mardi 21 novembre 2017

Nous contacter


Les archives

Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

 

Les photos de famille sont sources de joie !

En principe… En ce qui concerne  la famille « Europe », il convient d’être  extrêmement mesuré… Notre ami Pierre Jeanthon  nous le rappelle si besoin en était…

Un déficit commercial record de 39,17 milliards d'euros en 2007 pour notre « doulce France ». Un excédent commercial pour l’Allemagne qui frôle les 200 milliards d’euros… Des écarts entre Smic européen à vous donner la nausée… 

Le Smic est de 182 euros en Pologne. 122 euros en Lettonie après  une hausse de 14,3 % et où il est prévu de le faire passer à 212 euros en janvier 2010 (soit 50 % du salaire brut moyen à la fin de cette période). Mais reste encore plus bas en Lituanie. Le Smic en Tchéquie,  qui a récemment  été  augmenté, désolant le patronat local, atteint 6200 couronnes soit 202,60 euros. Le salaire moyen est de   330 euros à Varsovie et 600 euros à Budapest, mais il atteint 1041 en Slovénie…

Belle photo de famille !

Léon Areva, le 13 mai 2008

Photo d'une famille… décomposée !

Pour les Etats comme pour les entreprises, c'est traditionnellement en fin d'hiver que l'on publie le bilan, sorte de photo de l'année passée. L'U.E n'échappe pas à la coutume au détail près qu'il est bien difficile de réunir 27 membres aussi différents sur un même cliché.

En dépit d'un euro fort et d'un baril cher, 2007 est une bonne année pour le commerce extérieur de la zone euro avec un excédent de 28,3 milliards € (md€) ; les choses se gâtent au niveau de l'ensemble de l'Union qui présente un déficit de 185,7 md€.

Il est vrai qu'à elle seule l'Angleterre génère 117,3 md€ de déficit dont pratiquement la moitié avec l'Europe continentale. Pour le royaume fortement désindustrialisé, l'espoir réside dans les services dont l'excédent croît d'année en année (41,6 md€ en 2006 et 49 en 2007), dans le ralentissement de la consommation des ménages, donc des importations, et des exportations dopées par une livre sterling faible.

Egalement bien placée sur le podium des super déficits, l'Espagne affiche un résultat négatif proche de 100 md€. Après la forte industrialisation (automobile, aéronautique….) et le développement de l'agriculture dans les vingt-cinq premières années de l'après Franco, le pays a entrepris dans le début des années 2000 une véritable révolution immobilière avec pour conséquences :

  • en terme de créations d'emplois sur 2005-2007 la participation de l'industrie est négative de 1,3%, celle de l'agriculture de 5,4% (deux activités très exportatrices) pendant que celles du bâtiment et du secteur tertiaire (dont immobilier) sont respectivement positives de 49,1 et 57,6%.
  • un relatif manque de main d'œuvre a contribué à une forte poussée de l'immigration : 924 000 immigrés en situation régulière en 2000 contre 4 520 000 fin 2007 (soit environ 10% de la population).

L'Etat espagnol, qui a su profiter du boom immobilier avec un excédent budgétaire de 1,9% du PIB, est aujourd'hui confronté à un retournement de conjoncture qui, outre les mauvais résultats du commerce extérieur, se traduit par :

  1. une inflation annuelle de 4,3%
  2. une crise du secteur immobilier dont l'endettement dépasse les 292 md € avec un stock de 500 000 appartements à vendre et des mises en chantier en chute libre (7 000 000 en 2006 pour moins de 4 500 000 sur 2008)
  3. un chômage qui, avec 2,26 millions de demandeurs d'emploi, concerne 8,6% de la population active.

A l'autre extrémité du classement, l'Allemagne reste la championne de l'excédent commercial avec un résultat de 198,7 md € généré par 969,1 md € d'exportations et 770,4 md € d'importations.
En augmentation de 8,5% sur 2006 (et de seulement 5% pour les importations) les exportations allemandes, encore supérieures de 128 md € à celles de la Chine, sont portées par des industries mécaniques remarquables : 138 md € pour les machines outils et 4,3 millions de voitures vendues à l'étranger.

Au passage, on relèvera que dollar faible et pétrole cher n'entament pas le dynamisme industriel d'outre-Rhin :

  1. Exportations janvier 2007 = 77,4 md € dont 43,3 hors zone euro
  2.         "                "      2008 = 84,4 md € dont 48,3    "       "       "     (+ 11,3% sur 2007)

Déconcertant ? Peut-être pas tant : 19 ans après la chute du Mur et malgré tous les efforts pour harmoniser les lands de l'ex RFA avec ceux de l'ancienne RDA, l'industrie allemande "bénéficie" encore de la possibilité de délocaliser à l'Est les productions concurrencées par les pays "low-cost" sachant que l'écart de salaire entre les deux zones est de 10 à 15%.
Sans oublier des transferts beaucoup plus "juteux" et à titre d'exemple citons le cas du groupe allemand « Sphéros » qui se prépare à fermer son usine alsacienne en transférant ses productions (99 employés dans la fabrication de système de climatisation pour autobus) en Allemagne orientale.
Autre grand pays européen l'Italie qui, vue de France est si souvent perçue avec une certaine condescendance comme le royaume de la "combinazione"….et pourtant!
Soutenue par un réseau de PME très performantes et malgré la force de l'euro, elle a réduit son déficit commercial de -21,3 md € en 2006  à -9,53 md € l'an dernier en augmentant ses exportations de 9,7%.
Le redressement spectaculaire de Fiat témoigne de la vitalité industrielle du pays : lourdement déficitaire sur 2001-2004, au point que beaucoup en prévoyaient le rachat, les 2,2 millions de voitures vendues sur 2007 permettent au groupe de Turin d'afficher un bénéfice net de 1,95 md €. De plus l'Italie est en position de leader mondial dans certains biens d'équipements (machines pour travail des tôles, presses d'injection pour alliages légers et plastiques).

Reste la France.
La veille de la publication des résultats 2007, Bercy préparait le terrain en annonçant que "non seulement il est clair que depuis plusieurs mois la dégradation du solde commercial se produit hors effet d'énergie, et le nombre des exportateurs continue de décroître".
Les chiffres sont cruels : 439,34 md € d'importations, 400,17 d'exportations, soit un déficit de 39,17 md €.

Lire : http://www.insee.fr

L'analyse des composantes de nos échanges commerciaux "tord le cou" à deux fausses explications :

    • évolution défavorable de la facture énergétique : non : elle s'élevait à 46,5 md € en 2006 et à 45,2 en 2007 (baisse de la consommation et parité €/$)

    Cliquez sur l'image pur agrandir
    Source :
     http://www.senat.fr

    • euro trop fort : non, puisque sur l'Europe à 27, notre déficit est de 16 md  € et atteint 24 md € avec la zone euro.

    Airbus serait l'exception confirmant la règle avec un chiffre d'affaire sur 2007 de 14,5 md € pour 280 appareils en retrait sur celui de 2006 qui atteignait 15,2 md € pour seulement 256 avions (soit une baisse d'environ 13% sur le prix de vente unitaire).
    Sachant que si tous les Airbus sont fabriqués en € et £, tous ne sont pas facturés en $, cette "exception" reste à affiner : poids de la parité €/$, évolution des remises commerciales….
    Certes les importations en provenance d'Asie sont en hausse (17,2% avec la Chine, 11,6% avec l'Inde) mais le désastre vient surtout d'une industrie tellement affaiblie qu'elle n'est plus en mesure de répondre à la consommation des ménages couverte à 20% par la production nationale et à 80% par les importations.

    A titre d'exemple, signalons le cas de l'industrie automobile qui, en 2006, dégageait un excédent de 5,6 md € réduit à seulement 0,7 md € l'an dernier par suite d'une hausse des importations depuis les sites délocalisés tant par les constructeurs que par les équipementiers.
    Les principales causes de la dégradation de nos échanges commerciaux, continue depuis 2003, sont :

    • la désindustrialisation (-65 000 emplois en 2006, -49 000 en 2007) et un sous investissement chronique.

    Source :  Insee

    • la faiblesse de la durée annuelle du travail et du taux d'emploi

    • l'importance des déficits publics et le niveau des prélèvements obligatoires (44% PIB en 2007) pèsent sur les coûts de production.

     

    Sur ce dernier point, nous rappelons l'inflation fiscale en vigueur depuis 2003 : 16 impôts et taxes dont 2 en 2007 et 6 pour 2008.
    Géographiquement, nos cinq premiers déficits proviennent de :

    1. Norvège                  :  4,47 md €
    2. Russie                   :  5,41   "   "
    3. Belgique                 :  7,53   "   "
    4. Chine                     : 17,41  "   "
    5. Allemagne              : 17,88  "   "

    Si les deux premiers cas s'expliquent aisément, celui avec la Belgique mériterait une analyse spéciale!
    Les deux derniers mettent en évidence que la concurrence des pays à bas coûts n'explique pas tout.

    En conclusion, ce qui précède prouve le danger de la désindustrialisation européenne sous l'impulsion de l'idéologie mondialiste qui vise à spécialiser l'activité planétaire selon des critères économico géographiques : en Asie, l'atelier du monde, là-bas, les semences céréalières, ailleurs la Recherche-Développement.
    Or, il est illusoire d'imaginer que celle-ci puisse être efficace si elle ne s'appuie pas sur l'exercice de l'activité concernée ; par exemple on ne développera pas la voiture de demain sans l'expérience quotidienne du vécu dans les ateliers de production.
    Comme il est illusoire de penser qu'il est possible d'acheter pour consommer sans produire pour vendre ; n'en déplaise à ceux qui fabriquent de l'argent virtuel sans contrepartie réelle par le biais d'outils financiers tels que les primes de risque (les banques ne sont pas des casinos, normalement!)
    Comme il serait illusoire de refuser de voir la déchéance des hommes réduits à de simples consommateurs et le danger environnemental "parce qu'une économie oeuvrant à la satisfaction des vrais besoins s'est muée en son contraire : une glorification de la consommation, de la superficialité et de la dépense inutile". (1)

    (1) Monde et Vie du 15 mars 2008 dans "Mutation du capitalisme".

    Pierre Jeanthon – France Royaliste

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.