lundi 01 mai 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

Referendum : Union pour le NON

Le 13 janvier dernier, les principales organisations de lutte pour l’indépendance de notre pays, se réunissaient autour d’une galette des rois pour proclamer, une fois de plus, leur détermination de ne pas assister passivement à la disparition programmée de la France. A l’appel du RIF, du MPF, du « Forum pour la France », de « Nation et république », de « Debout la république » et de nombreuses associations, plus d’une centaine de militants se pressaient au « François Coppée » pour écouter les dernières consignes de campagne des responsables.

En effet, comme l’a martelé Paul Marie Couteaux, député au Parlement Européen, si les derniers comptes des Européennes ont été justes clos fin 2004, la campagne pour le NON est lancée début 2005, c’est a dire très exactement…maintenant et pour moins de cinq mois !

L’objectif : Faire en sorte que se réveille ce vieux fond de patriotisme si français, dans un large rassemblement unitaire, laissant de côté les engagements idéologiques et partisans. Car ce n’est ni plus ni moins que de la survie de la France dont il est question aujourd’hui.

Paul Marie Couteaux, qui rentrait de Strasbourg, a rappelé que 137 voix souverainistes se sont portées contre le projet de constitution européenne.Devant l’inégalité de traitement médiatique en faveur quasi exclusive des partisans du « OUI », le président du RIF invite les militants à multiplier les actions « commando », comme cela s’est déjà produit à Bruxelles, sur l’initiative de Paul Marie Couteaux lui-même : Déploiement de Banderoles en pleine assemblée, jets de tracts …

La première étape de la campagne consistera donc a dénoncer vigoureusement, par des actions spectaculaires, l’inégalité des moyens médiatiques, auprès des organismes de presse écrite et parlée. Il faut jouer les « apaches » dira même Paul Marie Couteaux ! Gageons qu’il se trouvera plus d’un jeune Patriote pour harceler les diligences du pouvoir fossoyeur de notre pays.

D’ores et déjà, les Européistes sont inquiets, car ce qu’ils craignent le plus, c’est le réveil de la Nation. Le « NON », certes aura de multiples sens, mais dans les urnes, c’est la France qui doit sortir vainqueur en recouvrant son indépendance.

Jean Paul Bled prenait le micro à son tour pour enfoncer le clou un peu plus : « Notre bien commun, c’est la France » ! « Nous sommes à la croisée des chemins » ajoutait - il en soulignant la gravité de l’enjeu. Si les sondages donnent le « OUI » en tête, le « NON » affiche une remontée significative à 40% des intentions de vote, ce qui est mieux que le « NON » à Maastricht à la même époque. C’est donc parfaitement jouable et c’est bien ce qui effraie les affairistes apatrides au pouvoir qui feront tout ce qu’ils peuvent pour museler l’opposition grandissante, comme de véritables apprentis dictateurs.
Un gros effort militant est demandé.

Puis Dominique Maé, appelle à la création, à Paris notamment, de Comités du NON, structures informelles destinées à réunir les opposants à la constitution européenne et promouvoir des actions diverses pour diffuser dans le public les raisons d’un NON au referendum sur la constitution. Retenu par ses obligations municipales, Nicolas Dupont Aignan avait laissé un message lu par la représentante de « Debout la république ». Appelant lui aussi à la mobilisation contre le parti de l’abandon, il ajoute que l’entrée possible de la Turquie la rendrait majoritaire, grâce à la constitution, au sein de l’organisation européenne. Le NON à la constitution est donc aussi un NON à l’entrée de la Turquie.

Enfin, un appel est lancé pour une mobilisation particulière le mercredi 9 mars, à l’espace Charenton - Paris 12° - où se tiendra une grande réunion publique unitaire pour le NON au référendum.

De nombreux orateurs se sont emparés par la suite du micro, parmi eux un représentants des jeunes de l’UMP, qui veut faire entendre sa différence, certains n’étaient pas prévus, ce qui donna lieu à un joyeux brouhaha . Belle occasion pour les manants du roi présents, d’aller saluer quelques vielles connaissances, ce qui n’est pas désagréable avec un verre de Muscadet à la main. Et comme nous choisissons scrupuleusement nos amis, cela prouve qu’il n’y avait pas que des Républicains dans cette réception, par ailleurs agréable.


Perceval, le dimanche 16 janvier,
en ce jour du 2e dimanche après l’Epiphanie, a.d. 2005.

Portemont s’en mêle :
« Le vibrant appel pour que la réunion du vendredi 9 mars, à l’espace Charenton, soit un véritable succès, conduira-t-il à un « Kino » bis ?
L’union autour de « Vedettes politiques et politiciennes », au demeurant sympathiques, dont les brillantes cervelles se transforment toujours en compteurs de bulletins potentiels, en vue d’échéance toujours plus lointaines que l’échéance qui nous appelle tous, assurera-t-elle le succès ?
Ces cervelles devraient prendre en compte le véritable « Bien Commun ». Et dans ce dessein l’accueil de tous les partisans du « NON » est la seule voie…
Le destin de la France le mérite. Il est au-dessus de toutes les destinées dans lesquelles les cervelles politiciennes se projettent !
Nous ferons encore une fois le pari… »

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.