mardi 25 avril 2017

Nous contacter


Effectuer
une recherche
sur le site :


Pour recevoir
la Lettre
des Manants du Roi, j'inscris mon
adresse courriel :

 

Une chance à ne pas laisser passer !

Les seuls, les vrais, les candidats à ne pas laisser passer… Ils sont là, à portée de l’urne ! Et nous avions failli ne pas les voir. Heureusement que Mordicus veille !
Faisons un tout petit effort et notre avenir sera assuré !

 

Des présidentiables idéaux

« Mis à part le ludisme national, les prochaines présidentielles n’ont aucune importance, du moins quant au destin de la France. Ce qui a été suscité, toléré et réalisé durant ces quarante dernières années est irréversible. En décide la glissade sur le plan incliné du déclin au mouvement accéléré, jusqu’à aboutir à la fin de l’Histoire. Si l’élection présidentielle est présente comme une importante échéance c’est afin d’entretenir des espoirs destinés à escamoter la réalité.

Puisqu’il s’agit de distraire les Français de leur dégringolade générale autant utiliser les présidentielles en permettant à l’électeur de choisir entre des personnages qui satisfassent au moins son sens de l’idéalité quant à l’exercice des hautes fonctions de l’Etat. Ou de la fiction qui en tient lieu. Respectant la parité des sexes, il faudrait soumettre au jugement des Français une femme et un homme.

La femme ? Grâce à la télévision la présente pré-campagne a rallié au joli visage le maximum de suffrages. C’est un enseignement dont il faut tenir compte. Tant qu’à faire, les électeurs aimeraient voir Arielle Dombasle à l’Elysée. Non seulement son image – télévisée – les comblerait d’aise, mais sa voix, ses talents musicaux lui accorderaient la prééminence qui convient au sommet de l’Etat – de ce qui en reste –

L’homme ? Les Français ont la chance de l’avoir sous la main, c’est évidemment Bernard Tapie. Lui aussi a un visage avenant, accueillant ; il sait parler et même déclamer puisqu’il fut aussi acteur, peut-être pousser la chansonnette. Il a déjà fait étalage de qualités fortement appréciées par l’électorat : il aime le football, ses joueurs, leurs « arrangements » d’une part, et il a su rouler le fisc, d’autre part, si bien que sa popularité est grande parmi les contribuables. C’est dire que lui serait acquise la majorité des suffrages. En France, avec de pareils atouts, voici une carrière politique assurée. Dans le cadre des détestables Institutions de la Vème République, ces deux-là seraient en mesure, l’un ou l’autre, de réconcilier peuple et pouvoir. Mieux même : l’une (ou l’un) à l’Elysée, l’autre à Matignon. Ni le spectacle, ni le sport, ni la « philosophie » n’y perdraient. Le bonheur des Français serait donc assuré. Et pour au moins deux, voire trois mandats… une unique chance à saisir. »

Mordicus, Octobre 2006.

Et rêvons jusqu’au bout du bout…

Imaginons, qu’enfin Ariane découvre le vrai fil de la vie et se penche tout sourire sur Bernard au physique de montagnard serbe… Et que Bernard découvre en Ariane, enfin, une vraie femme… Imaginons, oui, que de cette puissante idylle naisse une virile progéniture… Une dynastie verrait le jour ! Deux, voire trois mandats ? Nenni !

Au moins mille ans de paix et de bonheur !

A tout prendre, cauchemar pour cauchemar, faisons un grand pas…

Portemont, le 19 novembre 2006

Transmettre un ami
Imprimer

Réagir

 
© lesmanantsduroi - Tous droits réservés.