mardi 19 septembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

Nous disons: nous avons gagné... enfin presque !

Nous devons, et vous devez entrer en "Résistance". Nous gagnerons.
Les europiomanes (expression de Paul-Marie Coûteaux nous mentent). Les sondages pointent le bout de leur nez et l’on nous annonce que le "oui" à la Constitution va gagner... C'est faux ! Archi faux !

C'est le "non" qui va gagner:
72% des Françaises et des Français sont "tout à fait favorables au non"
13% sont "assez favorables au non."
3% sont "peu favorables au non"
6% sont "pas du tout favorables au non"
6% ne savent pas.

C'est simple : 85% doivent se prononcer pour le "Non", et 9% exprimeront leur "Oui"
En faisant un gros effort, nous devrions pouvoir grappiller encore 3% chez ceux qui " ne savent pas" !
Pouvez-vous imaginez le score du "Non" ? Au moins 88%! Faites l'effort d'imaginer la tête du clan du "Oui"...
Vous êtes entrain de vous dire : Portemont est devenu fou… C'est toujours le risque quand on se prend au jeu électoral. Les élections dans certains domaines, ça rend fou...
Non, je suis très sérieux et les chiffres que je vous avance sont très sérieux. Ils sont publiés dans le quotidien "Les Echos" du mardi 12 octobre 2004, en page 23. Personne ne vous en a parlé. Il suffisait pourtant de traduire.

Au départ c'est une histoire de téléphones mobiles. Vous avez toutes et tous oublié d'éteindre ou de fermer votre téléphone, qui à la Messe, qui au restaurant ou au cinéma, pire encore à l'Opéra ou au théâtre… Quand c'est le téléphone d'un quidam qui sonne, vous êtes offusqués ! Quand c'est le vôtre…
Donc, pour lutter contre cet envahissement de sonneries (et certaines sont un supplice pour les oreilles), en Asie, les brouilleurs de téléphones mobiles prolifèrent.
En Europe, dans cette vieille Europe de l'art de vivre, toute de délicatesses, les brouilleurs sont interdits.
Mais vous n'allez pas en croire vos yeux : "…dans quelques jours, les salles de spectacle vont avoir le droit de les installer."
Où ? En France !

Tout seul, dos au mur, nous avons bravé l'Autorité de régulation des télécoms (ART). Il aura fallu trois ans pour vaincre l'opposition des opérateurs de mobiles, vaincre l'opposition de plusieurs de nos voisins, l'opposition bien de chez nous, celle du ministère de l'Intérieur, et surtout la "Grosse opposition" du commissaire européen Erkki Liikanen qui menaçait la France, il y a deux ans, d'engager une procédure d'infraction, si nous installions des brouilleurs !
Bien sûr, ce n'est pas une mince affaire que de mettre en place des brouilleurs. Il faut bien maîtriser la technique… pour ne pas déranger les voisins… Mais l'argument de choc de l'opposition aux brouilleurs, celle de la commission européenne valait son pesant d'or : "Il n'est pas approprié de résoudre un problème social en autorisant la présence de produits qui ne satisferaient pas aux directives."
Il faudra prendre en compte quelques problèmes techniques, pour les fameux "appels d'urgence", mais sous peu, nous allons renouer avec la civilisation, la vraie ! Les amoureux pourront se chuchoter des mots tendres lors de dîners en ville, aux chandelles, sans sursauter…
Et pour en revenir aux sondages, je vous répète la vérité : 72% de nos compatriotes sont "tout à fait favorables" aux brouillages, 13% " assez favorable", 3% "peu favorable", 6% "pas du tout favorable" et 6% " ne savent pas" !
Il faut donner du courage aux Françaises et aux Français, ils sont formidables !
Rendez-vous à l'évidence : 72% sont prêts à se brouiller avec l'Europe !
C'est amplement suffisant, à nous de les convaincre jusqu'au bout !
Et encore un grand merci aux "Echos".

Portemont, le samedi 30 octobre,
en ce jour de la Saint-Gérard, a.d. 2004.

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.