jeudi 14 décembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :


 

 

 

« …penser, dans sa tête, à ce qui dépend de soi »

C’est faire courir de grands risques aux mythes de la « religion dominante »…
Acte de résistance intellectuelle et morale à la médiocratie – médiacratie- informante !
Vaste programme ? Ne pas craindre de s’y attacher. Vous n’êtes pas seul : « Sed contra » vient à votre aide !

Un site à découvrir sans tarder…

L’éditorial signé par Hugues Kéraly devrait retenir l’attention de plus d’un de nos lecteurs.

Il vise juste : « Joseph de Maistre, grand penseur politique chassé de France par la Terreur, préconisait aux opposants de son époque que leur “contre-révolution” ne fût point “une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution”. La révolution du XXIe siècle étant essentiellement “neuro-médiatique”, je crois utile d’en tirer ce court enseignement : »

Lire la suite : http://sedcontra.fr/

Ne pas se tromper de « prochain » ?

Difficile exercice…

« Comme il est facile aujourd’hui de se tromper de « prochain »! Tous les matins, tous les midis, tous les soirs, les journaux de toute nature, physique ou numérique, le situent à plusieurs milliers de kilomètres de notre lieu d’habitation…

Certes, les gens ne peuvent pas tout ignorer des heurts et des malheurs qui frappent régulièrement la planète. Il reste à craindre cependant qu’ayant pris l’habitude de se laisser émouvoir ou impressionner à heures fixes, sur (télé)commande, l’homme absorbé par les médias ne trouve plus place pour une seule réaction du cœur authentique et charitable, voire une seule action de solidarité civique sur son environnement immédiat. La charité, on le sait, n’est vraiment charitable que lorsqu’elle s’inspire d’un ordre, et même lui obéit… D’un ordre qui ne commence pas à l’autre bout du monde… D’un ordre qui ne consiste pas à s’alarmer d’abord, et encore moins seulement, des catastrophes naturelles, des famines ou des guerres éclatées aux quatre coins du globe.

Or, la principale conséquence morale de l’abus d’informations mondiales est précisément celle-là : nous charger l’esprit ou le cœur d’une masse de préoccupations abstraites, générales, et sur lesquelles nous n’avons pas prise – en nous rendant ainsi chaque jour plus inaptes, psychiquement et moralement, à écouter et comprendre ce qui se passe autour de nous. Sans la magie des ondes, des sons, des images, sans le prestige du journaliste ou du présentateur, le malheur même des voisins de palier est hors-jeu. Il n’a pas droit de cité.

“L’amour du prochain concret se dévalue ainsi en amour du lointain abstrait, ce qui est bien la façon la plus hypocrite et la plus odieuse de s’aimer soi-même.” Ce jugement qui résume tout est de Marcel De Corte. Il ne fait que décliner en termes de philosophie morale la parabole universelle et tellement lumineuse du Bon Samaritain.

Gabriel de Seinemont

Ce texte, d’une bien cruelle vérité de nos temps difficiles, est aussi sur la page d’accueil de « sedcontra.fr »,édition du 28 juin 2008… et ne pas manquer de lire l’excellent dossier : « Musulmans, islamisme et totalitarisme »

http://www.sedcontra.fr/La-Une/Musulmans-islamisme-et-totalitarisme.html

ainsi que : Les étudiants français face à la dictature de l'argent

http://www.sedcontra.fr/La-Une/La-dictature-de-l-argent.html

Portemont, le 29 juin 2008

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.