vendredi 18 août 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

Si, dans l’esprit de certains, le doute subsistait…

Conseil constitutionnel et Conseil d’Etat passent la main. Pour le Conseil constitutionnel, cela ne date pas d’hier…
La Cour de justice des communautés européennes (CJCE) devient donc toute puissante !
Nous entrons chaque jour un peu plus dans l’ère du fantôme de la souveraineté nationale…
Qu’on se le dise !

Bravo au « Salon Beige » d’avoir mis le doigt sur cet abandon qui n’ avait pas échappé à Christophe Jakubyszyn dans « Le Monde » du 09/02/07 (Edition papier), et en ligne sur le site du quotidien, le 8 février. Certes le journaliste avait, comme il se doit, constaté un « nouveau transfert »…

Portemont, le 10 février 2007

Le droit européen s’impose sur la souveraineté française

A l’occasion d’un arrêt sur la légalité du système de quotas d’émission de gaz à effet de serre, conséquence de la mise en oeuvre par l’Europe du protocole de Kyoto, le Conseil d’Etat a renoncé à contrôler la constitutionnalité de certains actes, dès lors qu’un texte européen s’interpose entre la Constitution et un texte d’application français. Comme le Conseil constitutionnel avant lui, qui avait décliné le 10 juin 2004 le contrôle de constitutionnalité d’une loi transposant une directive, le Conseil d’Etat octroie désormais aux textes européens une véritable « immunité constitutionnelle ».
La décision  du Conseil d’Etat est d’autant plus spectaculaire qu’en l’espèce, le juge suprême administratif estime que les plaignants ont raison de soulever le principe constitutionnel d’égalité et que la directive est donc inconstitutionnelle. Mais plutôt que de sanctionner le décret, et donc indirectement d’invalider la directive, le Conseil d’Etat a choisi de faire trancher cette question par la Cour de justice des communautés européennes (CJCE), en lui posant une question préjudicielle. Le commissaire du gouvernement a défendu ce revirement de jurisprudence du Conseil d’Etat en estimant que :
« toute divergence avec la jurisprudence du Conseil constitutionnel (du 10 juin 2004) risquerait d’être perçue comme une position de défiance envers le juge communautaire ».

Posté par Michel Janva, le 8 février 2007

« Le Salon beige »
http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Le Monde :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-865076@51-858659,0.html

 

Transmettre à un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.