vendredi 24 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

L’  «  Europe poison » est en marche…

Alors que notre ministre de l’agriculture, Monsieur Barnier,  faisait le joli cœur… en lançant son plan pour une réduction de l’utilisations des pesticides ,« si possible », la Grosse Commission  européenne  adoptait des limites maximales de résidus de pesticides dans notre alimentation…

Il est vrai que la France occupe la première place dans le peloton des utilisateurs de pesticides en Europe. Nous serions même troisième  à l’échelle mondiale.
Tentant de faire valoir les conclusions du « Grenelle environnement », Monsieur Barnier souhaiterait une réduction de nos pesticides de 50% d'ici 10 ans. Un bien brave homme !

Michel Barnier

Point besoin d’être grand clerc pour imaginer la réaction de l’Union des industries de la protection des plantes. De grands amoureux des plantes !

Pour Jean-Charles Bocquet, directeur général de ces amoureux, le plan « Barnier » est irréaliste, sauf si on considère que la France n’est plus un pays agricole et que nous serions obligés d’importer des produits agricoles de base »

Et de faire valoir que les volumes des pesticides utilisés ont  baissé de 40% entre 1999 et 2006. Oubliant de préciser que si les volumes baissent, la qualité des produits est toujours plus puissante…

De son côté, la courageuse FNSEA s’accroche au « si possible » ministériel…
Pascal Ferey,   vice-président du syndicat agricole, n’en doutons pas, la main sur le cœur, précise : « Il est hors de question d'accepter que le ministère prenne le risque d'handicaper économiquement (...) les filières végétales françaises ».

Dans la douce musique de ses déclarations, l’Europe, elle, travaille !

Et la Grosse Commission a harmonisé les normes quant aux résidus d'herbicides, fongicides et pesticides afin que toute la belle famille des 27 soit enfin unie !
S’est-elle appuyée sur la directive de 2005 qui prévoyait que seraient retenues les « Limites Maximales de Résidus » de pesticides les plus basses ?

Les promesses n’engagent que ceux qui les ont écoutés…

Aussi,grâce à cette « harmonisation » devrait-on trouver sur les agrumes, des taux 40 fois supérieurs de Fénoxycarbe (qui stoppe le développement des larves d'insectes)et la tomate aura droit à 10 fois plus de son herbicide favori (le Cléthodime).

Longue est la liste… Envolées nos normes nationales ! Et un cadeau de plus à de puissantes industries…

Une association regroupant environ 900 médecins français n’a pas manqué de réagir en  dénonçant, dès  vendredi 12 septembre 2008, les nouvelles normes européennes en matière de pesticides dans les aliments, refusant ces « plafonds toxiques qui peuvent compromettre la santé humaine ».

« Les décisions européennes concernant l'harmonisation des taux de pesticides semblent issues de la politique du nivellement par le bas. Nous, médecins de terrain, refusons ces plafonds toxiques qui peuvent compromettre la santé humaine » (Association santé environnement France).

Ces médecins rappellent que les pesticides, « outre la toxicité aiguë pouvant conduire à des décès, ont des effets chroniques avérés » (anomalies congénitales ou des troubles du système immunitaire).

Et nous qu’allons-nous rappeler ? Ne sommes-nous pas concernés ?

Simon de Quoisiry, le 20 septembre 2008

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.