samedi 21 octobre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :


 

 

 

A « visiter » sans modération…

Sortir des sentiers battus et rebattus. Des réflexions, fruits d’années de travail, de belles rencontres aussi.
Une revue « obstinée » qui, de numéro en numéro, prend du corps et du sens.
Au travers du « Réseau Regain », c’est tout cela que vous découvrirez. Sans oublier le « Café philo », autour de Michel et Danielle Masson…

« il n'est ici question ni de l'histoire des idées  ni d'une école de pensée particulière,
moins encore de philosophie savante.
Notre objectif n'est pas tant de résoudre
les problèmes que de chercher à les bien poser,
…pour faire face ensemble à la crise intellectuelle
majeure et inquiétante que nous subissons »

40 bougies pour Mai 68 ?
Lire Danielle Masson « Faut-il liquider mai 68 ? »
Un fin rappel du contexte international ; une France dans laquelle un tiers des Français ont moins de 20 ans… Et « L’homme unidimensionnel » de Marcuse qui circule entre des mains et des cœurs fébriles. Guy Debord aussi… qui nous jetait à la face « La société du spectacle ».
Danielle Masson opère une lecture aiguë,  un moyen simple et symptomatique de décrypter mai ?
« … c’est d’observer ses graffitis, ses banderoles, ses slogans, tout ce qui s’écrivait à la Sorbonne et à Nanterre, en ces temps où les murs avaient la parole. Il permet de dégager ses quatre composantes : une dimension antiautoritaire, une revendication hédoniste, un messianisme politique et – peut-être – une « effraction du spirituel » (l’expression est de Maurice Clavel). « Il est interdit d’interdire » concentre la dimension antiautoritaire. La subversion de la verticalité fut bien la grande affaire de mai. Dans le chaos des idées qui fusaient alors, un texte exprime l’essentiel de l’utopie soixante-huitarde : le Manifeste du Comité Censier. Il prône l’autonomie, non l’autonomie acquise par l’éducation, mais l’autonomie comme table rase : toute relation hiérarchique est soupçonnée d’être aliénante, et d’abord celle du père sur l’enfant, celle du maître sur l’élève. L’enseignant n’est plus conçu comme le maître qui transmet l’héritage d’une culture mais comme un animateur qui permet à chacun de choisir son propre « itinéraire éducatif » et de mettre au point son projet. Et d’ailleurs, selon le principe de « la négation de toutes les structures verticales », « l’enseigné devient enseignant et l’enseignant enseigné ».
Tout est du même moule, forgé sur la même enclume. Réflexions posées, n’excluant aucune question. Pas d’aigreur ou de jubilation devant l’échec de « La grande arnaque… »
Parcourir en cinq pages une forte synthèse des questions essentielles qui furent posées, questions qui engendrèrent des réponses de faussaires…
Merci Danielle Masson
Et prendre un peu de temps pour relire les vieux livres défraîchis de ce temps du mois de mai 68, livres qui étaient pour beaucoup – pas tous ! - vieux avant que d’être secs au sortir des imprimeries…
Poursuivre la visite et ne pas manquer de frapper à la porte de :
« Mai 68… une révolution ? » par Michel Masson
Ne pas confondre les faits et les conséquences… rappeler aussi que de Mai 68, « il eut pu sortir le meilleur comme le pire ».
Le ton est donné. Rigueur et analyse, à bonne distance :
« En réalité, nous avons assisté à l’expulsion de ce dont la société était grosse : le rejet radical de la confédération des trois lobbies : financier, culturel et médiatique. Refus d’une société privée de transcendance par une entente de la collusion des trois pouvoirs de substitution, dans et sur le dos des personnes réduites en individus-isolats devenus les marionnettes de ce triumvirat. Situation à laquelle il faut ajouter un autre aspect... Les révoltés – intoxiqués par ceux-là mêmes qu’ils contestent – s’accordèrent pour remplacer ce qu’ils prenaient pour l’ordre ancien, parce qu’ils croyaient être leur libération : la licence des mœurs, l’absence de hiérarchie et donc d’obéissance, le relativisme, l’hédonisme...drogues en tous genres y compris celles qui empoisonnent nos cœurs et nos âmes...Double méprise, double esclavage... En définitive, victimes, ils ont perdu sur les tous les tableaux : personnel, en devenant prisonniers d’eux-mêmes ; politique, en réduisant le pouvoir à simple gouvernance ; et sociétal en détruisant les liens naturels qui instaurent les communautés, elles-mêmes constitutives de la société politique... On prétend subvertir l’ordre établi, afin d’instaurer par la violence un ordre nouveau, non issu qui s’avère le diktat d’un ordre culturel idéologique, c’est-à-dire fabriqué de toutes pièces...sorte d’adaequatio à l’envers, où l’intellectus impose le rei... - La deuxième catégorie de bouleversements brusques du cours de l’Histoire est, semble-t-il, tout aussi fréquente ; mais elle n’a pas de nom... ni générique, ni spécifique ! Dans cette catégorie (non révolutionnaire), peuvent être réunies plusieurs formes de tentatives d’un retour à l’ordre. Elle permet aussi d’échapper, ou de sortir, de la fausse alternative qu’est la révolution permanente imposée par la caste culturelle qui, pratiquement, se résume à son institutionnalisation qui consiste à inhiber les véritables intermédiaires pour instaurer des contre-pouvoirs...; situation que nous subissons, et aborderons avant de conclure. »
Et d’oser :
«  S’il est sorti le pire de “Mai 68”, ce n’est donc pas à cet événement qu’il faut en attribuer la pleine et efficiente responsabilité... mais à l’insuffisance ou à l’absence, en force et en nombre, des éléments susceptibles de faire sortir l’ordre du désordre... Dans ces conditions, pourquoi s’étonner de ce que “les mauvais” aient profité du désordre ? Le regrettable – le scandaleux – n’est-il pas plutôt que “les bons” soient restés inopérants, tout juste bons aux analyses... mais inaptes à saisir l’occasion qui se présentait ? »
Deux articles hors des sentiers à lire avec attention… qui illustrent le nom et l’esprit de « Réseau Regain »

A inscrire d’urgence dans vos « favoris »
http://Reseau-Regain.net

Pour les articles cités :
http://homepage.mac.com/mdmasson/ReseauRegain/3Cafephilo/4-SujetsDivers.html

Et ne faire aucune « économie » de lecture !
Encore merci à Danielle et Michel Masson, ainsi qu’à toute l’équipe de « l’escritoire »
http://homepage.mac.com/mdmasson/ReseauRegain/2escritoire/escritoire.html
et la tridimensionnalité de l'homme et de l'ordre du monde.http://homepage.mac.com/mdmasson/ReseauRegain/4Ternaire/Ternaire.html

Portemont, le 19 mai 2008

Transmettre un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.