mardi 21 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

Contre « le temps de Dieu », le « murabaha » et quelques astuces…

Dans les arcanes de la pompe à phynance « Charia compliant »…
Les nouveaux habits pour danser autour du Veau d’or… Avec notre ami Pierre Jeanthon…

Que ne ferait-on pas pour attirer « 100 milliards de dollars »?

Danse du « ventre » à Bercy?

Nos temps sont difficiles…

Portemont, le 6 avril 2009

Finance islamique

Certes les temps sont moins favorables aux Pays de l'Opep. Néanmoins avec une production moyenne de 9 millions de barils par jour vendus à un prix supérieur à 50 $/b, l'Arabie Saoudite engrangeait plus de 164 milliards $ sur 2008.

Ajoutés à ceux perçus par ses voisins du Golfe, on comprend que cette manne suscite la convoitise des Etats occidentaux en mal de liquidités.
Inversement, les Pays Arabes de l'Opep, très soucieux de préparer l'après pétrole, sont particulièrement sensibles aux opportunités offertes par la finance internationale : ainsi il va de soi que tout ce petit monde est fait pour s'entendre, sous réserve de ne pas contrevenir à la Charia qui interdit le prêt à intérêt, les opérations spéculatives et le financement d'activités telles que le commerce de l'alcool, les jeux de hasard,…

L'intérêt et l'usure étaient également proscrits dans l'Occident du Moyen Age qui, selon la formule de St Thomas d'Aquin, considérait que l'argent pour l'argent est un péché puisque l'usure utilise "le temps de Dieu" pour engendrer un gain sans travail. Déjà la loi juive était plus "astucieuse" car l'interdit de l'intérêt était limité aux "frères" du prêteur…!

Les Musulmans n'étaient pas en reste avec une astuce ("hiyal")  financière, le "mohatra", pour contourner l'obstacle de l'intérêt : je te vends un troupeau 1500 dirhams que tu me règleras dans 6 mois ; je te le rachète immédiatement pour 1300 dirhams que je paye cash. A toi de faire fructifier cette somme pour t'acquitter de ta dette à l'échéance convenue. En 6 mois j'empoche 200 dirhams sans jamais avoir prononcé le mot tabou.

De nos jours pour permettre le commerce de biens physiques nécessitant un emprunt islamique, les Musulmans ont mis au point une sorte de crédit bail, le "murabaha" : le tracteur dont vous avez besoins sera d'abord acheté par votre banque qui vous le revendra au même prix majoré d'une commission négociée ; vous en deviendrez propriétaire après avoir réglé le nombre de mensualités convenu.

Toute l'astuce est sémantique : la commission remplace le montant des intérêts.
Si pour le négoce de biens physiques il a été possible de trouver des astuces relativement simples le montage est beaucoup plus épineux pour les produits de la finance moderne. Pour qu'il soit "Charia compliant" (compatible avec la Charia), la pratique la plus courante consiste à s'entourer des services de spécialistes en ingénierie financière pour concevoir un projet qui devra recevoir l'aval d'un docteur es charia (en général un iman de l'université égyptienne d'Al-Ahzar).
Toute peine méritant salaire, le montant des prestations ci-dessus s'ajoute au capital engagé par l'investisseur, ce qui limite l'essor de la finance islamique ; momentanément car, nécessité obligeant, on peut faire confiance au génie des financiers et aux "pertes de mémoire" des docteurs de la Charia pour créer des montages de plus en plus sophistiqués (tels les obligations islamiques les "sukuks", adossées à des actifs physiques).
Et nécessité il y a : Ainsi l'Afrique avec 412 millions de musulmans et des ressources minérales considérables, est un des objectifs prioritaires pour les pays du Golfe.
Pour l'heure la finance islamique ne compte que 37 établissements inégalement répartis sur le sol africain  (les ¾ sont implantés en Egypte et dans le Nord du Soudan). En raison des énormes besoins du Continent, la finance islamique réfléchit à des outils "charia compliant"  pour investir le marché des obligations d'Etat. Selon l'agence Moody's le potentiel de la finance islamique serait de 2800 milliards $ contre environ 700 aujourd'hui.
Et il n'y a pas que l'Afrique ! Malgré les dépréciations liées à la crise (à l'image du fonds Abu Dhabi Investiment Authority qui a perdu 125 milliards $ sur 1 an) les beaux restes des investisseurs du Golfe émoustillent Bercy qui étudie toutes les possibilités pour aménager le dont fiscal français afin que les acquéreurs musulmans de biens immobiliers puissent faire leurs emplettes de façon "charia compliant".
Remplaçons le traiteur de notre exemple précédent par une maison : celle-ci sera d'abord achetée par une banque puis louée à l'investisseur qui en deviendra propriétaire après le règlement du dernier loyer.
Notre fiscalité classique pénalise doublement l'acheteur qui utilise ce montage :
la maison étant l'objet de 2 ventes, supporte deux fois les droits d'enregistrement
dans un crédit immobilier standard, les intérêts sont fiscalement déductibles ce qui est impossibles dans notre exemple… puisqu'il n'y a pas d'intérêts mais une commission.

Pour éviter ces inconvénients Christine Lagarde prenait deux mesures en date du 18 décembre dernier :
la banque (ou la structure appropriée) qui effectue le premier achat bénéficiera du statut de marchand de biens d’où une seule transaction et donc un seul droit d'enregistrement
les loyers seront déductibles.
Chaque transaction est préalablement présentée à un Comité Charia, l'Acerfi (Audit, conformité éthique et recherche en finance islamique) qui adoube le contrat de vente.

Direction générale du Trésor
et de la politique économique

Initiative en faveur du développement de la finance islamique en France

http://www.minefe.gouv.fr/

D'aucuns pourraient s'irriter à la vue du tapis rouge déroulé par Bercy ; eh bien ce serait une erreur car selon la déclaration lyrique d'un membre de l'Acerfi tout cela est pour notre bien "nous sommes animés par la volonté de contribuer à la compétitivité de la France par le biais du développement de la finance éthique et l'aide à la création de produits financiers destinés à une population de 5 millions de Français de confession musulmane, communauté musulmane la plus importante d'Europe".

Merci de retenir votre émotion et de relever le "comptage ethnique"…la Halde ne sera pas contente !

Naturellement les professionnels de l'argent se félicitent à l'instar de ceux "Paris Europlace" qui se voient déjà gestionnaires de 100 milliards € collectés auprès des Pays du Golfe.

Il est regrettable que la dette française soit majoritairement détenue par des investisseurs étrangers ; et plus encore de constater que pour améliorer nos comptes on en accepte de brader une partie du sol de la Patrie.
Le pire est ailleurs : dépouillée de toute transcendance la Civilisation occidentale a universalisé le culte du dieu argent. Est-il encore possible de parler de Civilisation ?

Pierre Jeanthon

Lire:
http://www.pointdebasculecanada.ca/spip.php?breve798

Lire… De l’homo oeconomicus islamicus…

http://ribh.wordpress.com/2007/09/13/finance-islam-l%e2%80%99homo-oeconomicus-islamicus/

Finance islamique. Longtemps attendus, les premiers produits financiers en accord avec les principes islamiques viennent de voir le jour en France. Après deux années de travail, deux placements financiers destinés au grand public musulman viennent de recevoir l’aval de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Il s’agit du premier produit en euros proposé par une banque française, la BFCOI, filiale réunionnaise de la Société générale, qui ait reçu une validation d’un Shariah Board reconnu… Lire la suite:

http://www.al-kanz.org/2008/03/29/finance-islamique-3/

Régime applicable aux opérations
de Murabaha et aux suruk.
L’instruction de synthèse
4 FE/09 n° 22 du 25 février 2009 :

La finance islamique représente 400 à 500 Md € d’investissement à travers le monde. Le développement de la finance islamique en France est un enjeu pour attirer sur notre territoire une part de ces investissements et permettre aux investisseurs souhaitant investir dans des instruments respectant les principes de la Charia de bénéficier des services de la place financière française.
Lire la suite:

 

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.