Vendredi 24 Novembre 2017
Communiqués
|
Les actions des Manants | La Famille des Manants

Le 9 mai 2010, la question était posée !

Question de confiance : « Peut-on sans inconséquence aimer la France et œuvrer à son rayonnement, en reniant dans le même temps les racines de son passé ? ». Notre ami Karim Ouchikh la lançait le 9 mai 2010 et nous lui témoignions toute notre confiance. Le 10 décembre 2010 une première réponse a pris corps ! Notre confiance ne saurait lui faire défaut… Avec « Montjoie Saint-Denis », sauvons tous ensemble la Nécropole des Rois de France…

Portemont, le 14 décembre 2010

Avec « Montjoie Saint-Denis », sauvons ensemble
la Nécropole des Rois de France

La fabuleuse histoire de la monarchie française se confond puissamment avec les destinées de la France.

Abritée dans les murs de la Basilique de Saint-Denis, la nécropole des Rois de France conserve précieusement la mémoire des rois, reines, princes et serviteurs du royaume qui y ont été inhumés au fil des siècles.

L’histoire de France s’y incarne avec une force symbolique sans pareille.

Aujourd’hui républicaine, la France ne saurait renier cet héritage illustre.

*

Voici huit mois, j’ai pris la plume pour m’alarmer de l’état préoccupant de la Nécropole royale et sonner aussitôt le tocsin.

Aujourd’hui délaissée par des pouvoirs publics qui, sur ce sujet si essentiel pour l’intégrité de la mémoire de la France, s’emploient à tenir délibérément l’opinion publique française et internationale dans une ignorance intolérable, la nécropole royale de Saint-Denis est en passe de sombrer dans les ténèbres indignes de l’histoire. Devant pareille incurie, l’UNESCO n’a-t-elle pas de la sorte décidé de laisser en souffrance la demande de la France d’inscrire cet exceptionnel site historique au patrimoine mondial de l’humanité !
Mon appel a été largement diffusé grâce au concours bienveillant de nombreux médias, du site des Manants du Roi à la revue l’Itinérant, du Cercle Hernani au Salon Beige, et de bien d’autres encore… . Qu’ils en soient chacun chaleureusement remerciés.

Vous avez été depuis très nombreux à exprimer avec vivacité votre soutien à cette initiative, en vous manifestant des quatre coins du monde, de la France au Mexique, des Etats-Unis au Brésil, d’Australie à la Pologne. Bien souvent émouvants, toujours encourageants, vos 1515 messages de soutiens nous ont pareillement convaincu du bien fondé manifeste de notre entreprise.

Depuis le lancement de cet appel, de nombreuses démarches ont été entreprises auprès de personnalités capables d’agir utilement, dont des parlementaires qui ont su relayer efficacement nos préoccupations auprès du Ministère de la Culture.

Afin de sensibiliser davantage les pouvoirs publics, propriétaires de la Basilique de Saint-Denis, aussi bien que les autorités ecclésiastiques, affectataires des lieux, sur l’état déplorable de la Nécropole royale, il nous fallait toutefois disposer de moyens d’action appropriés. 

*

Pour mener à bien ce combat salutaire, une association a été constituée : son siège social est fixé à Paris.

Elle porte pour étendard le nom prédestiné de « Montjoie Saint-Denis ».

L’association « Montjoie Saint-Denis » se place en dehors de toute appartenance politique, idéologique ou religieuse et se fixe pour but de contribuer résolument à la Sauvegarde et le Rayonnement de la Basilique de Saint-Denis et de la Nécropole des Rois de France.

Avec votre soutien, « Montjoie Saint-Denis » se propose ainsi :

- d’œuvrer, par tous moyens, à la sauvegarde et au rayonnement de la Basilique de Saint-Denis et de la Nécropole des Rois de France ;

- d’agir auprès de l’UNESCO, comme des pouvoirs publics français, en vue de l’inscription de la crypte royale de Saint-Denis à l’inventaire du patrimoine mondial de l’humanité ;

- de coopérer à la préservation, dans le monde, de toutes les nécropoles royales, impériales ou princières ;

Afin de parvenir à la réussite de son entreprise, « Montjoie Saint-Denis » mènera, en France et à l’étranger, toute action complémentaire qui se rattacherait à la valorisation du patrimoine historique de la France, de sa langue, de sa culture comme de sa civilisation.

En compagnie de nombreuses personnalités largement impliquées dans la défense du patrimoine historique de la France, j’assurerai en conscience et avec détermination la présidence de « Montjoie Saint-Denis », aux côtés de l’historien et journaliste Philipe Delorme que je remercie vivement d’avoir accepté la responsabilité d’en être le vice-président.

*

« Montjoie Saint-Denis » : par ce cri de ralliement légendaire, la monarchie française a affronté courageusement les périls qui, autrefois, ont maintes fois assailli la France. Dans ces combats pour la sauvegarde de la France, les souverains français avaient pour eux la légitimité qu’ils tenaient indiscutablement de la justesse et de la sincérité de leurs engagements.

Aujourd’hui animée par cette même vertu, « Montjoie Saint-Denis » est déterminée à rallier à sa cause toutes celles et tous ceux qui demeurent indéfectiblement attachés à l’histoire indivisible de la France comme à sa prodigieuse civilisation et qui, dès lors, entendent placer en vérité la sauvegarde et le rayonnement de la Nécropole royale et de la Basilique de Saint-Denis au premier rang de leurs priorités.

Qu’ils se manifestent de France aussi bien que de l’étranger, vos soutiens activement apportés à « Montjoie Saint-Denis » seront plus que jamais indispensables à la réussite de cette noble ambition.

Karim Ouchikh, le 10 décembre 2010

Le 9 mai 2010…

Sauvons la nécropole des Rois de France !

Peut-on sans inconséquence aimer la France et œuvrer à son rayonnement, en reniant dans le même temps les racines de son passé ?

A cette interrogation, essentielle en ces temps où l’inconstance des convictions le dispute à l’incertitude des esprits, il est des renoncements qui en disent davantage que bien des discours.

La basilique Saint Denis abrite une nécropole où reposent 43 rois, 32 reines, des princes et des chevaliers, qui incarnent pareillement les mille cinq cents ans de l’histoire de France.
Dagobert, Pépin le Bref, Hugues Capet, Saint Louis, François Ier, Henri IV, Louis XIV, tous les rois qui ont fait France y sont inhumés, dans un commun témoignage de la vocation fondatrice de la monarchie française.
Plus que tout autre, ce lieu emblématique symbolise et récapitule, dans une continuité généalogique impressionnante, une histoire de France qui se confond puissamment avec la destinée de ses souverains, dont  beaucoup ont marqué à jamais notre imaginaire national.

Dans un heureux reportage paru dans son édition du 7 mai 2010, sous le titre alarmiste « La seconde mort des Rois de France », le Figaro Magazine nous fait découvrir l’état de délabrement avancé de ce prodigieux lieu de mémoire, laissé aujourd’hui à l’abandon dans la parfaite indifférence des pouvoirs publics.
Sous l’effet des travaux de construction du RER B, qui ont profondément modifié le cours de rivières souterraines, le sanctuaire royal est miné par de redoutables infiltrations dont l’action irrésistible se conjugue aux désordres dramatiques nés autant de la dissémination sournoise des sels de salpêtre que de la pollution moderne.
Les conséquences en sont épouvantables.

La solidité des caveaux est gravement fragilisée et, atteints par une inexorable humidité, des cercueils, brisés, gisent éventrés, laissant sans protection leurs précieuses reliques…..
Signe de l’incurie patente du Ministère de la Culture, chargé de la conservation des lieux, aucun plan de sauvetage n’a été programmé pour préserver un site qui, par ailleurs, ne bénéfice plus, depuis vingt ans, des crédits budgétaires qui lui permettraient de financer la reprise d’un chantier de fouilles archéologiques, pourtant jugées prometteuses par tous les historiens.

Conséquence logique de ces innombrables inerties, opposées dans la plus grande opacité : le projet d’inscrire la basilique de Saint-Denis et sa nécropole royale au patrimoine mondial de l’UNESCO demeure plus que jamais en panne.
Que penser de tout ce gâchis ?

Tandis que nos amis russes redécouvrent lucidement la splendeur de l’histoire tsariste de leur pays, en mettant au cœur de leurs préoccupations contemporaines la protection d’un patrimoine historique monumental inséparable de sa dimension religieuse et que, outre-Rhin, nos voisins s’apprêtent à reconstruire à Berlin le Palais des Hohenzollern, en ne se dissimulant plus le rôle décisif de la dynastie impériale dans la construction de la nation allemande, la France tourne  manifestement le dos à une période insigne de son histoire, celle que l’on désigne communément sous le vocable d’Ancien Régime.
En vérité, ce n’est pas tant la France que ses élites qui, malmenant à ce point son identité millénaire, entendent abolir, dans une rage amnésique, un passé jugé encombrant, au nom d’une vision idéologique de l’histoire. 

Comment en l’espèce comprendre autrement la carence à agir dont, en effet, la rue de Valois fait preuve avec autant de constance, sinon par la volonté opiniâtre, qui anime inlassablement nos innombrables oligarchies, de détourner les Français d’une composante aussi essentielle de leur passé ?

Sur cette question, disons le tout net, une fois de plus : la France n’est pas née sous X en 1789 !!
Les Français se doivent de le rappeler résolument, encore et toujours, et affirmer partout, loin de toute conception hémiplégique de leur mémoire, que l’Histoire de France ne saurait débuter aux prémices de la Révolution française.
Défendons le caractère indivisible de notre histoire, en désavouant dans ce registre toute manipulation intellectuelle, et manifestons notre indéfectible attachement au souvenir de la monarchie française.

Dans l’effort incessant des peuples à préserver et à transmettre l’intégrité de leurs identités séculaires, il est des querelles à affronter qui honorent un peuple et qui attestent, en son sein, d’une vitalité en rien défaillante.
Le sauvetage de la nécropole des Rois de France est de ces combats valeureux.

Au rendez-vous permanent de leur histoire, il appartient aux Français de rappeler fermement à leurs devoirs les pouvoirs publics autant que l’ensemble des élus de la Nation, en les invitant à agir pareillement, sans plus tarder, afin de sauver définitivement cet extraordinaire berceau de la mémoire de la France.

L’auteur de ces lignes souhaite que cet appel solennel, qui a valeur de pétition, soit entendu, diffusé et soutenu auprès des Français, le plus largement possible.

Karim Ouchikh
Avocat
9 mai 2010

« La seconde mort des rois de France », c'est dans la presse

Un éclairage sur thème atypique ? Un sujet traité de manière particulièrement originale ? En tout cas, pour Bernard Poirette, le samedi est le moment de choisir l'article qu'il ne fallait pas rater dans la semaine. « C'est dans la presse », et c'est sur RTL chaque samedi. Cette semaine : un article intitulé « La seconde mort des rois de France », signé par Marc Autheman pour le Figaro Magazine.

Une statuaire unique…

Robert II d’Artois dit l’Enfant


Princesse non identifiée
Dite Blanche d’Artois, reine de Navarre – Première moitié du XIVe s. Marbre.

 

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

Pour recevoir la Lettre
des Manants du Roi,
j'inscris mon adresse courriel :




Effectuer
une recherche
sur le site :














 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.