dimanche 28 mai 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

Une grande faillite de l’Europe…

Sans bruit, en décembre 2006, l’Europe a montré ses divergences et son incapacité à traiter la question de l’immigration. Le règne du chacun pour soi à encore de beaux jours !

Arrivée à Los Cristianos (île de Tenerife - Canaries) d'un cayuco d'émigrés clandestins subsahariens

L’Europe souhaite mettre en place un flux migratoire légal afin de couvrir ses besoins de main-d’œuvre…

Préciser tout d’abord qu’à ce jour l’Europe n’a toujours pas mis en place un système cohérent de surveillance de la grande frontière maritime méridionale… Des Canaries à Malte, une grande passoire est béante pour tous les « clandestins » en provenance d’Afrique…

L’Agence de gestion des frontières extérieures – Frontex- qui se voulait être une police des frontières est une coquille presque vide : Moyens humains et financiers ridicules.
L’Union européenne s’épuise dans de sordides négociations avec les pays d’origine des immigrants « clandestins », tentant de mettre en place des accords de « réadmission » qui reposeraient sur une identification effective de ces « clandestins ». A ce jour les pays concernés refusent de collaborer à cette identification…

Toujours pleine de bons sentiments, l’Europe a élargi à ces dix nouveaux Etats membres, l’espace ouvert de Schengen… qui supprimera pour ces Etats toute notion de frontière intérieure. Date annoncée : « … au plus tard en mars 2008 et, si possible à partir de décembre 2007. »

Toujours plus…

Bien que le traité d’Amsterdam de 1999 prévît un régime d’asile européen commun, ce « régime » ne verra pas le jour avant 2010, si tout va bien… En attendant, tout va à vau l’eau !

Et du côté de chez Albion, « business » oblige, l’immigration est louée comme le Veau d’or…

Polonais, Estoniens, et Slovaques ont selon Roland Rudd, président de Business for New Europe – Groupe de « lobbying » - dopé l’économie britannique. Près de 600 000 travailleurs en provenance des pays de l’Est auraient pris pied outre Manche depuis 2004 pour le plus grand bénéfice d’Albion…

Aussi le patronat britannique proteste-t-il des restrictions mises à l’entrée des derniers venus sur le marché : Bulgares et Roumains.

La plus importante organisation patronale britannique « CBI » fait valoir que la moitié des entreprises implantées à Londres a fait appel à des immigrés afin de compenser le déficit de main-d’œuvre compétente et poursuivre leur développement.

Et de rajouter que ces nouveaux migrants sont plus diplômés et travaillent plus que les « natifs du Royaume-Uni »… Cerise sur le pudding ? « 1,3% de ces travailleurs venus de l’Est, la plupart jeunes et salariés demandent à bénéficier des aides sociales… »

Article à « broyer du noir » dans Les Echos du Vendredi 15 décembre 2006…

Léon Areva, le 1er mars 2007

Transmettre à un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.