lundi 01 mai 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

 

 

 

 

Chez les « Oui » et les « Non », toujours les mêmes contorsions…

Les politiciens de tout poil et de tout crin sont soulagés. Ils font une pause. Leur position sur le referendum, le « Oui » ou le « Non » passe au second plan. Ils doivent se prononcer sur « le Pape ». Notre Saint Père doit bien sourire du haut du Ciel. Nous vous livrerons leurs pensées plus tard…
Nous collons au sujet : le Referendum !

« Non seulement je ne me sens pas bien aujourd’hui avec le oui, mais, en plus j’ai le pressentiment que dans dix ou vingt ans je serais très malheureuse avec lui. Bien que très européenne je me suis résolue à un non tourmenté. »
Voilà pour les tourments de Christiane Tubiana, apparentée P.S, des « Radicaux de gauche »
, qui eux ont opté comme un seul homme pour le oui… La Guyane voit loin !

« J’étais partisan du non, mais, face à la montée du non je vote oui. »
Manuel Valls, député de l’Essonne voudrait monter dans le bon train…

Le volcan d’Auvergne a-t-il provoqué un tsunami à St Cyr-Coëtquidan ?
Le jeudi 31 mars 2005, le Président Giscard devait prendre la parole au sein de notre célèbre école. Nous ne savons pas à ce jour ce qu’il y a dit, ni avec quelle parfaite maîtrise il a respecté son strict devoir de réserve…
Mais des officiers ont transmis leurs doléances à leur Ministre : Michèle Alliot-Marie.
« Initiateur de la constitution européenne, l’orateur abordera la question de façon subjective, avec une orientation politique marquée et sans contradicteur, la neutralité politique des armées est bafouée. »

Bravo ! Voilà des officiers qui ne s’embarrassent guère de leur avancement. Que tous les « casoars » prennent de la graine ! Ils ont dit « Non » à Giscard…

C’était quelques minutes de récréation grâce au « Parisien » du 30 mars 2005.

Léon Areva, le 7 avril 2005.

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.