mardi 21 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

De « Notre Maître d’Ecole »…

Il y a peu, il nous invitait à bien regarder la Lune…
Les cartes n’ont aucun secret pour lui. Les cartes ? Bien plus que les cartes !
A la suite de Sir Halford John Mackinder, le général Pierre-Marie Gallois nous apprend à « lire » le monde. Le monde d’aujourd’hui et le monde de demain… « D’autres Institutions pour la nouvelle économie »

Le général Pierre Marie Gallois et
Sir Halford John Mackinder

Il faudrait être fou pour croire ou souhaiter que le « Marché » tout puissant puisse régir le monde. Le monde n’est pas qu’un amas de richesses à piller. Le monde est fait d’hommes et de femmes, et d’enfants aussi !

Alors que la France se glisse chaque jour un peu plus sous les draps de la vassalité, des pays affirment toujours plus leur volonté de souveraineté. Et ils modifient la lecture de la carte du monde…

Comment la lire ?

Le général Pierre Marie Gallois nous livre les clefs !

Vous dire encore merci, mon général, est bien faible…

Léon Areva, le 12 novembre 2007

D’autres Institutions pour la nouvelle économie

Formulant ses prévisions pour l’année 2008, le Fonds Monétaire International estime que les économies des pays dits émergents, en expansion, compenseront, au moins partiellement, les médiocres performances des Etats « anciennement industrialisés ». D’après le FMI, la Chine, l’Inde et la Russie contribuent  à elles trois à la moitié de l’expansion globale. Hier, moteurs de la croissance mondiale, les Etats-Unis n’y figureront plus qu’en proportion de leur taux de croissance, soit moins de 2 %... et la zone euro pour 2,1 %, voire moins.

Sir Halford John Mackinder
(1861 - 1947)

Au début du siècle dernier, le géo-politologue  britannique
Halford J. Mackinder avait situé le « pivot » du monde au nord-est de la masse terrestre euro-asiatique.
A l’époque en effet, cette région du monde était militairement difficilement accessible. Elle  accordait aux puissances  de la Terre d’alors : Allemagne, Russie, bien des avantages face à celles des océans : Grande-Bretagne et Etats-Unis. Mackinder résumait ses craintes par l’aphorisme suivant : … « Qui  tient la terre centrale, domine l’île mondiale, (l’Eurasie) qui domine l’île mondiale domine le monde ».

L’aviation, l’engin balistique, la bombe atomique  ont périmé cette définition, inspirée  par la stratégie militaire  d’avant Hiroshima.

Spykman N. J., America’s Strategy in World Politics. The United States and the Balance of Power, 1944

Spykman N. J., The Geography of the Peace, 1944

Mais, voici que l’économie, substituée  à la stratégie, situe  à nouveau une sorte de « pivot » du monde au centre de gravité de ces trois puissances de la zone euro asiatique, Chine, Inde, Russie. En l’occurrence, le « pivot » économique  est élargi vers le Sud de la zone Asie-Pacifique  par le poids de l’Inde en s’étendant bien au-delà du « donjon » stratégique  évoqué par Mackinder.

Cette nouvelle primauté géo économique est le fait des deux peuples milliardaires en vies humaines, à leur formidable potentiel de production, d’une part, et des ressources énergétiques – pour encore un demi siècle – et des matières premières que recèlent les 17 millions de kilomètres carrés de l’immense Russie, d’autre part. D’un côté, près de la moitié de la population mondiale  et, de l’autre, les apports de l’espace national le plus étendu au monde.

Population du monde…

Avant-hier la richesse du sol en surface (par exemple celle de la France agricole), hier le charbon et le fer qui contribuaient à la puissance de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, accordaient la primauté à des nations de faible étendue, à la population numériquement mesurée. Aujourd’hui, à nouveau, comme au temps des premiers empires eurasiatiques, ce sont les grands nombres – espace, habitat – qui l’emportent.

Non seulement le travail des populations  de la « zone pivot » améliore leur sort, mais elles ont une telle capacité de transformation de la matière en biens d’équipement et de consommation que leurs gouvernements prospectent le reste du monde pour s’y procurer les ressources, qui, à l’intérieur, font défaut à un potentiel de transformation aussi exigeant.

Et, ce faisant, ils soutiennent les économies locales, si bien que le FMI constate à la fois, avec satisfaction, la croissance – inattendue – des pays émergents, riches en matières premières, et avec inquiétude le déclin économique  des « anciennement industrialisés ». Ainsi  alimentée, la gigantesque machine à produire  d’Asie-Pacifique, aux bas salaires, mine les économies occidentales  des pays à hauts salaires, qui ne peuvent soutenir une telle concurrence.

Travailleurs chinois…

Pour les mois prochains, si les experts du FMI créditent la Chine d’une croissance comprise entre 10 et 11 %, l’Inde dépassant 8 % et la Russie 6.5 %, ces moteurs de la nouvelle économie mondiale  décident donc de l’activité de nombreux pays, hier péniblement émergents, qui afficheraient demain des taux de croissance élevés. C’est, par exemple, le cas de l’Angola (14,3%), du Soudan (12,1%), du Ghana et du Congo (6%), tandis qu’en Asie le Pakistan et le Bangladesh avec 6,2% témoignent d’une bonne santé économique. Mais les énergies fossiles du bassin de la Caspienne permettent des taux de croissance encore meilleurs en Azerbaïdjan (25,6%), Turkménistan (9 %), Kazakhstan (8,3%).

Il est prévu une semblable euphorie en Europe de l’Est. Libérée du poids de l’économie planifiée  à la soviétique, et aussi la manne communautaire aidant, elle développe ses économies nationales. Bien que s’appauvrissant les « anciennement industrialisés » d’Europe  contribuent  à l’essor de leurs voisins.

Juste un exemple...

C’est ainsi que les pays baltes auraient une croissance moyenne proche de 10 %, la République  tchèque et la Slovaquie plus de 6 %, la Biélorussie 7 %.  En contrepartie, la prochaine année serait celle de l’anémie des économies des puissances hier majeures. Outre-Atlantique, les Etats-Unis en seraient à 1,9 % moins même que la zone euro (2 %) dans laquelle l’Italie (1,3 %) et la France (1,9 %), l’Allemagne avec 2 %, font piètre figure. En revanche, hors de la zone euro, et le pétrole de la mer du nord aidant, la Grande-Bretagne atteindrait encore une croissance de 2,3 % soit, en gros, la moitié de la croissance moyenne mondiale. Ainsi, les « anciennement  industrialisés » (Japon compris avec 2,7 %) plongent, tandis qu’émergent les émergents, essentiellement grâce aux activités nouvelles de la Chine et de l’Inde, d’une part, de la rente pétrolière, d’autre part.

C’est donc la conjonction  du travail faiblement rémunéré, d’une part, et de la production et de la vente des hydrocarbures d’autre part, qui façonnent la nouvelle  économie mondiale. En nous limitant à évoquer des ordres de grandeur, disons  que sur les quelque  53.000 milliards  de dollars que gèrent les institutionnels  de la planète, le sixième environ est constitué par les réserves de change de certains pays (de l’ordre de 5500 milliards de dollars) et par les « ressources disponibles pour l’investissement » (3000 à 4000 milliards, selon les diverses appréciations).
Ces « ressources disponibles » sont les fameux « Sovereign Wealth Funds » (S.W.F.) selon la désignation  anglo-saxone, fonds dits « souverains » parce qu’ils sont détenus par certains Etats auxquels l’investissement, plus particulièrement à l’étranger, devrait fournir les ressources que l’épuisement des hydrocarbures est en train de tarir. (En valeur, 70 % de ces fonds ont pour origines le pétrole et l’augmentation de son coût, la production à salaires faiblement rémunérés de la Chine lui ajoutant sa part).

Drapeau de la Chine, de la Russie, de l’Inde… celui des Emirats Unis pourrait être rajouté :

Ces « fonds souverains » sont, à la fois, appréciés et redoutés. Appréciés par les entreprises étrangères qui en bénéficient en tentant de survivre à la concurrence de la production à bon compte des nations milliardaires en vies humaines. Ces entreprises sont, en général, celles des « anciennement industrialisés » à la main d’œuvre coûteuse, mais à haute productivité. En échange de leurs matières premières, bien des pays en voie de développement, notamment en Afrique, en profitent également.

Mais ces fonds sont aussi redoutés dans la mesure où les gouvernements des pays dits développés constatent que d’importantes entreprises passent ainsi sous un contrôle financier étranger. Et que la production de ces entreprises enrichit l’investisseur  au détriment du pays où le travail est ainsi financé.

Les sommes considérables  des « fonds souverains » sont d’autant plus  agressifs à l’extérieur que l’Etat qui les détient, la majorité à l’économie fondée sur les hydrocarbures, ne déploie que d’autres activités industrielles  et commerciales plus limitées. Dans ce cas, localement, le phénomène de saturation est vite atteint et c’est à l’extérieur qu’il faut aller chercher fortune.

Dans une étude précédente intitulée « Puissance  financière  et pouvoir économique des masses » les diverses participations  des « fonds souverains » dans les entreprises des « développés » avaient été énumérées, sans prétendre à l’exhaustivité, le processus étant en cours. C’est ainsi, par exemple, que le rayonnement financier de l’Emirat de Dubaï ne cesse de s’étendre et que, tout récemment, il a décidé d’investir dans la puissante banque HSBC et aussi dans un établissement bancaire indien.

Et aussi…

Dubaï croit en Airbus. Le fonds d'investissement public de l'émirat de Dubaï (Dubaï International Capital, DIC) a racheté 3,12% du capital d'EADS, le groupe de défense et d'aéronautique franco-allemand. Aucun détail sur le prix de cette participation n'a été dévoilé. DIC gère deux milliards de dollars.

DIC a prévenu qu'il ne chercherait pas à prendre une part active dans la gestion d'EADS mais veut simplement «construire des relations stratégiques» avec le groupe. Dubaï détient aussi la compagnie Emirates, à ce jour le plus important client du très gros-porteur A380 d'Airbus.

Tous ces gouvernements se sont donné  une « cagnotte » destinée, fort légitimement, à créer des activités rémunératrices remplaçant la rente pétrolière. C’est aussi bien l’obsession  de la Norvège et de la Russie que des producteurs d’hydrocarbures du Moyen-Orient et, en ce qui concerne la Chine, l’objectif  est d’investir là où se trouvent les matières premières nécessaires à faire tourner sa « gigantesque machine à produire ».

Ainsi, l’argent disponible en abondance bouleverse-t-il les économies nationales. Voici, par exemple, les Emirats arabes unis, le Koweït et Singapour, dont la population totale n’atteint pas 7 millions, vivant sur moins de 100 000 kilomètres carrés, mais détenant près de 1200 milliards de dollars de fonds disponibles, soit près de la moitié de la valeur des sociétés cotées à la bourse de Paris.
Investissant partout et dans toutes les activités rémunératrices, ces fonds d’Etats, – y compris de petits Etats – suscitent des réactions défensives, souvent vaines d’ailleurs d’autant que le domaine des sociétés présentant un
intérêt stratégique national s’amenuise de jour en jour, l’économie de marché triomphante exerçant ses ravages aux dépens du  pouvoir des Etats.

Essayant de minimiser le péril, au moins partiellement, les pays développés, cibles de ces fonds d’Etat, cherchent en échange, à s’ouvrir les marchés de leurs détenteurs. Mais, Chine mise à part, ceux-ci ne représentent que des marchés restreints.

Sur les démocraties à l’occidentale, la Chine a l’avantage de pouvoir pratiquer une politique autoritaire de « réel patriotisme économique » et de placer ainsi ses fonds souverains, et ses réserves de change, au service de la nation.

« Wahaha » contre « Danone »

Les bons du trésor américain sont, maintenant, délaissés pour faire place à l’investissement  dans les activités les plus rémunératrices des pays développés. Ceux-ci ne s’en plaignent pas, à commencer par la France dont le Secrétaire d’Etat au commerce extérieur déclarant à l’Assemblée Nationale  (le 23 octobre 2007) : « Il ne faut pas nier qu’ils (ces fonds) peuvent jouer un rôle utile dans le financement de l’économie mondiale… ». En particulier celle des pays en difficultés  socio-économiques et spéculant sur la mise à l’encan de leur patrimoine industriel et commercial.

Aux Etats-Unis la prépondérance des fonds d’Etat heurte maintenant la conception traditionnelle  qu’ils  ont eu des vertus de la libre  entreprise et de la mondialisation  des échanges. Les voici qui constatent les effets néfastes du libre-échange ; ils en seraient moins les bénéficiaires  que les victimes, le commerce mondial  s’engageant dans une voie tout autre que celle de l’intérêt des Etats-Unis.

La part de la dette du gouvernement américain, possédée par les banques américaines est tombée à 1,7% en 2004, alors qu’elle était de 18% en 1982. Parallèlement la part de cette même dette détenue par les opérateurs étrangers est passée de 17% en 1982 à 49%.

Outre-Atlantique,  c’est là une révolution, bouleversant de fond en comble deux siècles de certitudes.

Quelle que soit leur origine  en 2006 les investissements  étrangers directs (IED) ont atteint des chiffres très élevés, les pays développés recevant la
part du lion avec près de 900 milliards de dollars, les peuples en voie de développement s’adjugeant 450 milliards  de dollars, soit au total quelque 1350 milliards.

D'après : CNUCED, 2003

Ces imposantes liquidités  proviennent de diverses sources : activités bénéficiaires des entreprises, notamment celles d’Asie-Pacifique, rente pétrolière, l’ensemble permettant des prises de participations, des acquisitions, des fusions, en vue de susciter des activités rémunératrices de complément ou de substitution à celles du pétrole en voie d’assèchement. Ces « réaménagements », visant d’abord la rentabilité, se traduisent souvent par des restructurations dont le personnel fait les frais, les pays hôtes s’accommodant mal du surcroît de non emploi qui en résulte.

Accélérées et amplifiées par la mondialisation des échanges, les migrations – en l’occurrence celles des travailleurs – provoquent de nouveaux flux financiers, ceux-là plus modestes que ceux précédemment évoqués ; les pays émergents à forte population, tels la Chine, l’Inde, les Philippines, les Etats d’Afrique du nord reçoivent d’importantes sommes de leurs citoyens respectifs ayant trouvé du travail dans les Etats faiblement peuplés et, cependant, en expansion.

Annuellement, une vingtaine  de milliards  de dollars  sortent d’Arabie Séoudite, du Koweït, d’Oman, du Liban, de Malaisie  et sont destinés aux familles des travailleurs  émigrés des pays cités antérieurement.

Mais bien modeste est cette conséquence de la mondialisation  des échanges comparée aux effets de la soumission du politique au pouvoir financier des entreprises. Le nivellement des cloisonnements nationaux originels passe les rênes du pouvoir des Etats aux entreprises. Outre-Atlantique , la quête d’énergie
-condition du développement et de la consommation – a porté
-indirectement – au pouvoir les représentants des groupes pétroliers ; d’eux dépendent la paix ou la guerre. En Russie, « Gazprom », à la fois, sert et infléchit le pouvoir politique.



Le gouvernement français a dû tenir compte des « combinaisons »  d’Elf  et il a su obtenir le soutien des médias en bradant la société nationale  « Aérospatiale » au secteur privé.

Devenues des puissances financières internationales, ces sociétés ont prises sur les gouvernements, de plus en plus affaiblis, du moins dans le « monde atlantique ». La spéculation a créé une sorte d’économie virtuelle fondée sur une masse monétaire 30 ou 35 fois plus importante que les sommes représentant la réalité des échanges de biens et de services. Mais, lorsque une telle économie chancelle, les entreprises licencient et les Etats, plongés dans le désarroi, s’endettent pour conjurer les turbulences sociales, si bien que l’argent décide du politique.

Les turbulences ? Alan Greenspan , ancien directeur de la « Federal Reserve », la FED les annonce, dans un livre récent « l’Age des Turbulences ».

Et lorsque les Etats-Unis  entrent en turbulence, c’est que le monde s’y trouve. Il est vrai que jamais  durant leur courte histoire, les Etats-Unis ne se sont heurtés à de telles difficultés : les voici  engagés dans deux conflits  à l’issue  malheureuse, déjà à l’origine  d’une troisième guerre, celle-là  asymétrique, contre le terrorisme et l’animosité  de millions  de musulmans, un énorme endettement, une industrie  et même une économie menacées par l’avènement de deux candidats à la superpuissance, enfin une opinion publique  divisée  et une crise économique interne laissant redouter la récession…


Selon le FMI, pour la première fois, la Chine et l’Inde sont les plus forts contributeurs à la croissance mondiale, évaluée en parité de pouvoir d’achat.

 

Depuis 2004, l’activité  économique  des Etats-Unis – et de l’Europe dans leur sillage – est ralentie et, depuis 2000, le revenu moyen des citoyens était atteint par les charges extérieures et les chocs pétroliers successifs.

L’OCDE estime qu’au cours du dernier trimestre de 2007 la croissance, outre-atlantique, sera voisine de 1,5 %, entraînant une faible création d’emplois, de nombreux licenciements, la baisse de la valeur de l’immobilier, le dollar bon marché sauvant les exportations… Déjà, au cours du moins d’août 2007, l’argent étranger s’est détourné des Etats-Unis. Les investisseurs  vendront pour quelque 40 milliards de dollars de titres américains, les grands institutionnels, Japon  et Chine, diminuant respectivement de 4 % et de 2,2 % leurs bons du trésor des Etats-Unis. La crise de l’immobilier, sans doute passagère, n’en a pas moins été le révélateur d’un grave malaise socio-économique. Plus de la moitié des 2,5 millions  d’emprunteurs  se trouveraient en détresse, d’autant que les prêts hypothécaires seront réévalués (de 500 à 700 milliards).

C’est que d’autres pays que les Etats-Unis  affichent maintenant des taux de croissance beaucoup plus élevés et invitent ainsi à l’investissement chez eux.

Jusqu’à ces derniers mois, le déficit créé aux Etats-Unis par des importations dépassant leurs exportations  était compensé par l’investissement, en actions, biens immobiliers et participations aux activités industrielles et commerciales, de sommes considérables en quête de placements fortement rémunérés. La crise interne immobilière, mais surtout l’environnement général fortement dégradé au détriment des Etats-Unis ont ébranlé l’ensemble des systèmes économiques américains.

Comment la crise intérieure, somme toute relativement bénigne, a-t-elle pu, si rapidement, secouer la première puissance économique du monde ? Rappelons qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale Washington avait accumulé plus de 30.000 tonnes d’or, large couverture à sa monnaie. Mise sur pied en 1913, la « Federal Reserve » rassemblant les plus grandes banques internationales, de la « Rockefeller Chase Manhattan » à « Rothschild »et « Lazard » de Paris en passant par « Warburg » d’Amsterdam et  « Israel Mose Seif » de Rome. La FED peut battre monnaie, en l’occurrence, imprimer des billets, créer des dollars  et les « prêter » au gouvernement des Etats-Unis contre paiement des intérêts de ce « prêt ». (1)  En somme, il s’agissait d’une sorte de grande banque privée, aux multiples actionnaires eux-mêmes banquiers des autres grands pays industrialisés de l’époque et détenant aussi des réserves en dollars et en or .

C’était encore trop de contraintes pour le pays de la libre entreprise. Aussi, en 1971 le président Richard Nixon renonça-t-il  à la convertibilité  du dollar  en or, supprimant la garantie –déjà à demi théorique – du billet vert et permettant à la « FED » d’imprimer la monnaie nécessaire  au fonctionnement  de l’économie des Etats-Unis, selon les besoins  de leur gouvernement.

Aussi n’est-il  pas surprenant que, d’après « Horizons et Débats »  « … pendant que la masse mondiale des biens quadruplait au cours des 30 dernières années, la masse monétaire a été multipliée par quarante ». Ainsi que nous le verrons en conclusion de cette étude c’est toute l’architecture financière et économique mondiale créée avant même la fin de la Seconde Guerre mondiale qui est en cause. Elle n’est plus à la mesure des événements tels qu’ils ont été agencés au cours du dernier demi-siècle.

La zone euro est gravement affectée par la crise économique des Etats-Unis. Victime  de la production de la zone Asie-Pacifique, de la sous évaluation de la monnaie chinoise, de l’inadaptation  de sa monnaie unique aux diverses économies nationales, la zone euro doit s’accommoder de l’indexation  des monnaies  asiatiques  sur le dollar en baisse et de l’euro en hausse si bien qu’en souffrent ses exportations.

Traduits par la médiocrité des taux de croissance les PIB des industrialisés confirment le ralentissement général des économies nationales. Berlin ramènerait à 2 %, au lieu de 2,4 %, le taux de croissance pour 2008. Londres réviserait ses prévisions de 3,1 % à 2,3 % et Madrid perdait un point à 2,7 % au lieu de 3,7%.

Quant à la France, on l’a vu, de 2,2 % elle passerait à 1,9 %, voire moins encore.
La gestion des affaires de la France sur le versant sombre de la Vème République (à partir de 1970) n’a pas répondu à l’attente de la population.

PIB Etats-Unis en bleu. France en rouge.

L'écart entre le taux de croissance du PIB des Etats-Unis et celui de la France est de 1,5 points depuis 1992,année charnière à partir de laquelle tout bascule.
Le taux moyen de croissance des Etats-Unis depuis 1992 est de 3,45% et celui de la France est de 1,88%.

Alors qu’entre 1959 et 1975 l’augmentation annuelle  du pouvoir d’achat était en moyenne, de l’ordre de 5,7 %, elle a été divisée par trois ultérieurement, tombant à moins de 2,1 % l’an (et même à 1,9 % entre 2003 et 2006).

Rappelons qu’en 1962 elle avait dépassé 10 %.

L’INSEE rapporte aussi que le nombre des salariés réduits au SMIC est passé de 8,6 % en 1991 à 15,1 % en 2006… « on n’est pas loin du chiffre de 37,8 % de salariés percevant moins de 1.3 SMIC »… précise Claire Guélaud (dans le Monde daté du 23 octobre 2007).

Dans le même temps « les hauts revenus avaient très fortement augmenté entre 1998 et 2005 ». « La France a énormément bénéficié de la mondialisation prétend M. Pascal Lamy (2).  Pas tous les Français en tout cas, si les hauts salaires y ont gagné. L’OCDE par la voix de J.P. Cotis justifie comme suit l’inégalité des évolutions salariales : … l’offre du travail non qualifié s’est considérablement élargie avec la mondialisation, la pression sur les bas salaires en est d’autant plus forte. Et, à l’inverse le marché mondialisé  offre des possibilités  accrues pour les personnes hautement qualifiées. (Le Figaro Economique du 2 novembre 2006).

Aux maléfices d’un monde en désarroi, et dans lequel elle est
insérée étroitement, la France a ajouté les conditions internes de son appauvrissement : la construction européenne et l’affaiblissement de son gouvernement, la monnaie unique, les 35 heures, la désindustrialisation  et les délocalisations  encouragées, des Institutions fondées sur la pratique permanente de la démagogie, le racolage des suffrages étant devenu le principal objectif du pouvoir politique.

Mais, ainsi qu’il en avait été fait mention, en ce qui concerne l’économie et la finance mondiales, l’organisation mise sur pied en 1944 étale, maintenant ses carences.
La fin des hostilités  approchant, et la Seconde Guerre mondiale  aboutissant à un monde très différent de celui qui avait existé cinq ans plus tôt, il s’agissait, pour les futurs vainqueurs, de se préparer à relever les ruines du conflit et à gérer, dans l’intérêt général, un monde bipolaire, les tenants de l’économie de marché s’opposant à ceux de l’économie planifiée : les démocraties face aux autocraties, bien que les deux camps n’en avaient formé qu’un pour lutter contre « l’Axe » et pour en triompher.

Yalta...

C’est ainsi que les réunions de Bretton Woods mirent sur pied la Banque mondiale, avec mission de redresser l’économie mondiale, à commencer par celle de l’Europe dévastée par la guerre. Lui fut adjoint le Fonds Monétaire International destiné à contrôler l’émancipation financière des Etats assistés. Trois ans plus tard le GATT (General agreement on tariffs and trade) devant gérer les échanges, les accélérer et les généraliser, les plaçant au service de la croissance. Plus tard, l’organisation mondiale du commerce (OMC) succédera, avec la même mission, au GATT.

Cette organisation générale de l’état socio-économique de la planète était celle des réels et tout-puissants vainqueurs : les Etats-Unis, l’URSS, la Grande-Bretagne, ou encore, approximativement, le sixième seulement de la population mondiale  à la moitié du 20ème siècle. Soixante ans plus tard force est de constater la multiplication des pôles de puissance, la Chine et l’Inde bousculant la hiérarchie des peuples pour s’installer aux premières places, l’épuisement des ressources naturelles, les gouvernements en prenant conscience, le recours généralisé à l’énergie nucléaire, les derniers soubresauts financiers des hydrocarbures, un instrument nouveau de coercition avec le terrorisme et les guerres asymétriques qui en résultent etc…

Les nouveaux pauvres de demain doivent-ils  continuer à aider financièrement les nouveaux riches d’aujourd’hui ? Hier, fondé sur le faible PIB par habitant de la Chine, la Banque mondiale avait le devoir de l’aider dans ses efforts de développement. Pékin reçut ainsi des dizaines de milliards de dollars sous forme de prêts mais, maintenant, par le travail de sa population, la Chine ne dispose-t-elle pas de milliers de milliards de dollars de réserve de change ? Et ne rayonne-t-elle pas, partout dans le monde, et particulièrement en Afrique et en Amérique latine qu’à son tour elle aide par ses crédits et ses achats de matières premières ? L’Inde se trouve aussi dans une situation analogue, passant de pays assisté à pays assistant…

L’alimentation mondiale, indirectement, est la source de difficultés inconnues au lendemain des hostilités, avec la querelle des subventions aux producteurs agricoles et l’ouverture des pays riches à la production des pays pauvres, ou en développement, dont les produits de la terre sont la principale ressource.

Le système de Bretton Woods a fait son temps.

Les accords de Bretton Woods. 22 juillet 1944.

Il est paradoxal que les principaux contributeurs à la « cagnotte » de la Banque Mondiale et du FMI, soient des puissances aux économies maintenant chancelantes (Etats-Unis, Japon, Union européenne) et que les bénéficiaires de la manne internationale soient justement les Etats dont la production massive et à bon compte (Chine, Inde, Brésil, Mexique, Corée du Sud..) anémie les donateurs.

Pierre M. Gallois, octobre 2007

(1) Horizons et Débats. 19 septembre 2007. page 8
(2) Le Nouvel Observateur. 29 mars 2007. p. 16

Lire :

 

  • Retour de la géopolitique et histoire du concept: l'apport d'Yves Lacoste
    Conférence prononcée à l'Université de Hanovre en avril 1994

    Robert Steuckers
    « En compagnie du Général Pierre-Marie Gallois nous allons procéder à une brève enquête dans les écrits des grands prédécesseurs des géopolitologues du 19ième et du 20ième siècles… »

    http://foster.20megsfree.com/297.htm

  • Dans la belle langue italienne :
    Geopolitica
    La politica di potenza dell'età degli imperialismi all'epoca della geoinformazione http://it.geocities.com/gdottori2004/indexgeopolitica2003.htm
  • Des principes de la géostratégie thalassocratique des Etats-Unis après 1945: N. J. Spykman, D. W. Meinig, W. Kirk

    En hommage à Carlo Terracciano, géopolitologue italien décédé en septembre 2005, cette traduction de l'un de ses textes, traduit par Robert Steuckers pour la revue "Vouloir" en 1999.

    http://www.voxnr.com/cc/dt_autres/EEFlZFuuFFVUdMvIZI.shtml

 

Le rapport Arthuis idéalise les fonds souverains

Limité aux pays du Golfe persique, le rapport du Sénat ne prend pas la mesure d'un phénomène qui inquiète l'Allemagne et les Etats-Unis et marque un véritable tournant dans la mondialisation.

Pendant des années, la mondialisation a été perçue comme un phénomène permettant aux grands groupes privés de se développer au détriment des Etats. « Ces entreprises plus fortes que les états », titrait d'ailleurs récemment Marianne. Mais si des grandes entreprises comme WalMart ou le groupe Murdoch restent des mastodontes, les nouvelles puissantes montantes du capitalisme financier sont désormais d'origine étatique. On les appelle les Fonds souverains. On en a un peu entendu parler en France lorsque l'on a découvert que, après l'entrée à hauteur de 5,06% d'un investisseur public russe, l'un des fonds des Emirats Arabes Unis est devenu propriétaire de 3,12% du groupe EADS, au moment où le groupe Lagardère comme l'Etat semblent se désengager de cette entreprise à caractère stratégique.

200 milliards de dollars pour acheter des PME européennes
Autre information incroyable, mais qui n'a déclenché ni réaction ni réflexion : au cours d'une série de reportages sur la Chine publiée par le Figaro cet été, le journaliste a établi que la Chine avait doté de 200 milliards de dollars un fonds destiné à acheter des entreprises innovantes européennes.
L'Allemagne, échaudée par la montée en puissance du fonds Blackstone (lui-même investi par un fonds chinois) au sein de Deutsche Telekom, envisage de re-nationaliser le capital de cette entreprise.
On attendait donc avec impatience le rapport sur les fonds souverains que Jean Arthuis, à la tête d'une commission sénatoriale, a remis jeudi dernier. Quelle déception ! Le texte, écrit après un voyage de quelques jours seulement dans les pays du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Royaume de Bahreïn) fait penser au devoir d'un étudiant de deuxième année de sciences économiques. Alors que Jean Arthuis évalue à 4 000 milliards de dollars les capitaux manipulés par les fonds souverains, les auteurs du rapport saluent leur apparition comme un bienfait pour l'économie française. Or, sans forcément crier au loup islamique (la finance islamique est estimée à environ 500 milliards de dollars), russe ou chinois, il convient d'apprécier à sa juste valeur le phénomène des fonds souverains.

Mais pour prendre conscience de l'ampleur du phénomène, force est de reconnaître que l'on en apprend plus en Allemagne ou aux Etats-Unis qu'en France, où les élites craignent surtout, comme Le Monde s'en est fait l'écho, que la montée en puissance des fonds souverains n'engendre «un regain de protectionnisme».
Angela Merkel a tenté – vainement pour le moment – d'alerter les dirigeants des pays européens sur les dangers de fonds qui, dès lors qu'ils sont manipulés par des gouvernements, peuvent avoir des objectifs stratégiques. La chancelière a repris la suggestion du commissaire européen Peter Mendelson (qu'il avait vite abandonnée) de créer une sorte de golden share européenne qui permettrait de protéger les entreprises européennes au-delà d'un certain niveau de prise de participation d'investisseurs non-européens. Merkel envisage par ailleurs d'élargir la législation allemande protégeant les industries de défense à d'autres secteurs d'activité.

Aux Etats-Unis, l'Etat fédéral est intervenu en 2005 pour empêcher la reprise d'Unical, entreprise pétrolière, par le chinois Cnooc, qui disposait sans doute de crédits illimités mis à disposition par l'Etat chinois. Plus récemment les Etats-Unis ont empêché la prise de contrôle de six ports par l'entreprise publique Dubaï Ports World.

Un tournant dans la mondialisation
Il faut d'abord prendre l'exacte mesure du phénomène : les fonds souverains représentent une manne financière de 2900 milliards de dollars selon le FMI, l'estimation de Morgan Stanley étant voisine de ce chiffre. Cette somme paraît minime en regard des 53 000 milliards de capitaux détenus par les investisseurs, banques, assureurs, hedge funds et autres fonds de pension. Sauf que ces derniers peuvent devenir les « faux-nez » des fonds souverains, comme le montre l'exemple de Blackstone, une structure dans laquelle un fonds chinois est entré à hauteur de 10%. Et surtout, les fonds souverains sont appelés à une belle expansion : leurs capitaux passeraient ainsi à 12000 milliards de dollars à horizon de 2015, selon Morgan Stanley, et même de 25 000 milliards en 2020 selon le FMI. En regard de ces chiffres, la taille du fonds souverain français, alloué au financement de la retraite par répartition, paraît riquiqui. Il est vrai qu'après sa création par Lionel Jospin, les gouvernements de la droite n'y ont pas fait verser un euro... Quoi qu'il en soit, même le très néolibéral Elie Cohen en tire la leçon : « Nous assistons à un retour du national et du politique face à une globalisation financière que l'on croyait irréversible. »

Comment expliquer ce tournant de la mondialisation ? Pour l'économiste Jean-Luc Gréau, « l'explosion des fonds souverains est liée à l'augmentation des prix des matières premières et aux excédents commerciaux de plusieurs pays émergents. Les dettes publiques ne suffisent plus à épuiser les colossales réserves de change accumulées dans quelques pays en forte croissance. Or, si jusqu'à présent les pays pétroliers étaient respectueux des règles du marché mondial, les nouvelles puissances comme la Chine ou la Russie ne le sont pas forcément. » D'où le risque, par exemple, de captation technologique, par laquelle des fonds souverains permettraient aux nations qui les portent de se procurer des savoir-faire technologiques qui résultent de l'investissement global en recherche d'un pays développé.

La France sans stratégie
Du coup, la France comme les autres pays de l'Union européenne sont singulièrement désarmés vis-à-vis des fonds souverains : le principe intangible de libre circulation des capitaux empêche toute protection des entreprises, excepté celles relevant du secteur de la défense.
Pour Christian Harbulot, consultant et responsable de l'Ecole de guerre économique, l'autre erreur qui guette la France est d'ignorer que les fonds souverains ne proviennent pas seulement des pays émergents. Celui de la Norvège, qui existe depuis longtemps, adossé aux réserves de pétrole du pays, mobilise 300 milliards de dollars. Il vient de désinvestir WalMart au nom du principe de l'ISR (Investissement socialement responsable), principe défendu en France par le cabinet Ideam. Mais on parle moins du fonds In-q-tel, de la CIA, qui guette les PME à forte valeur ajoutée technologique, comme l'a rappelé récemment Alain Juillet, responsable chargé de l'intelligence économique. De son côté, Luca Salippo de Natexis, ne «trouve pas du tout scandaleux de protéger des secteurs stratégiques», arguant que «cela s'est toujours fait».
Bref, l'Europe et la France doivent, pour préserver leurs intérêts, s'affranchir des œillères idéologiques libre-échangistes et élaborer des stratégies de contre-offensive efficaces. Pourquoi, par exemple, ne pas bloquer à hauteur de 5% les prises de participation des fonds dans certaines catégories d'entreprises ? Mais si Nicolas Sarkozy a paru faire mine de s'intéresser au problème soulevé par Angela Merkel, il faudra encore du temps pour que Christine Lagarde s'intéresse à un sujet qui remet en cause son libéralisme naïf.

Lundi 29 Octobre 2007 -
Philippe Cohen

www.marianne2.fr

 

Evolution du monde…

 Projection réalisée en 2003 : certainement à réviser…

Comprendre le monde de nos temps difficiles…

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.