samedi 25 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

Quand tombent les masques…

Les beaux discours sur la France -au demeurant brillants pour certains – partent en fumée.
Toutes les postures prises par le candidat Sarkozy avaient été démontées par les « irréductibles » défenseurs de la France et de la civilisation française. Paul-Marie Coûteaux est l’un ceux-là. Il ne baisse pas la garde…

Bientôt le 19 novembre 2007. Lisbonne ne doit pas être l’anti-chambre de l’abdication de la France…

Merci à Paul-Marie Coûteaux de le rappeler.

Ne manquez pas de lire :
L'Indépendance

Portemont, le 16 septembre 2007

Communiqué
de Paul-Marie COÛTEAUX
Député français au Parlement européen,
directeur de L'Indépendance

Admirable M. Jouyet ! En annonçant, avec l'aval de l'Elysée, et conformément à ce qu'avait dit l'hiver dernier le candidat Sarkozy, que la réforme constitutionnelle pourrait supprimer l'article 88-5 faisant obligation au gouvernement français de soumettre à référendum toute adhésion future d'un nouveau membre, il prouve que les craintes des opposants à l'entrée de la Turquie étaient fondées. Précisant que l'initiative qu'avait prise Jacques Chirac voici deux ans d'inclure cette précaution était à ses yeux "ni faite, ni à faire", il donne à réfléchir aux têtes légères qui ont voté pour lui. La manoeuvre destinée à calmer les oppositions populaires manifestées lors de l'ouverture des négociations le 3 octobre 2005 a réussi. On annonce qu'un référendum serait organisé le moment venu, on modifie la Constitution, puis, une fois les esprits apaisés et les négociations lancées, on supprime la précaution constitutionnelle et le tour est joué.

Le plaidoyer de M. Jouyet pour la voie parlementaire est significatif de la façon dont la France est désormais gouvernée : dire que la voie parlementaire fera aussi bien l'affaire, c'est admettre comme allant de soi que le Parlement peut parfaitement dire Oui là où le peuple aurait parfaitement dit Non.

Cette affaire montre une fois de plus que la France, dont on a attendu que s'achève en juin le cycle électoral, est prise dans l'engrenage sans que son peuple ne puisse plus rien dire. Elle prouve qu'il est décidément essentiel d'imposer à M. Sarkozy un référendum avant toute ratification de la Constitution européenne (nouvelle mouture). J'appelle tous les patriotes de droite comme de gauche et tous ceux qui ne sont ni de droite ni de gauche à manifester le 19 octobre lors du sommet européen de Lisbonne. Je les appelle d'ores et déjà à se rassembler dans cette perspective.

Le masque du patriote que s'était donné Nicolas Sarkozy est désormais tombé, en tous sujets, et notamment sur le point cardinal de la Constitution européenne et de l'adhésion de la Turquie. J'appelle les dirigeants et les militants souverainistes à ouvrir les yeux sur ce fait et à reprendre le combat pour la défense de la souveraineté nationale et populaire et celle de la civilisation française.

P-M. C.
Paris, le 14 septembre 2007

Contacts : 06 81 41 89 32 / 00 32 2 284 72 06

Visiter le site:

http://www.franceindependante.fr.nf/

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.