vendredi 24 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :


 

 

 

Nous honorons la mémoire d’un homme…

Nous honorons bien plus ! Il a incarné un combat, avec foi et pugnacité. Avec heurs et malheurs, il a tout donné de sa personne, comme bien d’autres, pour maintenir vivante une école de pensée.
Vendredi 16 novembre 2007, à 9 heures, en l’église de la Madeleine, c’est aussi cette école que nous honorerons !

Charles Maurras, Georges Bernanos, Pierre Boutang, Jacques Bainville et Pierre Pujo.

Cette école a traversé tout le XXe siècle, affronté tous les malheurs de la France. Elle a appelé les  meilleurs de ses enfants à verser leur sang sans compter. L’histoire officielle  qui ne retient bien souvent que les « mensonges » des vainqueurs occultent sa richesse.

Qui se souvient des grandes heures du jeune Maurras avant 1914 ? Qui se souvient des prédictions de Jacques Bainville après 1918 ?

La liste des grands intellectuels, des « politiques » et des hommes de lettres ou des militaires qui ont fréquenté cette école ou qui ont été influencés par elle est longue. Il faudra bien un jour les faire connaître tous.

Oui, à travers Pierre, c’est cette école de pensée et tous ceux qui l’ont servi que nous honorons !

Comme toute école, elle a eu ses gardiens inflexibles et donc injustes, parfois, à l’égard de ceux qui la voulaient toujours plus en prise avec nos temps présents. Et nos temps n’en finissaient pas de changer !

Préserver l’essence, la substantifique moelle, toute la richesse de cette école d’Action française, école qui s’appuie sur une méthode : l’empirisme organisateur !
Que tous les jeunes gens, la « relève », qui tiennent à honorer Pierre n’oublie pas tout cela. Nombreux sont les « anciens » qui les épauleront.

Nous souvenir aussi, tous, que tout ce combat mené depuis plus de cent ans est mené pour la France ! Et que la France se défait sans son principe d’ordre : le roi !

Honorer la mémoire de Pierre, c’est honorer tout cela, c’est honorer sa fidélité à nos Princes, aujourd’hui sur le sol français après un long exil.

Portemont, le 14 novembre 2007

A relire (cliquer sur le lien) : Le grand souffle de Cochin…

Transmettre un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.