lundi 24 avril 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

Mittal-Europa…

Charlotte sort de son hibernation. Elle rêvait à de bons couteaux forgés dans un bon acier français. Vous connaissez sa faiblesse pour les belles et bonnes lames…
Seule contre tous, Charlotte tire sa lame ! Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire…

J'imagine être le seul mouton noir, le vilain pas beau d'entre les vilains pas beaux, le seul à oser ne pas s'indigner de l'annonce de l'OPA de Mittal Steel sur Arcelor. Du moins d'après ce que je lis, ce que j'entends. Il faudrait mobiliser toutes nos énergies pour sauver ce fleuron eu-ro-pé-en de l'agresseur indo-métèque-libéral-asiate. L'inde, on connaît : on y crève de faim, on y crève de la lutte des castes, on s'y prosterne devant des vaches sacrées. Nous avons pitié de tous ces miséreux, nous vénérons le glorieux Gandhi, après tout ce sont de pauvres ex-colonisés, nos victimes. Mais il faut qu'ils restent miséreux. Qu'ils deviennent nos prédateurs, voilà qui est inconcevable, scandaleux.

Mais peut-être n'est-ce qu'illusion ? peut-être ne suis-je pas si seul que cela ? Car moi, personnellement, je n'ai rien contre cette OPA. Je ne suis pas un raciste anti-Indien. Ni même anti indo-européen !

Avant Arcelor, il y avait Usinor. Laquelle Usinor, regroupant la sidérurgie française en faillite, sauvée à grands coups d'injections massives d'argent public, après des dizaines de milliers de licenciements, la ruine du Valenciennois et d'une partie de la Lorraine (se souvient-on de cette fameuse aciérie de Neuves-Maisons, flambant neuve, qui n'a jamais été mise en service ?), Usinor donc, renflouée à prix d'or par le contribuable, a choisi de se saborder, de sortir de France, pour fusionner dans une logique plus financière qu'industrielle avec les aciéristes luxembourgeois et espagnols. A vrai dire, une logique financière aurait été un moindre mal. En fait cela n'a été que la pure idéologie européiste. L'héritage abâtardi de la CECA du fantôme Monnet ! L'enfermement ouest-européen. Depuis, Arcelor n'a eu de cesse de se chercher des alliés extra-européens pour faire face à la mondialisation des marchés. Avec des résultats très relatifs.

L'affaire Dofasco aura précipité les choses. Le caractère tricéphale, incertain, flottant et désincarné de la direction d'Arcelor en faisait une proie rêvée. La flambée récente des cours de l'acier en fait de plus une proie rentable, alors, quoi d'étonnant ? Mittal Steel aidé de Krupp est tout à fait dans son rôle.

Je me serais battu pour Usinor, je n'ai rien à foutre d'Arcelor. Ces profiteurs bradeurs ne sont pas de mon camp. Ces rats ont quitté le navire il y a longtemps. Quant aux salariés de Dunkerque et de Fos, je leur souhaite d'avoir des syndicats forts, car il y aura à faire, mais je doute qu'ils soient plus mal chez Mittal que chez Europe and Co.
Quand je lis la scandaleuse une du Figaro le samedi 28 janvier dernier : "L'inde s'attaque à l'acier français", je me dis que nos amis Espagnols, si fiers et si susceptibles, ont là de quoi exploser. Le Figaro les tient pour quantité négligeable : ces Indiens ne sont que des sauvages Malabars, comme doivent l'être les Ibères qui nous ont fait cadeau de leurs usines puisqu'ils ne comptent plus ?

Le Luxembourg ira où la finance lui dira d'aller. Alors, si l'Espagne décide par colère de préférer un industriel, numéro un mondial de surcroît, à des Français arrogants et péteux, l'OPA est bien partie !

Décidément, jusqu'au bout on aura eu du mal avec ces maîtres de Forges !

Charlotte Corday, le 12 février 2006.

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.