dimanche 20 août 2017

Nous contacter


Les archives

Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

 

Tout est dit...

Europe malade? Les «Diafoirus» qui nous gouvernent et les «Lenflé du Pétard» ne manquent pas d'imagination. Eradiquent-ils la maladie?
Nenni! La propager, veiller à favoriser l'empire du virus...
L'étendre à l'Europe Bis: l'Union Pour la méditerranée...
Passage au scalpel par Michel de Poncins...

La grande foire à 27 de l'Union européenne et sa «petite» sœur à 17...
Le virus a encore de beaux jours devant lui pour le plus grand malheur des nations...

Portemont, le 2 juin 2009

UNION POUR LA MEDITERRANEE, EUROPE BIS

Un des principes de la «République Fromagère(R.F.)», telle que je les ai défini, est le suivant: «les organismes publics ne meurent jamais, car ils sont éternels». Quand, pour des raisons diverses, ils ont perdu leur raison d'être ils pourraient être supprimés ou réduits à la dimension de simples bureaux. Il n'en n'est pas question : la majorité du temps et du talent de leur direction est alors utilisée pour le maintien de la structure, avec, le cas échéant, la recherche de nouvelles tâches à assumer. L’une des raisons de cette fantastique et, disons-le, insupportable longévité se situe dans un autre principe que voici : «Les organismes publics tendent par une pente irrésistible à fonctionner de plus en plus dans l'intérêt exclusif de leur personnel, indépendamment de tout autre objectif se rattachant au bien commun».

L’Union pour la Méditerranée (UPM) est une sorte d’Europe-bis que l’on a voulu nous imposer.

Personne n'avait besoin, ni en Méditerranée ni ailleurs, de ce nouveau monstre administratif et juridique dont le coup d'envoi a été donné d'une façon solennelle et légèrement burlesque le 14 juillet 2008. Nous souffrons déjà gravement de l'Europe qui marche d'une façon tout à fait boiteuse et chaotique: le désordre est inimaginable avec ses 27 participants dans le cadre d’un budget rejeté avec mépris par la Cour des comptes européenne elle-même; la corruption s’exerce partout et les dépenses sont absolument gigantesques, inutiles et toujours somptuaires.

Un autre organisme a donc été installé à coté avec la perspective de son propre désordre et les mêmes effets probables. Ce n’était qu’une mauvaise copie du monstre européen. Les pays membres de la Communauté Européenne souffrent de la tornade de règlements produite à longueur de journée par la «bourreaucratie» européenne et une autre tornade enchevêtrée et nécessairement contradictoire avec celle-ci était promise grâce à l’UPM.

Selon la tradition politico-administrative immémoriale, des comités inter-unions seraient nécessaires pour essayer de coordonner l’ensemble avec, qui sait, des échanges d’ambassadeurs entre les deux structures.

Ajoutons que dans la nouvelle Union il était prévu d’intégrer certains pays qui n'ont rien à voir avec la Méditerranée, comme l’Allemagne!

La stupeur a saisi toutes les diplomaties quand le projet fut lancé par le Président français, comme un prestidigitateur sort un bel oiseau de son chapeau. Tout aurait pu s’arrêter très vite, mais, bien au contraire, le bel oiseau a pris son envol. Il était permis de se demander, il y a un an, comment un projet aussi ridicule et dont personne n’avait vraiment besoin avait pu prendre son envol.

Un autre principe de la R.F. arrive, pour expliquer le phénomène, celui des organismes : « Le foisonnement des organismes avec la création perpétuelle d'organismes inutiles est une des voies privilégiées qu’utilisent les prédateurs étatiques pour leur propre gloire et leur propre richesse». La dictature mondiale en voie de constitution au détriment des nations s’alimente largement à ce principe: cette dictature est exercé par des organismes multiples qui poussent sans s’arrêter à la création d’autres organismes.

C’est pour cela que, le premier moment de stupeur étant passé, un grand nombre d’Etats se sont embarqués dans le projet avec des efforts pour y être acceptés, tel justement l’Allemagne. Chacun caressait du coin de l’œil la promesse de nouvelles et magnifiques fonctions. Ce début de succès n’était, donc, pas du tout redevable à un prétendu talent diplomatique de l’actuel Président porté au nues par les médias; il venait tout simplement du jeu combiné des principes de la «République Fromagère».

Mais, patatras, la crise s'est abattue sur le mirifique projet et le voici en sommeil. Quatorze somptueuses conférences étaient prévues en 2009; elles ont été annulées et le Comité du sommet ne s’est plus réuni depuis déjà longtemps.

Mais le cadavre bouge encore et il est bien vivant. Voici certaines des dernières nouvelles.

La France, qui n’a plus un sou vaillant, vient de créer un Conseil Culturel de l’Union pour la Méditerranée et la Présidence a été confiée à Renaud Muselier, député de Marseille et ancien secrétaire d’Etat aux affaires étrangères.

Un Conseil qui n’est pourtant pas un Haut Conseil ne saurait, certes, pas fonctionner sans un Comité stratégique: c’est bien lancé et déjà d’éminents personnages garnissent ce comité stratégique. Le cadavre a donc accouché d’un premier organisme; aussitôt celui-ci en secrète un autre!

La ministre de la culture ne sert donc à rien puisqu’un conseil spécial pour la Méditerranée est nécessaire; en fait, nous savons que ce ministère de la culture est aussi un orfèvre dans la profusion des organismes inutiles. Y a-t-il dans ce marécage une histoire de parachute doré, le dit Muselier ayant acquis dans la grand bazar de la R.F. un droit à un parachute doré qui n’aurait pas été satisfait? Nous ne le saurons jamais, n’étant pas invité aux multiples négociations qui se concluent dans des cabinets secrets avec notre argent.

Quelqu'un cependant doit se réjouir; Monsieur Jean-Louis Guigou, le mari d’Élisabeth Guigou, qui est délégué général de l’Institut de prospective économique pour le monde méditerranéen! Eh oui, ce machin existe et le réveil du cadavre ne peut que le consolider.

Monsieur Jean-Louis Guigou et ….

Pour justifier l’impensable Europe-bis, les phrases solennelles n’avaient pas manqué à l’époque. Un des quelconques parrains (dans tous les sens du terme)  avait dit sans rire : «L’avenir de l’Europe est vers le sud». D’autres avaient  renchéri: «le Président a réussi une opération historique» et, encore: «L’UPM, c’est précisément une volonté d’égalité entre le nord et le sud».

Monsieur Muselier pour saluer discrètement sa promotion a dit «La réussite de l’union pour la Méditerranée passe par la culture». Quant à François Fillon: «La mission de ce Conseil culturel sera de donner corps et de la visibilité à une Méditerranée qui parle d'une seule voix, mais dans toutes ses langues, ses civilisations et ses spiritualités». Une seule voix dans toutes les langues: nous voici dans la tour de Babel.

Cela nous conduit tout droit à un autre principe de la R.F. qui s’énonce ainsi: «Les usines sont impitoyablement chassées hors de France par les impôts et charges; en revanche la production de phrases idiotes se poursuit intramuros sans jamais ralentir ».

Michel de Poncins, lundi 25 mai 2009
micheldeponcins@orange.fr

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.