mardi 25 avril 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

Toujours « Eclairer le débat » !

Il n’est pas vain de revenir sur des temps de discorde afin de comprendre les causes de notre abaissement… Notre « Maître d’Ecole » poursuit sa réflexion « Au sujet de l’armistice de juin 40 ». Il est « Chez nous », « Chez lui », et c’est toujours pour nous un grand honneur d’ouvrir nos colonnes au général Pierre-Marie Gallois. Nous ne le remercierons jamais assez !

Bien plus qu’un témoin, c’est aussi un acteur qui s’exprime. Balloté par la tempête qui a ravagé notre pays ? L’aviateur Pierre-Marie Gallois a toujours su garder le cap. Avec d’autres, il a défié la mort pour que « Vive la France ! »
Merci mon général.

Portemont, le 12 janvier 2008

Au sujet de l’armistice de juin 40

Lors de notre dernier entretien sur les ondes de Radio-Courtoisie, le 21 novembre dernier, la présentation du très intéressant livre de Jacques Bourdu a été l’objet d’une controverse. La brièveté du temps d’antenne qui m’était imparti n’a pas permis d’éclairer le débat et, encore moins de le conclure. L’occasion m’est donnée, aujourd’hui, d’apporter au moins un témoignage puisque j’ai vécu cette triste période, non seulement en spectateur mais en minuscule acteur, ballotté par la tempête qui ravageait mon pays.

Jusqu’au début des années 30, la France n’avait pas affiché les symptômes du mal dont elle souffrait : la perte de près de 1,5 million des siens, cinq millions de victimes, blessés, traumatisés à vie, le nord-est du pays détruit. Et quelles pertes humaines, celles de générations pleines d’ardeurs prêtes au sacrifice pour servir la cause nationale !

VERDUN - une tranchée du ravin de la mort

Il n’est pas surprenant qu’ainsi affaiblie par l’Allemagne, la France ait été en profond désarroi et, accablée par les désastres et les souffrances de la guerre, elle ait manifesté, en toutes circonstances, un pacifisme qui eût été de bon aloi s’il n’avait été contemporain du redoublement du bellicisme allemand.

Le Führer, dans Mein Kampf (publié en français en 1934) ne cachait pas ses intentions : « La France, avait-il écrit, est le principal obstacle à l’obtention des
résultats (de son programme) et ces résultats ne seront atteints, ni par les prières au Seigneur, ni par les discours, ni pas les négociations à Genève. Ils doivent l’être par une guerre sanglante ». Et, en 1930 déjà, 15 millions d’Allemands souscrivaient aux projets de Hitler.

Celui-ci justifiait son aversion de la France : « il faut qu’on se rende enfin clairement compte de ce fait : l’ennemi mortel, l’ennemi impitoyable du peuple allemand est et reste la France… ». Obsession permanente du peuple allemand, Hitler en témoigne encore lorsqu’il écrit : « … La guerre de 1914 ne fut, Dieu en est témoin, nullement imposée aux masses, mais au contraire désirée par tout le peuple ».

De ce côté du Rhin, à la même époque, usant de son talent oratoire, Aristide Briand était un des apôtres de la paix… à tout prix.

Aristide Briand. « …faut désarmer… »

Afin de désarmer davantage encore les esprits, même le langage était appelé à la rescousse. C’est ainsi que le mot bombardement était proscrit et que, par exemple, on ne devait plus parler « d’aviation de bombardement » mais user de l’expression « aviation lourde de défense… ».

D’ailleurs, quel qu’ait été le gouvernement de la France, celle-ci épuisée par sa si coûteuse victoire, abandonnée par ses alliés désireux de commercer avec une Allemagne convalescente a, peu à peu, renoncé aux garanties du traité de Versailles.

Traité de Versailles…

Et ce furent l’évacuation de la Rhénanie dès 1924, le plan Young limitant les « Réparations » dues par l’Allemagne, le renoncement à l’accord tripartite (France, Grande-Bretagne, Italie) de Stresa qui devait sanctionner les violations par Berlin des traités de paix, la remilitarisation de la Rhénanie, enfin en 1938, Munich.

Et tandis que l’Allemagne rétablissait le service militaire (en mars 1935), que Berlin obtenait de Londres un accord lui permettant de disposer d’une flotte de guerre au tonnage égal au tiers de celui des bâtiments du Commonwealth, que Hitler faisait travailler fiévreusement au réarmement et
que, le 7 mars 1936, ses troupes entraient en Rhénanie, la France baissait les bras.

Lors de la remilitarisation de la Rhénanie, des civils allemands saluent les forces allemandes traversant le Rhin en flagrante violation du Traité de Versailles. Mayence, Allemagne, 7 mars 1936.

Conclue en janvier 1936, trois ans après l’arrivée de Hitler au pouvoir, l’alliance des partis de gauche, socialiste et communiste, l’emportait lors des élections d’avril 1936. Paradoxalement près de 2 millions cessèrent de travailler, la majorité occupant les usines. Les accords de Matignon ramenant à 40 heures la durée hebdomadaire du travail accordant les congés payés et instaurant les conventions collectives, accords signés en juin 1936, ne mirent pas fin aux revendications.

En mai 1937 l’exposition internationale de Paris ouvrit ses portes alors que nombre de ses pavillons n’étaient pas achevés. Ils ne le seront pas encore à l’automne lors de la clôture de cette exposition.

Surtout face à l’Allemagne préparant la Guerre, le bilan de ces années régies par le « front populaire » a été désastreux : la production française a baissé, de l’ordre de 5 %, tandis que l’Allemagne doublait la sienne, l’investissement a été, en France, ralenti, le nombre de chômeurs doublé, passant de 400.000 en 1935 à près de 900.000 en 1937, les prix ont augmenté et il a fallu dévaluer le franc. Prudemment, la Belgique renonça, officiellement, à l’alliance française. (1937). C’est que Hitler révélait sa puissance : Il envahit l’Autriche (mars 1938), Munich lui accorde le démantèlement de la Tchécoslovaquie (septembre 1938) et il annexe Memel (mars 1939).

Des troupes allemandes marchant sur les Sudètes s’arrêtent à un ancien poste frontière tchèque. La pancarte entre les croix gammées dit : “Un peuple, un Reich, un führer.” Grottau, Tchécoslovaquie, 2 ou 3 octobre 1938.

En France, au cours de ces années décisives, l’effondrement de la production et, en ce qui nous concerne ici, le marasme des industries d’armement, l’industrie aéronautique étant hâtivement nationalisée, ont été dictés par un pacifisme virulent, totalement inopportun face au bellicisme ouvertement affiché par l’Allemagne.

Dès septembre 1933, l’année d’Hitler à la chancellerie, Léon Blum affirmait : … « du moment qu’on démolit l’armée, j’en suis ». Et un an après,

son complice du futur « front populaire » Maurice Thorez, proclamait à la Chambre des Députés : « nous ne croyons pas un seul instant à la défense nationale… les prolétaires n’ont pas de patrie ». Il ajoutera devant le même auditoire « … nous invitons nos adhérents à pénétrer dans l’armée afin d’y accomplir la besogne de la classe ouvrière qui est de désagréger cette armée ».

Léon Blum, Maurice Thorez et Roger Salengro le 14 juillet 1936

Thorez confirmait ainsi les positions qu’il avait prises avant qu’Hitler n’accède au pouvoir, mais après la publication de Mein Kampf : le 3 juillet 1932 il menait, à la tribune, une campagne pacifiste :

… « Nous sommes contre la défense nationale. Nous sommes les partisans de Lénine et du défaitisme révolutionnaire » .

Et,  trois ans après que le nazisme eut triomphé en Allemagne, Léon Blum avait eu la naïveté de prononcer devant les députés le discours suivant : « Contre ce danger (le nazisme) je défie quelqu’un d’entre vous de trouver une autre parade sûre, d’autre moyen de garantie possible, que le désarmement de l’Allemagne, accepté volontairement par elle, ou qui lui serait imposé par l’accord unanime de toutes les autres puissances ». Que le président du Conseil des ministres français ait pu tenir de pareils propos est aberrant. Par démagogie, et le pacifisme étant racoleur, tous les dirigeants politiques de ces désastreuses années 30 : Herriot, Daladier, Briand, Sarraut, Chautemps, comme Léon Blum, ignorèrent, ou feignirent d’ignorer à la fois Mein Kampf et le bellicisme allemand .

Ayant affirmé qu’ « il ne laisserait pas Strasbourg sous la menace des canons allemands » Albert Sarraut s’inclina lorsqu’en mars 1936 les Allemands réoccupèrent la Rhénanie, le général Gamelin lui ayant affirmé qu’ « envoyer rapidement un corps expéditionnaire français même plus ou moins symbolique, serait chimérique ».

Ayant assuré l’ambassadeur de Tchécoslovaquie que la France remplirait ses engagements si les traités n’étaient pas respectés, Léon Blum s’accommodera, en février 1939, de l’occupation de ce pays par les forces allemandes.

Quant à Daladier, il signa les accords de Munich (fin septembre 1938) et regagna Paris en déclarant : … « Je reviens de Munich avec la conviction profonde que cet accord est indispensable à la paix en Europe », déclenchant les applaudissements de la population française trompée par ses dirigeants.

Munich. Daladier à droite d’Hitler…

Plus tard, Daladier révélera que si la France avait disposé d’un millier de bombardiers il eût négocié Munich tout autrement. Mais, à qui la faute sinon aux gouvernants inconscients que les Français s’étaient donnés ? Ils célébrèrent le 14 juillet 1936, trois mois après la remilitarisation de la Rhénanie par les troupes de Hitler, en écoutant Thorez et Daladier discourir sous une banderole portant l’inscription  « Pour le Désarmement. Vive Jaurès ».

Ainsi, systématiquement, ces hommages politiques désarmèrent moralement et matériellement la France. Ils sont, indirectement responsables de la Seconde Guerre mondiale et de ses centaines de millions de victimes. En 1936 la France était encore en mesure de freiner le nazisme. Il eût fallu qu’elle soit une réelle puissance militaire et non un territoire délibérément ouvert à l’invasion par l’aboulie de sa population et la sottise de ses dirigeants.

Nommé Inspecteur Général de la défense aérienne du territoire, le maréchal Pétain s’adjoignit le lieutenant-colonel Vauthier qui venait de publier un livre prophétique intitulé « le danger aérien et l’avenir du pays ». Selon le général Laure,  Paul Vauthier exerça une forte influence sur le maréchal. « Nous avons tenu à souligner ici l’attitude plutôt combative prise à ce moment
(1929-1930) vis-à-vis de l’Armée de l’Air par Pétain qui, lorsqu’il deviendra Inspecteur Général de la défense aérienne du territoire, insistera, au contraire, pour activer le développement de cette armée».

Sans succès, d’ailleurs,  si l’on en juge par l’état de cette armée en 1940.

En janvier 1939 seulement, le maréchal, parlant à Science Po, déclara : « Comme les armements terrestres et maritimes ont été très peu modifiés depuis 1918, on pourrait en déduire que les caractères de la guerre future seront, au début, les mêmes que ceux de la guerre passée. Il n’en sera pas ainsi parce qu’il s’est produit un fait nouveau considérable, de nature à bouleverser les conditions de la guerre future. Le fait nouveau, c’est l’apparition de l’avion et sa participation à la guerre ».

A quoi, le général Gamelin, trois semaines plus tard, rétorquait : « Que peut l’aviation contre des hommes enterrés dans des tranchées étroites ».

Le général Gamelin

Toujours le complexe 14-18, ou plutôt 15-17 avec la guerre d’usure et l’échange de coups entre deux fronts quasi statiques. Résultat : en décembre 1938, l’état-major créditait l’Allemagne de 5.000 avions de bombardement de première et de deuxième ligne contre,  à la rigueur, 22 avions français équivalents ». (1)

La majorité des membres du haut commandement militaire français demeurait profondément marquée par la première phase de la Première Guerre mondiale, oubliant la seconde et les succès obtenus par les chars et la guerre de mouvement à partir de la mi 1918.

Ainsi, les « modernes », Charles De Gaulle, Paul Vauthier, furent-ils incompris et même ouvertement brimés. En 1934, publiant « Vers l’armée de
métier » (force blindée professionnelle) De Gaulle s’attira les foudres de la hiérarchie. A l’époque, chef d’état-major de l’armée de terre, le général Colson interdira la diffusion de l’ouvrage. La même année, au ministère, boulevard Saint Germain, le général Maurin, ministre de la Guerre refusa de prendre la parole avant que le lieutenant-colonel De Gaulle ait quitté la salle où devait se tenir la conférence.

Et lorsqu’en octobre 1936, De Gaulle réussit à s’entretenir avec le président du Conseil des ministres, Léon Blum, celui-ci déclara s’opposer formellement à la mise sur pied de formations blindées car il les tenait pour être les instruments d’un coup d’Etat militaire.

Ainsi, sans le savoir, Léon Blum sera un précieux auxiliaire de Hitler et l’artisan direct de la défaite des armes de la France. (2)  Les Français ne lui en tiennent pas rigueur car il contribua à améliorer leurs conditions d’existence avec la semaine de 40 heures et les congés payés… heureuses conquêtes sociales effaçant le désastre militaire.

Celui-ci était prévisible. Dans le cadre d’un fort désarroi moral, le retard matériel de notre appareil militaire et la pratique d’une doctrine dépassée laissaient présager le pire.

La doctrine ? Parlons-en. En 1938, lieutenant à l’escadrille 588, basée à Colomb-Béchar, j’avais été très intéressé par une étude du critique militaire Eddy Bauer, publiée par la Revue militaire suisse.

Colomb-Béchar, Camp de l'Aviation.

Il décrivait comment, au cours de la guerre d’Espagne, les aviateurs républicains, attaquant en rase-mottes une division italienne sur la route de Guadalajara, avaient anéanti cette grande unité de camions et chars pris en enfilade et détruits au canon aérien et bombardé à la grenade… Mettant à profit l’absence du commandant d’escadrille – en permission – et avec l’accord du colonel Azan, commandant la Légion étrangère, j’organisais un exercice similaire, mes avions défendant l’aérodrome contre une formation de la Légion simulant l’attaque de la base.

Le commandement de l’Air en Algérie sanctionna cette initiative : l’avion devait être utilisé autrement, en altitude et sur un front stabilisé. C’était pourtant deux ans avant que les Stukas n’envahissent le ciel de France et attaquent en piqué.

Les Allemands, d’ailleurs, affichaient leur supériorité sans pour autant inciter les Français à l’effort. En 1938, à Zurich, une démonstration aérienne avait opposé les matériels allemands aux français et cela dans tous les domaines militaires : interception, chasse bombardement, bombardement reconnaissance, entraînement. Et, dans toutes les subdivisions de l’arme aérienne, les appareils allemands l’avaient emporté sur les français. Le général Vuillemin, alors chef d’état-major de l’Armée de l’Air fut même invité à venir constater sur place l’état de l’aviation militaire allemande. En vain.

Les lieutenants-colonels Bouscat et Rignot en discussion tandis que le général Vuillemin allume une cigarette. © SHD/Air.
La Croisière Noire 1933/1934…

En février 1940, deux mois avant le début des hostilités, j’étais stagiaire à Toulouse pour la familiarisation aux vols à haute altitude. Le commandant Michy dirigeait le stage. Il demanda à la demi-douzaine de jeunes officiers stagiaires de prendre des tours de garde nocturne près de nos avions car, disait-il, il faut redouter des sabotages.

A l’époque, le pacte germano-soviétique signé le 23 août 1939 était encore en vigueur et les communistes français croyaient servir leur cause en sabotant le matériel militaire destiné à lutter contre l’Allemagne.
                  
En usine, il était facile d’introduire des tampons de coton dans les circuits d’huile des moteurs et, ainsi, de provoquer leur arrêt en vol, et pareille panne était imprévisible….

Au cours de ce stage, le commandement décida que quatre d’entre nous formeraient deux équipages pour se rendre à Châteaudun – où était un dépôt de matériels – y chercher deux avions Potez 63 affectés à l’école de Toulouse. Mais ces avions bimoteurs étaient dépourvus de leurs hélices, aussi fallait-il en prélever sur nos avions et, par le train, gagner Châteaudun où les mécaniciens les fixeraient sur les avions à convoyer à Toulouse. Où les hélices retrouveraient leurs places initiales.

Nous avions bien deux appareils en plus mais sans hélices, donc inutilisables.

Avant cette triste expérience métropolitaine, et depuis mars 1939, j’avais eu la charge, sous la direction du commandant Marchal, de gérer le matériel aérien de la 5ème Région aérienne, c’est-à-dire de l’Afrique du nord, de Rabat à Tunis, en passant par Alger où siégeait l’état-major du Commandant supérieur de l’Air en AFN, en l’occurrence le général d’armée aérienne Pennés.

Nous ne disposions, en AFN que d’avions de combat dépassés par le progrès technique. Et nous faisait défaut une industrie d’armement locale. L’Atelier Industriel de l’Air de Casablanca, assemblait les avions américains achetés par la mission Ziegler, mais ces appareils, aussitôt mis en état de vol, étaient convoyés en métropole. Et l’AFN dépendait entièrement du Service du matériel métropolitain pour les pièces de rechange de ses équipements aériens.

Afin de masquer ses carences, Paris adressait à l’état-major d’Alger de singuliers messages : en substance : « Vos avions – majoritairement des Potez 25 – sont lents, moins de 160 kilomètres/heure et les chasseurs italiens auxquels il se pourrait qu’ils les aient à affronter sont deux à trois fois plus rapides, mais cette infériorité peut être un avantage car elle permet des virages plus serrés ».

Le « Potez 25 »

Ou encore, autre note ministérielle : « l’armée de l’Air n’a pas besoin de moteurs de plus de 800 CV (alors qu’à l’époque les avions civils américains étaient propulsés par des moteurs de plus de 1000 CV).

Défaillant était le ravitaillement en pièces de rechange par la métropole.

Aussitôt entrée en guerre contre la France (10 juin 1940) l’Italie fit survoler Alger par ses avions et hydravions sans pour autant que les avions de chasse basés à Alger-Maison Blanche prennent l’air. Le commandement de la 5ème région Aérienne s’en inquiéta à juste titre et fit enquêter. « Comment voulez-vous que j’accomplisse ma mission de défense d’Alger, répliqua le capitaine commandant l’escadrille de Loire 46 aux enquêteurs, voici trois mois que je réclame des pneus pour mes avions. Ils en sont dépourvus, ou ceux qu’ils ont encore sont dans un tel état que les appareils sont inutilisables ».

A partir du 18 juin et durant encore une semaine,  des centaines d’avions militaires (probablement quelque 800) franchirent la Méditerranée pour chercher refuge en Afrique du Nord. Le chef d’état-major me désigna, ainsi qu’un officier mécanicien, le capitaine Crosnier pour aller inspecter ces avions répartis sur les bases côtières d’AFN et rendre compte de leur aptitude au combat. Plus de la moitié d’entre eux étaient « incomplets ». Manquaient leur armement ou la radio, les viseurs, ou encore les lance-bombes ou les maillons des mitrailleuses, lorsque les avions n’en étaient pas dépourvus… Aussi, début juillet 1940, après l’attaque de la flotte française à Oran-Mers-el-Kébir, l’état-major eut les plus grandes difficultés à rassembler les quelques dizaines d’avions destinés, en représailles, à bombarder Gibraltar.

Ni le gouvernement français, ni l’état-major n’avaient envisagé de préparer l’AFN à poursuivre le combat en cas de défaite en métropole, celle-ci
étant tenue pour inconcevable. Les ressources africaines – en hommes – étaient déployées en France et aucun stock, aucun approvisionnement militaire  n’avaient été constitués en vue d’y conduire, un jour, des combats de longue durée.

Cependant, ainsi qu’on va le voir, le premier réflexe nord africain a été la résistance et la poursuite des combats, confortant ainsi la thèse de Jacques Bourdu.

Le 17 juin, après quinze mois d’état-major au 4ème Bureau, j’obtins l’autorisation de rejoindre une unité combattante. A bord d’un Caudron 635 « Simoun » je gagnais le poste de commandement du général Pennés, installé à Tebessa pour y diriger les opérations aériennes contre l’Italie.

Caudron 635 « Simoun »

Au début de l’après-midi je me présentais au grand chef. Sur le pas de la porte je le vis, accoudé à son bureau et… pleurant à chaudes larmes. Interdit, je ne savais quelle contenance tenir…  Mais il m’interpella ainsi … « Avez-vous entendu la radio ? Non, mon général, j’étais en vol.. ». Maîtrisant ses sanglots, il s’écria : « le maréchal a ordonné le cessez-le-feu… cessez-le-feu… vous savez ce que cela signifie ? C’est la défaite, vous entendez, la défaite… la défaite totale..

Mais je n’ai pas d’ordres… je continue, ici on continue… Ce soir, on bombardera Trapani…. Vous voulez combattre… allez à Aïn Beida, le capitaine de Chassey y commande un « groupe de marche » mis sur pied avec les pauvres matériels que nous avons, il vous casera dans ses équipages… ».  Le bombardement eut lieu mais ce fut un échec, plusieurs avions, victimes d’incidents techniques, firent demi tour et les autres manquèrent leur objectif. Il restait, sans en avoir les moyens, le refus de s’incliner. Ce refus subsista car, le 22 juin, donc cinq jours après le cessez-le-feu du maréchal, Alger envoya en France une mission dirigée par le commandant Sailly et dont je fis partie avec, pour instruction, de faire diriger sur l’AFN des matériels de combat et les pièces de rechange existant encore dans les dépôts de Marseille, Tarbes, Béziers. Autre échec, le désordre, voire la panique étaient dominants et nous rentrâmes à Alger quasi bredouilles.

Nul ne peut dire ce qui se serait passé si la France, refusant la défaite de ses armées, avait poursuivi le combat et mené la vie dure à l’occupant, en métropole, en Méditerranée et en Afrique du Nord. Il existe un exemple, certes difficilement transposable en raison de circonstances locales différentes mais néanmoins significatif, c’est celui des Serbes. Refusant de s’incliner devant un ultimatum et leur capitale bombardée, les Serbes prirent le maquis, aux ordres du général Mihailović, d’abord, de Tito ensuite. Ils immobilisèrent dans les Balkans des divisions qui eussent été bien utiles aux Allemands sur le front russe, puis des divisions italiennes, et contribuèrent ainsi à la victoire des alliés. Ils payèrent un terrible tribut humain à cette héroïque résistance, et l’Allemagne vient de les punir de lui avoir fait perdre sa guerre de conquête et d’asservissement, avec d’ailleurs, l’assistance des alliés américains, britanniques et français, au service de la cause de leur ex-ennemi commun.

Si la France s’était tout entière soulevée contre l’envahisseur ou seulement si les forces armées qui lui restaient en mer et en Afrique avaient tenté de poursuivre le combat, il est fort probable que la barbarie allemande, comme dans les Balkans, se serait donné libre cours, massacrant et pillant sans merci. L’Allemand aurait matérialisé sa haine séculaire du Français, le réduisant à l’esclavage et ravageant son territoire après en avoir déporté la population. Aux six millions de victimes de l’holocauste, cette fois sans distinction confessionnelle, d’autres millions de Français auraient été traités à la chambre à gaz. Churchill s’est trompé en écrivant que « l’armistice n’a épargné à la France aucune souffrance ». Quand il s’agit de faire le mal, l’imagination des Allemands est sans limites.

Certes, la soumission de Vichy a été déshonorante et nous en avons payé le prix, ne serait-ce qu’à Yalta.

Mais il nous est resté assez de forces pour reprendre le combat aux côtés des alliés libérateurs. Il demeure aussi l’héroïsme des hommes, dans la clandestinité, puis dans la lutte ouverte, qui reprirent les armes contre l’ennemi, sur terre, en mer et dans le ciel. L’aviation, pour sa part, a formé un mémorable contingent de combattants, tels Accart, de Bordas, Clostermann, Ezzano, Marin la Meslée, Mouchotte… tandis que de Gennes et la Poype s’illustraient sur le front germano-soviétique… Et il y en eut tant d’autres qui suscitent le respect et l’admiration des survivants parce qu’ils défièrent aussi, inlassablement, la mort pour que revive la France.

Pierre Clostermann…

 

Roland de la Poype, l'un des grands as de l'escadrille Normandie-Niemen

Général Pierre-Marie Gallois –Décembre 2007

(1) Hubert Vauthier. Le général Paul Vauthier 1885-1979, penseur militaire. Revue historique des armées n°1. 2000. pp 113-123
(2) Le général Weygand avait été l’avocat de la mécanisation mais un exercice peu concluant, au camp de Mailly, en 1932, lui attira les foudres du général Dufieux si bien que le Commandement renonça et que ce n’est qu’en 1936 que l’idée d’une force blindée autonome fut reprise.

A relire : Toujours, de tous temps, des hommes ont vu clair…

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.