dimanche 20 août 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

 

Montécolo ?

Dure est la plume de notre ami Bernard Lhôte. Le Monténégro le fait rêver. Le Monténégro est indépendant… Mais il n’a guère d’illusions…

Le monastère de Moraca au Monténégro

Il n’est pas nécessaire de rappeler à notre « vieux » mousquetaire que le désespoir, en politique est bien la pire des sottises… Bernard ne désespère pas. Il enrage. Le Prince ne règne pas ! Mais, un jour peut-être… Pourvu qu’il ne soit pas trop tard !

Portemont, le 30 octobre 2006

 

Dans un entretien donné à « Royaliste » (n°889), Nicolas Petrovitch Njegosh, prince de Monténégro, expose ses vues sur la situation actuelle et à venir de son pays, devenu indépendant.

Nicolas Petrovitch Njegosh le 21 juin 2006 dans les locaux de la Nouvelle Action Royaliste

 

A la question sur les atouts monténégrins, le prince cite en premier une « nature spectaculaire », et par conséquent les activités touristiques. A la réserve près d’un pays « qui n’a pas la possibilité de développer lui-même ses structures d’accueil ne peut qu’offrir à d’autres les bénéfices, en contrepartie de la création de quelques emplois. Ce n’est pas une perspective ».

Ça l’est d’autant moins que les bénéficiaires se fichent comme d’un noyau de guigne des méfaits environnementaux de leurs investissements. Crève la beauté du monde pourvu que son enlaidissement leur rapporte ! Le prince, lui, s’en soucie :
« Dans son article 1, la constitution dit que le Monténégro est un Etat écologique. Cela fait rire tout le monde parce que, si la nature est magnifique, tout ce que l’on y construit est anti-écologique. Mais je pense malgré tout que l’idée est bonne. »

Sans trop d’illusion, il plaide en faveur d’une stratégie de développement durable qui, « utopique il y a 20 ans, pourrait aujourd’hui porter l’avenir d’un petit pays de 600.000 habitants »

Le prince Boris Petrovitch Njegosh

Autant en effet il nous apparaît difficile de convertir à la pratique de l’écologie un grand pays industrialisé depuis longtemps à l’aveugle, sans égard pour l’environnement, urbanisé démentiellement, « agricultivé » à l’aide de poisons, autant un territoire relativement réduit et encore à l’abri du développement périssable pourrait évoluer avec bon sens et ménagement.

Le prince déclare, en toute franchise, qu’il « milite pour la promotion de cette stratégie » qui nécessite de former des gens. Il tente de « promouvoir la création d’un institut où seraient instruits, conformément à l’esprit du développement durable, des spécialistes de l’agriculture, des énergies renouvelables, de l’urbanisme... »

Imaginons un pays vraiment post-moderne, aux paysages préservés, à l’habitat intégré, aux produits agricoles biologiques, aux eaux saines, imaginons que Monténégro soit synonyme d’écologie, quel succès il aurait !

Un tel succès… qu’il risquerait d’ailleurs d’être envahi et au bout du compte submergé par la pollution touristique et la vulgarité universalisées.

Mais il est plus que probable que ces fléaux n’attendront pas. Le prince ne règne pas. La meute des affairistes et des mafias de l’ultralibéralisme mondialisé guette cette belle proie. Ils la maqueront et l’aviliront. Au mieux en feront une pute de luxe à la mode floridienne, au pis un bordel tout béton façon Costa Brava.

La civilisation est en marche.

Bernard Lhôte, le 30 octobre 2006

Transmettre à un ami
Imprimer
Réagir

La Terre Bleue
de Klein

Pourquoi une rubrique consacrée à l'Ecologie chez les Manants du Roi ? Parce que le développement durable est dans la nature profonde de la royauté, et qu'il n'existe pas de régime plus naturel qu'elle lorsqu'elle place la naissance à l'origine du pouvoir.

 

 

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.