dimanche 20 août 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

De la vertu de l’exemple ?

L’exemple doit venir d’en haut. Nous connaissons tous la chanson. La remise en cause des régimes spéciaux de retraite va faire couler beaucoup d’encre. Michel de Poncins ouvre le feu et dans sa ligne mire : Une certaine France d’en haut…

Encore une fois, tout n’est pas si simple. La représentation « populaire » doit être mise quelque peu à l’abri afin d’éviter bien des tentations…ainsi le veut le régime. Mais il est vrai qu’un geste, même petit mettrait du baume au cœur à certains…

Portemont, le 25 septembre 2007

LES REGIMES SPECIAUX DE RETRAITE

Coucou, revoilà les régimes spéciaux et nous n'aurons que trop souvent à en parler !  Tout le monde crie au scandale, certes, mais le scandale n'est pas la où il est le plus généralement dénoncé. Ce scandale, suivant la vox populi, se trouverait dans les inégalités bien connues entre ces régimes spéciaux et les autres régimes. Nous sommes obligés de dire que l'inégalité n'est jamais à un scandale car elle fait partie de la nature humaine ; en outre, dénoncer l'inégalité à propos des régimes spéciaux revient à vouloir réaliser l'égalité à toute force et l'égalité est attentatoire à la liberté. Enfin, l’égalité est une chimère qui ne sera jamais atteinte. Au surplus, corriger éventuellement l’inégalité ne donnerait pas d’argent aux autres régimes, le désordre étatique devant avaler dans ses méandres les maigres ressources dégagées ! Le vrai scandale des régimes spéciaux se situe dans la façon dont ils ont été bâtis.Ils ont été construits avec des impôts spoliateurs et par la déroute financière des entreprises d'État, celle-ci se répercutant à son tour sur le contribuable. Quelles que soient les données scandaleuses des régimes spéciaux, ils reflètent tout simplement la brutalité des hommes de l'État dans le cadre dirigiste que la France connaît depuis des décennies.

Le pouvoir en annonçant, urbi et orbi, qu’il veut s'attaquer à l’ensemble des régimes spéciaux sait  fort bien, sauf  incompétence coupable, qu'il n'a aucun moyen d'y parvenir de cette façon ; attaquant tous azimuts il  réalisera contre lui la coalition des faux droits acquis et les chefs syndicalistes de toutes espèces ont déjà pris le sentier de la guerre.

Il n’y a que deux méthodes pour arriver à résoudre le problème. La voie la plus sûre  est de détruire le socialisme. J'ai montré dans le livre « Et si la France se mettait à rêver (comment retrouver la prospérité) », en vente chez Duquesne Diffusion à Paris, que la sortie du socialisme doublerait la richesse nationale en huit ans. Ce déferlement de richesse permettrait d'apporter beaucoup de solutions à des problèmes apparemment insolubles  et en particulier au problème des retraites, y compris les  retraites  de ces régimes spéciaux. Or, le nouveau pouvoir ne veut absolument pas détruire le socialisme.

Refusant ainsi ce que ses électeurs lui demandaient, il pourrait au moins tenter de résoudre l’affaire au cas par cas. Dans la liste interminable, il en est de relativement faciles à solutionner. Justement, nous signalons modestement à ce pouvoir  que  l'examen de cette liste montre une catégorie de retraites  qui mériteraient d'être réduites sans délai ni difficultés, à savoir les retraites  des politiques, et cela désigne très exactement les Présidents de la République, les Premiers ministres, les ministres et les membres des diverses  assemblées. Les deux candidats à l'élection présidentielle ont tous les deux promis que, dès leur arrivée aux affaires, il serait   porté remède aux retraites des députés et sénateurs, que le président actuel a qualifié lui-même à la télévision de « scandaleuses ».

La mise en ordre de ce problème des retraites des politiques serait conforme aux exigences de la morale : la rigueur doit s’appliquer d’abord  au sommet afin de  montrer l'exemple. Si le Président  ne veut pas, pour ce qui le concerne,  faire le premier pas, les Assemblées sont complètement indépendantes de leurs décisions, tellement indépendantes qu’elles se sont donné le droit de prélever de l’argent public pour leur propre confort, ceci dans l’opacité la plus complète.

Il serait très,  très facile, pas dans un an mais  dès demain,  que  l'Assemblée nationale décide de couper de moitié les retraites des députés et, dans la foulée, les immenses avantages de natures diverses que ses membres absorbent sans scrupule. L’argent rendu aux citoyens par diminution immédiate des prélèvements de cette Assemblée serait modeste mais aurait valeur d’exemple et montrerait qu’un mammouth peut bouger. Si un seul Député déposait dans les formes requises le projet correspondant, ceci  malgré tous les obstacles que ses collègues sèmeront sur sa route, il offrirait à ces mêmes collègues  l’occasion de sauver leur honneur !

Michel de Poncins
micheldeponcins@easyconnect.fr

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.