, la mise à l’écart de notre langue : qui est la matrice de notre civilisation, de notre façon d’être comme de penser. Notre logique vient d’elle ; notre sensibilité poïétique est ordonnée par elle ; nos manières d’analyser le monde, l’histoire, les concepts relèvent de ce qu’elle est ; nos synthèses reçoivent d’elle leur forme ; nos questionnements sont informés par elle ; nos perceptions musicales gardent d’elle l’harmonie de ses sonorités et nos goûts les plus affirmés tiennent compte de son exigence d’équilibre. En somme notre langue est le miroir le plus fidèle de notre patrie idéale ; nous n’accepterons plus qu’elle soit la proie des affairistes, des indoctes, des snobs, des incultes, des lâches, des impudents et des colonisés de l’esprit.
Cette langue est notre bien, et l’un des plus précieux, notre capital d’avenir : elle constitue une part essentielle de notre identité comme de notre dignité, même s’il arrive trop souvent que des cuistres s’en servent ignoblement, la rabaissant au niveau de vieilles serpillières si ce n’est de latrines asséchées ; elle est la porte de notre maison, la chambre de notre naissance à la patrie millénaire. Elle est notre berceau comme elle sera le drapeau posé sur notre cercueil ; grand véhicule qui nous accompagne indéfectiblement à chaque étape d’importance. Elle est notre héritage reçu et notre héritage légué : qui y touche, non seulement nous blesse, mais nous vole. Mais nous tue.

Nous n’accepterons pas plus longtemps les violences qui lui sont faites aujourd’hui : dès maintenant nous hissons l’étendard étoilé de notre révolte, celle de notre être le plus profond, que l’on croit au Ciel ou que l’on n’y croit plus ou pas, car notre puissance d’investigation du monde, d’expression, de désir vient d’elle, telle que nous l’avons reçue de nos père et mère et de notre école, quoiqu’aujourd’hui cette école ne fasse pas son devoir comme il était accompli au temps des « hussards de la république » et des « moines pédagogues ». Notre langue se découvre assez d’ennemis en son sein pour que nous acceptions plus longtemps l’irruption de ceux surgis de l’Océan.
Il n’est absolument pas question ici des locuteurs qui ont appris la langue anglaise par nécessité ou par goût : nul dessein liberticide qui nous ferait militer contre l’usage privé de la langue anglaise, dans la mesure où elle a été choisie librement et en connaissance de cause. Dans notre ligne de mire nous ne « visons » que des « forces », des « pouvoirs », des « officines », des « cercles », des « organisations médiatiques », des « officialités » et même des entreprises installées en France qui obligent leurs employés à travailler en anglais sans aucune autre nécessité que le fait du prince ou qui « ornent » leurs produits de noms anglais sans autre justification que leur snobisme ou leur sottise ; que les publications qui accordent de plus en plus de place aux dénominations comme aux expressions anglomanes (auxquelles d’ailleurs le vulgus pecus, soit le grand nombre, ne comprend rien) ; que les distributeurs cinématographiques qui ne prennent même plus la peine de traduire les noms des œuvres qu’ils importent ; que les réalisateurs d’émissions de radio et de télévision qui n’ont le regard de Chimène que pour ce qui vient d’outre-Atlantique ou d’outre-Manche ; que les responsables français de l’Eurovision, qui font chanter au nom de la France des chansons anglophones, mauvaises d’ailleurs ; que nos élus et nos hauts-fonctionnaires qui, à Bruxelles comme parfois dans nos propres ministères, favorisent (étourdiment ?) l’anglais au détriment de notre langue que pourtant ils ont pour mission prioritaire de prôner, surtout quand il s’agit de rôles qu’elle détient par contrats et traités ; que notre gouvernement, Élysée et Matignon confondus, qui a fait un choix sans justifications techniques en favorisant à outrance l’apprentissage de la langue anglaise au point qu’elle est aujourd’hui automatiquement désignée à 95% des jeunes Français, au détriment catastrophique des autres langues d’importance (telles l’allemand, l’italien, l’espagnol, le portugais, le russe, le chinois ou l’arabe…) enseignées dans des proportions si faibles que cela frise le ridicule et même l’absurde, sinon le mépris : nous n’avons pas vocation de nature, comme Français, à être bilingues, pas plus que nous n’avons vocation à soutenir par ce bilinguisme l’impérialisme linguistique des Etats-Unis et de la City de Londres, qui est également politique et économique…
Le monde de la culture n’est pas ici visé, sauf quand il manifeste un tropisme outré envers les seules œuvres issues du monde anglo-saxon alors que l’ensemble de ce que nous proposent les arts et lettres du monde entier doit attirer tout autant notre attention dans la langue des pays respectifs et non passé à la moulinette de l’anglo-américain… sans oublier que le monde de l’information risque, à terme relativement court, d’être entièrement dominé par les agences de langue anglaise, au point que c’est la vision de ce qui se passe sur notre planète qui risque d’être comme « déviée » par une logique qui n’est pas la nôtre : nous serions alors « défrancisés » à jamais, et prêts à une soumission douce, la pire de toutes les soumissions. De plus enfin, nous nous devons d’alerter l’opinion française que la pratique bilingue généralisée entre deux langues si radicalement divergentes risque fort d’être des plus défavorables, ou nocives, aux intelligences moyennes, alors perdues entre deux grammaires, entre deux vocabulaires, entre deux sonorités qui n’ont jamais fait et ne font toujours pas entre elles toutes bon ménage.
En somme nous refusons que l’on nous impose ce que nous ne désirons pas parce que contraire justement à cette identité française dont on cherche aujourd’hui à établir une sorte de synthèse simpliste pour carte électronique qui permettrait tous les mauvais coups et notamment celui qui infligerait l’anglais obligatoire dès 6 ans (2) au nom de la… diversité des cultures, principe admis par la France il y a déjà quelques années et que ses gouvernants ne lui font pas respecter.
Comment concevoir ce combat qui est à mener aujourd’hui moins par des mots que par des actes ? En dehors de tout ce qui ne peut se dire, il est possible de divulguer quelques-unes des actions envisageables. Par exemple on pourrait penser à susciter mille sortes d’attentats joyeux contre les « carpettes » de l’imperium linguistique : dépôts de goudron et d’ordures au seuil de leurs palais ; graffitis à la bombe indélébile ; effacement des signes trop visibles de l’invasion ; collages accusateurs contre les stipendiés que s’offrent, en tant qu’esclaves d’un nouveau genre, les malfaisants de l’anglosaxonisation du monde ; courtes manifestations sonorisées de dénonciation ; brûlots médiatiques à base de caricatures incendiaires ; coloriages de vitrines et brûlages de pantins à l’image des élus collabos… Enfantillages ? Sans doute, mais désagréables… Et si cela ne devait pas suffire à faire prendre, non seulement conscience, mais surtout des mesures concrètes de défense et d’illustration de notre langue – absolu respect à Bruxelles des droits de fondation qui sont les siens ; révérence totale envers notre Constitution qui la déclare « langue de la République », ce qui se confirme nécessairement par une définition des limites à ne pas franchir ; application maximale de la loi Toubon avant qu’une meilleure ne soit promulguée ;

soutien renforcé, notamment financier, à nos Alliances françaises comme à nos Instituts culturels à l’étranger ;

récompenses largement dotées aux œuvriers qui servent cette langue avec dévouement, opérations coup de poing dans diverses régions du monde pour la faire connaître et aimer de façon ludique et utile etc. – alors il faudra songer à aller un peu plus loin dans nos tactiques : cassages de vitrines anglophones, boules puantes dans les commerces impliqués dans la propagation de la pandémie linguistique dont nous savons parfaitement qu’elle est voulue et par qui ; épandage de colles, de cendres d’étrons, de fumiers et autres lisiers porcins aux entrées munificentes de ces Puissances ; séances d’« urinage » collectif le long de leurs représentations ou de leur siège ; appositions d’étiquettes non équivoques sur le fût des lampadaires, des barrières publiques ; bariolages des guichets des banques complices ; jets d’acides sur les produits les plus coûteux des commerces de luxe et bien d’autres projets que nous gardons secrets le temps nécessaire… Nous ferons de toutes ces manifestations joyeuses le mode habituel de l’action politique au sens le plus noble qui soit.

Et si rien de cela ne devait fonctionner, nous n’irons certes pas mettre en péril la vie des criminels que nous dénonçons ici, quoique ce ne soit pas la moindre de nos tentations que de leur chatouiller les oreilles, mais la nôtre oui, en allant peut-être jusqu’à la grève de la faim en divers lieux emblématiques… Et si cela ne devait toujours pas faire reconnaître à notre langue le droit d’exister selon son charisme et sa compétence – dus à son souci extrême de l’exactitude comme à sa beauté qui en font une des reines de ce monde, alors il serait temps de se souvenir qu’existent d’autres moyens d’action, plus rigoureux sinon plus vigoureux.

C’est pourquoi est fait appel ici, dès maintenant, non seulement aux vieux de la vieille, aux plus ou moins âgés qui se souviennent de la gloire de leur langue, également la leur, mais aussi à toute une jeunesse excédée de comprendre à quel point son avenir de Français vécu en français a été contaminé, perverti, fragilisé par les pratiques d’un certain empire et de certaines multinationales soutenus avec constance par nos institutions politiques, économiques, culturelles et universitaires : nous ne sommes pas faits pour vivre couchés à leur pied, et pas plus pour leur lécher l’anus. (Cela dit, il ne s’agit point ici d’une déclaration de guerre à la langue anglaise : elle a de trop notables mérites, distincts de ceux de la langue française, comme elle est servante d’une des littératures les plus remarquables qui soient, pour que nous nous permettions une telle infamie : nous ne nous en prenons qu’à l’impérialisme « yanqui » dont elle est, à son corps défendant, l’arme de ses conquêtes comme de ses subversions. Pas plus il ne s’agit d’une déclaration de guerre aux Etats-Unis, qui pourtant mènent contre le français un combat qui a commencé des après la seconde guerre mondiale, quand ils se sont aperçus que le meilleur argument commercial était celui de la langue : « apprends ma langue, tu achèteras mes produits » ! D’où l’additif au Plan Marchal : liberté totale pour les entreprises culturelles – de musiques, entendez chansons, et de films essentiellement – de pénétrer le marché français ; limitation drastique pour les entreprises de France. Les Etats-Unis défendent leurs intérêts, point c’est tout, comme nous ne le faisons pas. Et ne pas le faire c’est servir les intérêts de nos plus âpres concurrents.)

Et puisque l’une des intentions de notre gouvernement est de faire apprendre à nos enfants la Marseillaise (espérons qu’elle ne sera pas dotée de paroles anglaises), il nous est agréable de leur rappeler la phrase qui a mis debout toute un peuple et qui se trouve ici nous assurer une conclusion en forme d’ouverture : « Aux armes, citoyens ! ».

Dominique Daguet

(1) - Insupportable la décision de Science-Po de prodiguer ses cours à Reims dans la seule langue anglaise. Insupportable la volonté de Mme Valerie Pécresse de développer majoritairement les cours en anglais dans les universités « françaises », qui ne le seraient plus que de nom et non de fait, elle qui n’a en rien obtenu par le vote le droit d’organiser un tel massacre de notre enseignement. Notre histoire à elle seule devrait lui interdire une réforme aussi scandaleuse. Il ne suffit pas de dire que l’on réforme, encore faut-il que toute réforme soit justifiée. L’anglais ne doit être appris que lorsque la nécessité apparaît évidente ; or 15% des Français sont réellement appelés à travailler en usant de cette langue : restent 85% à partager en une dizaine d’autres langues. Faut-il rappeler que nous manquons cruellement de germaniste, de russophone, de sinophones (même si le nombre d’étudiants en cette langue a cru d’une façon curieuse…) ?

(2) - Il a été dit par le Président de notre République qu’il s’agissait de favoriser l’apprentissage « des » langues étrangères… à 95% l’anglaise !

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.