samedi 22 juillet 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

Est-ce moins triste en anglais ?

A lire La Tribune du 3 janvier : « L’Europe doit gérer ses « working poors »
Qui sont-ils ?

Des travailleurs à temps partiel, des familles monoparentales, des personnes auto-employées et quelques autres catégories d’« actifs européens » qui vivent sous le seuil de pauvreté.

J’entends râler les grincheux : Il y a pauvres et pauvres. Aux Pays-Bas, le seuil de pauvreté pour une personne vivant seule est fixé à 850 euros mensuels. Imaginez la tête d’un habitant du Burkina…

N’empêche que ça va mal chez les Bataves. Il paraît que 10,5% de leur population vivent en « flirtant » avec le seuil de pauvreté.
C’est un beau résultat qui affiche une progression de 20% depuis 2002.

Devinez qui sont les plus touchés ?
Antillais, Turcs et Marocains… Et donc les Bataves s’inquiètent. Ils parlent de « gouffre ethnique » qui serait entrain de se creuser.

Et une des causes principales de cette belle croissance serait que 46% de la population active travaillent à temps partiel. Il convient aussi de prendre en compte l’augmentation des familles monoparentales qui représentent 18% des familles. L’article du quotidien précise qu’un tiers des familles issues de l’émigration est des familles monoparentales, et tout particulièrement antillaise. Ce doit être une conséquence de la colonisation. N’est-il pas ?

Mais il est dit que les hôpitaux ne doivent pas se f……. de la Charité.
En Allemagne, la situation n’est pas brillante. En Italie, non plus. Et en France nous n’avons pas de quoi pavoiser.
Si en Grande-Bretagne, on nous rabâche que le chômage est très faible, il faut préciser que 1,4 million de mineurs sont classés comme pauvres. Précisons qu’il ne s’agit pas de mineurs de fond…

Meilleurs vœux à l’Europe des Pauvres Travailleurs !

Léon Areva, le 28 janvier 2006

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.