vendredi 28 avril 2017

Nous contacter


Les archives

Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

 

Allons au « fond »…

Rouget de Lisle

Tout va très vite, trop vite… Qui se souvient du 14 octobre 2008 ?
De rebond en rebond d’un ballon qui rend non pas fou mais bien plus qu’ignare, épisodiquement la France se découvre… Honte à nous le chant qui tient lieu d’hymne national est sifflé, conspué… Et les vierges effarouchées quittent leur trottoir pour s’offusquer !
Notre frère d’armes Bernard Lhôte répond…

Ballon rouge

La Marseillaise n’est pas ma tasse de thé, ni mon ballon de rouge. Ma préférence va à « Vive Henri IV ! », chant sans haine, gaillard, joyeux.

Cependant la Marseillaise se trouve être actuellement l’hymne national.

A ce titre, il mérite du respect et qu’on s’indigne qu’on lui en manque. Néanmoins les protestations républicaines des politiciens seraient plus crédibles si, depuis longtemps, ils n’avaient proscrit le sentiment patriotique au nom d’un anti-nationalisme primaire et d’un européisme fanatique.

Pourquoi des jeunes « beurs » et « noirs » devraient-ils être fiers d’être français alors que la fierté nationale passe pour ringarde, franchouillarde ?

Comment immigrés et enfants d’immigrés pourraient-ils être unanimement francophiles alors qu’une « élite » dénationalisée trouve la France dépassée et les Français nuls ?

Le « Non » au référendum a eu au moins pour résultat de rendre plus discrète la propagande anti-nationale. Mais le mal est fait. Le charisme de la France est atteint. Ses pouvoirs d’attraction et d’intégration sont affaiblis.

Rompue aux repentances la classe dirigeante est incapable d’adresser un message clair, fier, franc aux siffleurs et persifleurs francophobiques, qu’ils soient étrangers, français d’origine récente et de souche aussi !

« Vous n’aimez pas la France, vous vomissez les français, c’est votre droit. Mais ayez au moins la logique et l’amour-propre d’en tirer la conséquence : Partez ! C’est la honte de rester dans un pays honni. C’est méprisable de demeurer parmi un peuple qu’on méprise. Vous trouvez votre sort abominable ? A nos portes une foule de gens l’envie. Allons, un peu de courage, un peu d’honneur, cédez votre place ! »

Bernard Lhôte

France-Tunisie ? Il y a bien eu le 16 novembre 2007 un France-Maroc devant 78 000 spectateurs. Sifflets… Un France-Algérie le 6 octobre 2001. Sifflets et défoulements… Envahissement de la pelouse à la 76e minute…

Il y a eu aussi un le 11 mai 2002 un Lorient-Bastia, et ce ne fut pas le son des binious qui résonna… Une finale de la Coupe de France, également au Stade de France où ce furent  des supporters, majoritairement corses, qui couvrirent de sifflets « La Marseillaise ». Jacques Chirac, alors président, quitta le stade…
Hors de nos frontières, le 8 septembre 2007 ce fut en Italie, à San Siro que l’hymne fut sifflé… Excuses du ministre des sports italien, Madame Giovanna Melandri…

En 2005, en Israël,  des sifflets de même nature dans le stade de Ramat-Gan…
Le 14 octobre 2008 avant même que la farce ne commence les sifflets fusaient alors que les « Bleus » empruntaient les travées du stade. Ils redoublèrent quand Ben Harfa, Ribéry, Gourcuff et Benzema foulèrent la pelouse pour s'échauffer.

Que la chanteuse Lââm prêta sa voix pour chanter l’hymne national n’ y changea rien…

On nous a dit dès le lendemain matin que le parquet de Bobigny ouvrait une « enquête préliminaire »  et que la Brigade de répression de la délinquance contre la personne était saisie pour «outrages à l'hymne national», un délit passible de 6 mois de prison et 7.500 euros d'amende lorsqu'il est commis en réunion…
A notre connaissance cette même Brigade  a-t-elle été jamais saisie lors des nombreux outrages faits à la France et à ses peuples par les politiciens et la ploutocratie qui la dépouillent ?

Portemont, le 11 novembre 2008

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.