dimanche 28 mai 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

Piqûre de rappel !

Alors que l’oligarchie européenne a sablé le champagne, il est plus que jamais nécessaire de rappeler que depuis cinquante ans, les Français trinquent…
Et pour cette piqûre de rappel quel meilleur « Docteur » que le général Pierre Marie Gallois ?
« Un demi-siècle de naufrage national »

Jean Monnet

Dénoncer les artifices, les mots vides de sens et nous obliger à regarder la vérité en face. Le général Pierre Marie Gallois nous incite à toujours plus de lucidité. Un constat ? Oui, mais aussi une feuille de route ! Question de volonté politique… Qui osera ?

Encore merci mon général.

Portemont, le 2 avril 2007

Un demi-siècle de naufrage national

« Cinquante années d’illusions et de coûteuses erreurs. Mortel pour la France, le virus Jean Monnet a accompli son entreprise de démolition.
L’utopie européenne a conduit récemment des hommes politiques français à tromper l’électeur en ayant recours à des expressions dépourvues de toute signification institutionnelle : une fédération d’Etats-Nations, une confédération d’Etats-Nations, formules politiques qui n’ont jamais existé nulle part dans le monde et qui ne sont que des vues de l’esprit.
 La France n’a d’autre choix qu’entre l’Etat-Nation (et l’Europe d’hier) et l’Europe Etat fédéral, à l’instar des Etats-Unis, où la France deviendrait une simple division administrative. C’est que, pour gérer une société, la souveraineté ne se partage pas, on ne peut imaginer une société un peu souveraine relevant d’un pouvoir supranational également un peu souverain. Bien faible serait cet ensemble face aux institutions épanouies, éprouvées par des siècles de pratique des Etats-Nations, des Etats fédéraux, des empires. Aussi, après ce demi-siècle de dérive vers l’absurde, sommes-nous dans une impasse.
Bien malencontreusement, le général De Gaulle avait repris à son compte le traité de Rome et précipité la France dans un engrenage mortel. Il fait aussi avancer l’idée «  d’une Europe confédérale » alors qu’il n’existe nulle part de confédération, la formule s’étant révélée peu viable.

Libérées de la tutelle britannique, les treize colonies d’Amérique avaient d’abord adopté des institutions confédérales qui devaient ménager leur indépendance tout en les faisant dépendre d’un pouvoir commun. Ce fut le gouvernement par les «  articles de la Confédération ». Leur pratique se révéla désastreuse : conflits, crises politiques et économiques, voire misère. Aussi la formule céda-t-elle la place à la constitution fédérale pure et dure de 1787, toujours en vigueur après une trentaine d’amendements.

Entre la France-région et l’Europe politique d’une part et la France souveraine et une Europe des circonstances d’autre part, le choix est clair. Sortir de l’engrenage européen et revenir à la souveraineté nationale. Il n’y a pas d’autre issue à l’impasse actuelle. »

Général Pierre Marie Gallois
Paris, 23 mars 2007

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.