jeudi 23 novembre 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

Réflexions d’un Maître !

Nous ne pouvons pas faire l’économie du savoir et du bon sens d’un homme comme le général Gallois. Avec lui nous disons Non !
Diffusez l’argumentaire qui suit :

UN MINISTRE DES AFFAIRES DE L’UNION QUI SERAIT AUSSI
MINISTRE DE LA DEFENSE

SI VOUS SAVEZ ECRIRE, VOUS POUVEZ VOTER « oui », MAIS SI VOUS SAVEZ LIRE, VOUS NE POUVEZ QUE VOTER « NON ».

ARTICLE I-28 : Le ministre des affaires étrangères de l’Union
1. Le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, avec l’accord du président de la Commission, nomme le ministre des affaires étrangères de l’Union. Le Conseil européen peut mettre fin à son mandat selon la même procédure.
2. Le ministre des affaires étrangères de l’Union conduit la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union. Il contribue par ses propositions à l’élaboration de cette politique et l’exécute en tant qua mandataire du Conseil. Il agit de même pour la politique de sécurité et de défense commune.
3. Le ministre des affaires étrangères de l’Union préside le Conseil des affaires étrangères.

CHAPITRE II – DISPOSITIONS PARTICULIERES

ARTICLE I-40 : Dispositions particulières relatives à la politique étrangère et de sécurité commune
1. L’union européenne conduit une politique étrangère et de sécurité commune fondée sur un développement de la solidarité politique mutuelle des Etats membres, sur l’identification des questions présentant l’intérêt général et sur la réalisation d’un degré toujours croissant de convergence des actions des Etats membres.
2. Le Conseil européen identifie les intérêts stratégiques de l’Union et les objectifs de sa politique étrangère et de sécurité commune. Le Conseil élabore cette politique dans le cadre des lignes stratégiques établies par le Conseil européen et conformément à la partie III.
3. Le Conseil européen et le Conseil adoptent les décisions européennes nécessaires.
4. La politique étrangère et de sécurité commune est exécutée par le Ministre des affaires étrangères de l’Union et par les Etats membres en unissant les moyens nationaux et ceux de l’Union.

ARTICLE I-41 : Dispositions particulières relatives à la politique de sécurité et de défense commune
1. La politique de sécurité et de défense commune fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune. Elle assure à l'Union une capacité opérationnelle s’appuyant sur des moyens civils et militaires. L’Union peut y avoir recours dans des missions en dehors de l’Union afin d’assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale conformément aux principes de la charte des Nations unies. L’exécution de ces tâches repose sur les capacités fournies par les Etats membres.
2. La politique de sécurité et de défense commune inclut la définition progressive d‘une politique de défense commune de l’Union. Elle conduira à une défense commune, dès lors que le Conseil européen, statuant à l’unanimité, en aura décidé ainsi. Il recommande, dans ce cas, aux Etats membres d’adopter une décision dans ce sens conformément à leurs règles constitutionnelles respectives.

La politique de l’Union au sens du présent article n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains Etats membres, elle respecte les obligations qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre.


Tous les pays membres de l’Union le sont – ou veulent l’être – de l’OTAN.
TOUR DE PASSE-PASSE POUR FAIRE DEPENDRE LA POLITIQUE ETRANGERE DE L’UNION DU DEPARTEMENT D’ETAT ET LA POLITIQUE MILITAIRE DU PENTAGONE.

Général (C.R.) Pierre Marie GALLOIS

Le 7 mai 2005.

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.