vendredi 24 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :


 

 

 

Le grand souffle de Cochin…

La Jeanne 2005 ! L’amour de la France, en partage…
Et quel partage ! Pierre Pujo et Vladimir Vokoff

Jusqu’au bout, jusqu’à son dernier souffle, notre ami Pierre Pujo a dicté lettres et messages.

De Cochin, dans le silence de la nuit, sans avoir attendu le petit matin de ce 10 novembre 2007, il a passé le flambeau.

Ce flambeau, il le tenait de ses Maîtres qui sont nos Maîtres. Il éclaire notre combat. Un jour viendra où il éclairera et libèrera la France entière…

Notre peine est sereine. La flamme ne vacille pas. Aux mains fermes et jeunes qui entendent la porter haut, des mains aguerries se joignent et se joindront…

Haut les cœurs !...

Une vie vouée à l’Action Française, une vie de combat pour la France. Infatigable pèlerin tissant et retissant les liens entre la nation et le pays réel, afin qu’un jour tous les peuples de France puissent, tous ensemble, recouvrer leur dignité et leurs libertés sous l’autorité du roi capétien.

Une vie vouée au journal du matin au soir, pilonnant de sa plume tous les abandons et les lâchetés des classes politiciennes qui se suivent et se ressemblent. Michel Fromentoux, toujours à ses côtés, tout aussi infatigable lutteur !

Défendre la France pour mieux défendre les Français. Dire NON, non par principe borné mais par juste conviction : Point de salut hors la nation.

« Les grands médias se sont employés depuis un an et demi à affaiblir les sens du « non » au référendum. Ils ont soutenu qu’il était un « non » à Chirac, un « non » à  certaines dispositions sociales obscures de la Constitution. En fait ce fut une réaction de défense instinctive à la fois du « modèle social » et du cadre national. Sans doute ce modèle social appelle-t-il des réformes pour s’adapter à la modernité, mais les Français n’apprécient pas que celles-ci leur soient imposées de l’extérieur par quelqu’autorité supranationale anonyme. Quant au cadre national, ils ont senti qu’il protège leurs traditions et leurs libertés. Ils peuvent parfois adhérer à l’internationalisme en paroles, mais à l’heure du choix, ils reviennent à la nation »
(In éditorial de l’Action Française 2000 n° 2716).

La nation… Une obsession ? Point du tout ! Une réalité : le beau fruit d’une longue histoire toujours vivante. Et ce fruit mérite d’être bien gouverné !

Dans ce dessein, la  nation mérite d’être bien représentée :
« En son temps, feu le Comte de Paris proposa la création de « délégués du peuple » qui auraient suppléé à la déficience du système représentatif républicain. Ils auraient eu notamment pour tâche de servir d’intermédiaires entre les citoyens et les administrations. Ils se seraient fait ainsi écho des doléances des Français auprès du pouvoir.
C’est aussi à cette préoccupation que répondrait la possibilité donnée au chef de l’Etat de s’exprimer devant les assemblées sans pour autant se faire accompagner par des grenadiers…
Il pourrait recueillir ainsi les doléances des Français en écoutant  leurs représentants légaux… On ne s’en sortira pas sans réviser le mode de représentation des Français auprès du pouvoir. Il faudrait viser à représenter davantage les intérêts que les opinions, les collectivités territoriales que les individus.
Le régime républicain n’a pas résolu le problème des institutions politiques en France. Il faudrait retrouver l’esprit de la monarchie capétienne qui correspond à la nature politique de la France : l’autorité en haut, les libertés en bas et, entre les deux, une représentation du pays réel. On a multiplié les essais, toujours infructueux. Combien en faudra-t-il avant de trouver la bonne solution ? »

(In éditorial de l’Action Française 2000 n° 2730)

Une vie de fidélité à la France, inséparable de sa fidélité à la Maison de France et à son Chef.
Fidélité parfois rugueuse, mais jamais prise en défaut !

OSLJ, 17 décembre 2005. Monseigneur le Comte de Paris et Pierre Pujo

Ce sont toutes ses fidélités que Pierre Pujo, avec d’autres, nous ont transmis.
Plus que jamais nous devons les faire grandir et les transmettre, les partager avec le pays réel si cher à nos cœurs.

Nous pourrions ainsi reprendre tous les éditoriaux de Pierre, toutes ses allocutions de « Galette des Rois » en « défilé de Jeanne d’Arc », de « Grand Banquet d’Action Française » en « Camp Maxime Real del Sarte »…

Une foi en la France inébranlable, point figée. L’esprit toujours curieux, même dans les moments difficiles et douloureux. Séjournant à l’hôpital Bichat après son accident de 2006, cloué dans son lit, Pierre prenait son mal en patience. Attentif à l’organisation du service, touché par la gentillesse et l’attention du personnel, alors que nous le visitions le docteur Anne-Dominique du Sable et votre Portemont, Pierre posait des questions sur la situation des hôpitaux, le manque de personnel…

Esprit curieux, esprit joyeux !

Pierre disait toujours présent à nos invitations du Groupe de Liaison Royaliste- Les Manants du Roi. Levé tôt, il ne manquait jamais de faire son « footing »…

Session du Groupe de Liaison Royaliste-Les Manants du Roi. 2006
Après le « footing » le petit déjeuner…Pierre Pujo et Portemont

Les conférences s’enchaînaient, les débats s’animaient… Pierre feignait de s’être assoupi… et pour notre plus grande joie n’en ratait aucune ! Rien ne lui avait échappé !
Nous attendions tous le repas du soir, et Pierre n’était pas le dernier. Verre en main, à la santé du Roi !

Et quelle joie avons-nous partagé l’été 2006 !

Un duo qui restera gravé dans nos cœurs : Pierre et Gérard Leclerc chantant le « Grand Métinge »…

Notre histoire, l’histoire des royalistes d’Action Française, est houleuse, tourmentée. Défendre la Cause ! Parfois avec dureté à l’égard de ceux qui la défendaient par d’autres chemins… Et puis se ressaisir, se retrouver autour de cet amour que nous partageons tous pour notre patrie, pour nos Princes. Partager avec tous ceux qui aiment la France, sans distinction, Pierre a su le faire, prenant le dessus sur les vieilles querelles qui n’étaient pas rien… Pierre et son combat auprès des « souverainistes » !
Fidélité. Fidélité à la France. Pierre a livré tous les combats.

Dans un souffle, il a passé le flambeau. Nous savons qu’il est en bonne compagnie et que tout là-haut, il attend que la France gagne avec tous les Français… autour du Roi !
Nos pensées vont à Marielle Pujo, à Mademoiselle de Benque d’Agut et Madame Dallibert, fées silencieuses du 10, rue Croix-des-Petits-Champs, à Monique bien sûr.

Et nous pensons aussi très fort à Michel, Michel Fromentoux qui déjà doit se pencher sur le journal. Des mains fermes et jeunes entendent porter haut le flambeau, des mains aguerries se joignent et se joindront…

Que notre peine soit sereine.

Haut les cœurs !

Portemont, le 11 novembre 2007

Et toute notre confiance à la relève : L’amour de la France en partage !
Camp Maxime Real del Sarte 2007



Lettre d'information du Centre royaliste d'Action française - 10 novembre 2007 -

Obsèques de Pierre PUJO

Les obsèques de Pierre Pujo (cf. communiqué de presse du samedi 10 novembre), journaliste, patron de presse et homme politique, décédé le 10 novembre 2007, à Paris, à l'âge de 77 ans seront célébrées, à Paris, en l’église de la Madeleine (place de la Madeleine - Paris VIIIème arr.), ce vendredi 16 novembre 2007, à 9h en présence des représentants de la Maison de France et de nombreuses personnalités du monde politique, médiatique et littéraire.

Thibaud PIERRE,
Secrétaire Général

 

Fontainebleau, le 10 novembre 2007,

Chers amis Camelots et militants,

L’Action Française vient de perdre, en Pierre Pujo un chef, un serviteur zélé et intransigeant de la Cause. L’ayant connu depuis 45 ans et le proche collaborateur que je fus depuis les années 1990, me permet de témoigner mon admiration envers cette infatigable combattant.

Pierre est né d’Action Française, il a vécu pour l’Action Française, il est parti en Action Française. Sans aucun doute, ce n’est pas pour déplaire à la divine Providence en laquelle sa foi était grande et qui l’accueillera en bon serviteur.

Il s’en est allé rejoindre les siens dans la Patrie céleste. A la suite de Charles Maurras « son combat fut pour une Patrie, pour un Roi, les plus beaux qu’on ait vus sous le Ciel, la France des Bourbons, de Mesdames Marie, Jeanne d’Arc et Thérèse et Monsieur Saint-Michel » :

Je m’incline respectueusement à sa mémoire et j’invite les aînés comme les jeunes générations à poursuivre – dans l’unité – le noble combat d’Action Française. Vive la France, vive le Roi !

Bernard BONNAVES, Camelot du Roi,
membre du Comité Directeur de l’Action Française.
Ancien secrétaire général du mouvement.

 



Lettre d'information du Centre royaliste d'Action française - 10 novembre 2007 -

PIERRE PUJO NOUS A QUITTE

Le journaliste, patron de presse et homme politique Pierre Pujo est décédé le 10 novembre 2007, à Paris, à l'âge de 77 ans.

Pierre Pujo était né le 19 novembre 1929 à Boulogne-Billancourt. Il était le fils de Maurice Pujo (1872 - 1955) qui, aux côtés de Charles Maurras (1868 - 1952) fut l’un des fondateurs de l'Action française. Elève de Science-Po sur les même bancs que Jacques Chirac, il rejoint les rangs des étudiants monarchistes. Militant pour la défense de l'Algérie française, directeur du mensuel AF Université puis de l'hebdomadaire Aspects de la France, il mène avec succès le combat pour le maintien de l'île de Mayotte au sein de la nation française à la fin des années 1970.

Pierre Pujo fut sa vie durant un soutien indéfectible des Princes de la Maison de France aujourd'hui incarnée par Henri, Comte de Paris, duc de France.

Alors que l'ensemble de la droite nationale se rapprochait du Front national, il tînt à préserver la spécificité et l'indépendance du courant royaliste français. A la fin des années 1990, il participa aux côtés du député français au Parlement européen Paul-Marie Coûteaux et du général Pierre-Marie Gallois à l'émergence du courant souverainiste en France. Lors des élections présidentielles de 2002 il apporta son soutien à la candidature de Jean-Pierre Chevènement. Jusqu’à aujourd’hui il fut le directeur du bimensuel royaliste Aspects de la France, rebaptisé L'Action française 2000.

Patriote fervent, amoureux de la France, la monarchie était à ses yeux la seule forme institutionnelle qui convient au pays.

Thibaut Pierre,
secrétaire général de l'Action Française.

PS: les obsèques auront lieu le vendredi 16 novembre à 9h en l'église de la Madeleine.

 

 

Quelques communiqués de Presse
  • Le Figaro :


  • Novopress :


  • Le Nouvel Observateur :

 

  • Le Blog de Jean-Pierre Chevènement :

  • France Catholique :

Mort de Pierre Pujo

    Pierre Pujo est mort à Paris, le 10 novembre 2007. Il avait 77 ans. Fils de Maurice Pujo, l’un des fondateurs de l’Action française, il avait été étudiant à Science-Po en même temps que Jacques Chirac et aurait pu faire une confortable carrière dans la Banque. Mais sa fidélité à l’œuvre de son père et de Charles Maurras le propulsa à la tête du mouvement monarchiste. Il s’y maintint durant de très longues années grâce à la fidélité du public de l’hebdomadaire "Aspects de la France", devenu ensuite le bi-mensuel "Action française 2000".

    Pierre Pujo n’avait pas le panache d’un camelot du roi, ni le brio de nombre d’intellectuels maurrassiens, mais il n’était pas dépourvu de bon sens, ainsi qu’en témoignaient, la plupart du temps, ses longs éditoriaux. A trop vouloir, peut-être, rester fidèle aux engagements passés du mouvement fondé par son père, il ne sut pourtant jamais accompagner les tentatives de renouvellement menées par différentes générations de jeunes royalistes, et vouées, de par son immobilisme, à se transformer en douloureuses scissions ou à retomber plus ou moins vite.

    Le communiqué publié par l’Action française retient de ses choix qu’il fut toute sa vie fidèle "aux princes de la Maison de France, aujourd’hui incarnés par Henri, Comte de Paris, duc de France", qu’il avait milité pour l’Algérie française, qu’il avait maintenu l’indépendance de son mouvement au moment où toutes les composantes de la "droite nationale" se rapprochaient de Jean-Marie Le Pen, soulignant même qu’il appela à voter Jean-Pierre Chevènement en 2002, que son combat pour maintenir Mayotte au sein de la nation française ne fut pas vain, qu’il fut à sa manière une figure du mouvement souverainiste.

    On pourrait ajouter qu’il fut un catholique pratiquant, s’efforçant de mener une vie équilibrée, courageux, bon et capable de pardonner et même d’oublier les injures. Ce qui n’est pas rien dans un petit monde où l’amenuisement des enjeux politiques n’a jamais diminué l’ampleur des querelles internes.

    Nul ne peut dire ce que deviendra l’héritage ainsi maintenu, qui est une part de l’Histoire de France - et de l’Histoire de l’Eglise quoi qu’on voudra en dire - avec abnégation et obstination, pour le meilleur souvent et parfois le pire.

    Frédéric Aimard

    Les obsèques de Pierre Pujo auront lieu à La Madeleine, vendredi 16 novembre à 9 h.

 

 

DIAPORAMA...

Groupe de Liaison Royaliste- Les Manants du Roi 2006

Pierre Pujo nous présentant le « bilan » de la Vème République…Portemont, Pierre Pujo, Perceval

Et quel bilan…
Pierre Pujo et André Clert

 

Groupe de Liaison Royaliste- Les Manants du Roi 2005

Avant la réplique...

On travaille tard… Pierre Pujo et Anne-Dominique du Sable

Michel Michel et Pierre Pujo

 

Groupe de Liaison Royaliste- Les Manants du Roi 2004

Partager, tous ensemble...

La France toujours ! Pierre Pujo et le général Pichot-Duclos représentant la Restauration Nationale…

Et toujours partageant la bonne humeur des Manants !

Perceval, Pierre Pujo, Michel Michel

 

La Jeanne ! 2006

Prêt pour le départ du cortège…
Son Altesse Royale le prince Charles-Philippe d’Orléans, Son Altesse Impériale la princesse Vin Thuÿ, Pierre Pujo, Maître Elie Hatem

Toujours honorer la sainte de la patrie !

L’amour de la France en partage :
Paul-Marie Coûteaux, Son Altesse Royale le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme, Pierre Pujo, Maître Elie Hatem.

 

Camp Maxime Real del Sarte - Lignières - 2005

Pierre Pujo, Son Altesse Royale le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme, Portemont et Didier Béoutis du Cercle Alexis de Tocqueville

 

Camp Maxime Real del Sarte - Lignières - 2004

La France… Toujours la France

 

Banquet 2005

Pierre Pujo et la relève…

La France… Toujours aimer la France !

L’aimer en partage…
Pierre Pujo, Paul-Marie Coûteaux, Son Altesse Royale le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme

Transmettre un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.